Guide Auto

1979 Datsun King Cab Pick-up

Les petites camionnettes japonaises se sont très bien vendues aux États-Unis dans les années 1970 et jusque dans les années 1980, avec les Ford (Mazda) Courier, Chevy (Isuzu) LUV, Toyota Hilux et Dodge (Mitsubishi) D-50 devenant des vues banales sur les routes américaines pendant cette période. Nissan était là dans la bataille des ventes avec les Datsun 620 et 720et d’aujourd’hui Joyau de la casse est un exemple de dernière année du 620 avec l’option de cabine allongée “King Cab”photographié l’hiver dernier dans une cour en libre-service de la région de Denver.

Le 620 était disponible en Amérique du Nord de 1972 à 1979, et j’ai trouvé pas mal dans les chantiers de démolition au cours des années. Le nom Datsun est resté ici jusqu’à ce que Nissan le supprime progressivement pendant la période 1982-1984 “The Name Is Nissan”.

La version King Cab semble ridiculement petite par rapport aux normes de camionnettes modernes (gardez à l’esprit que les camions comme celui-ci pesaient un peu plus de 2 000 livres, tandis que la récolte actuelle de petits camionnettes pèse environ deux tonnes chacun), mais elle a fourni une bonne quantité de stockage verrouillable place derrière les sièges. Le successeur du 720 de ce camion a strapontins rabattables dans la King Cab.

Le moteur de tous les derniers 620 du marché américain était le robuste L20B, une version ennuyée et caressée du moteur utilisé dans le légendaire Datsun 510. S’il s’agit du moteur qui était dans ce camion lorsqu’il a quitté l’usine (probable mais pas certain, compte tenu de tous les échanges de moteurs qui se produisent avec les vieux camions), il était évalué à 97 chevaux.

Les transmissions automatiques des petits micros des années 1970 sont très rares, mais cette Datsun en a une. L’économie de carburant a dû beaucoup souffrir avec cette configuration… juste à temps pour la crise pétrolière de 1979 déclenchée par la révolution iranienne.

Le soleil a grillé l’intérieur de la manière la plus complète.

Grâce à l’odomètre à cinq chiffres, il n’y a aucun moyen de savoir combien de kilomètres ce camion a réellement parcouru au cours de sa vie. Je vais deviner que c’était 320 799 milles.

Y a-t-il de la rouille ? Oh, oui, il y a de la rouille.

Pourtant, ce camion avait l’air net quand il était neuf.

Jimmy le Junkyard Dawg visité ce camion à peu près au même moment que moi et tourné une vidéo.

Le 620 a été vendu sous le nom de “Sportruck” au Canada. Apparemment c’était connu sous le nom de “Lil’ Hustler” aux États-Unis, bien que je ne me souvienne pas avoir jamais entendu un propriétaire de 620 utiliser le terme.

Articles similaires