News

22% des Canadiens disent qu’ils sont «complètement à court d’argent» alors que l’inflation mord: sondage – National

La pincée d’inflation et de taux d’intérêt élevés fait que davantage de Canadiens, et surtout de femmes, affirment que leurs budgets sont à un point de rupture selon un nouveau sondage.

Un sondage d’Ipsos Public Affairs mené exclusivement pour Global News suggère qu’une proportion croissante de Canadiens (22 %) sont « complètement à court d’argent » au point qu’ils ne seraient pas en mesure de payer plus pour les produits de première nécessité.

Ce chiffre est en hausse de trois points de pourcentage par rapport à un sondage similaire réalisé en octobre et s’élève à 28% chez les femmes.


Cliquez pour lire la vidéo : 'À quoi s'attendre de l'inflation et des taux d'intérêt en 2023'


À quoi s’attendre de l’inflation, des taux d’intérêt en 2023


Selon le sondage, un résident sur quatre de l’Ontario et du Québec se dirait complètement épuisé, tout comme 35 % de ceux dont le revenu familial est inférieur à 40 000 $.

L’histoire continue sous la publicité

Les conclusions d’Ipsos sont basées sur un sondage mené auprès de plus de 1 000 Canadiens du 19 au 23 janvier.

Un autre 32 pour cent disent que la pression pour faire face à la hausse continue des coûts des produits de base tels que la nourriture, les vêtements, le transport et le logement forcerait des changements majeurs à leurs plans de dépenses.

Au total, plus de la moitié des répondants (54 %) disent qu’ils auraient du mal à absorber de nouvelles hausses de prix dans leur budget, en hausse de cinq points de pourcentage par rapport à octobre.

L’inflation diminue, mais pas l’anxiété

Même si l’inflation a montré des signes de ralentissement au cours des derniers mois — le coût de la vie a augmenté de 6,3 % en décembre, contre un sommet de 8,1 % en juin —, les sondages suggèrent que les Canadiens ne se sentent pas encore soulagés.

Plus de la moitié (52 %) des Canadiens craignent toujours de ne pas avoir assez d’argent pour nourrir leur famille, une baisse d’un point de pourcentage seulement par rapport au sondage de novembre. Les femmes, les personnes ayant des enfants et les personnes âgées de 18 à 34 ans étaient parmi les plus susceptibles d’avoir ce sentiment.

L’histoire continue sous la publicité

Lire la suite:

Mère de 2 enfants vivant au centre-ville de Toronto sur la hausse de l’inflation: «Je me bats beaucoup»

Lire ensuite :

Mère de 2 enfants vivant au centre-ville de Toronto sur la hausse de l’inflation: «Je me bats beaucoup»

Les femmes restent plus préoccupées par les finances dans tous les domaines, selon Ipsos.

Huit Canadiens sur 10 (81 %) ont dit qu’ils craignaient que l’inflation ne rende les choses de tous les jours inabordables pour eux – inchangé par rapport aux chiffres de novembre – 86 % des femmes étant de cet avis.


Cliquez pour lire la vidéo: 'Mère célibataire de 2 enfants vivant au centre-ville de Toronto sur la hausse de l'inflation: 'Je me bats beaucoup''


Mère célibataire de 2 enfants vivant au centre-ville de Toronto sur la hausse de l’inflation : « J’ai beaucoup de mal »


Alors que 68 % des Canadiens craignaient que les taux d’intérêt n’augmentent plus vite qu’ils ne pourraient le faire, 77 % des femmes ont exprimé cette inquiétude, comparativement à 59 % des hommes interrogés.

Quelque 62 % des femmes craignaient de ne pas pouvoir se payer de l’essence, contre 56 % de la population générale.

L’histoire continue sous la publicité

Ce sont quelques-unes des conclusions d’un sondage Ipsos réalisé entre le 19 et le 23 janvier 2023 pour le compte de Global News. Pour cette enquête, un échantillon de 1 001 Canadiens âgés de 18 ans et plus a été interrogé. Des quotas et une pondération ont été utilisés pour s’assurer que la composition de l’échantillon reflète celle de la population canadienne selon les paramètres du recensement. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est mesurée à l’aide d’un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, le sondage est précis à ± 3,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20, si tous les Canadiens âgés de 18 ans et plus avaient été interrogés. L’intervalle de crédibilité sera plus large parmi les sous-ensembles de la population. Toutes les enquêtes par sondage et les sondages peuvent être sujets à d’autres sources d’erreur, y compris, mais sans s’y limiter, l’erreur de couverture et l’erreur de mesure.


Cliquez pour lire la vidéo : « À quoi pourrait ressembler une récession au Canada en 2023 »


À quoi pourrait ressembler une récession de 2023 au Canada


&copy 2023 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

Articles similaires