News

Airbus utilisera l’A380 pour tester un moteur à hydrogène

(CNN) — Airbus vient de faire un pas de plus vers le lancement du premier avion commercial zéro émission au monde d’ici 2035.

L’avionneur français a annoncé son intention de tester la technologie du carburant à l’hydrogène en utilisant une version modifiée de l’un de ses avions de ligne A380, qui ont été abandonnés l’année dernière.

Airbus s’est associé à CFM International, une joint-venture entre GE et Safran Aircraft Engines, sur le très important programme de démonstration de l’hydrogène.

L’avionneur utilisera un “banc d’essai volant A380 équipé de réservoirs d’hydrogène liquide” pour tester la technologie de propulsion de son futur avion à hydrogène.

“Laboratoire de vol”

“Notre ambition est de prendre cet avion (A380) et d’ajouter un tronçon entre les portes arrière au niveau supérieur”, déclare Glenn Llewellyn, vice-président des avions zéro émission chez Airbus, dans une vidéo publiée sur la chaîne YouTube d’Airbus. “Ce talon aura au bout une turbine à gaz à hydrogène.”

Il poursuit en expliquant que l’avion sera équipé d’un stockage et d’une distribution d’hydrogène, qui alimenteront son moteur en élément chimique.

Selon Llewellyn, l’objectif du “laboratoire de vol” est d’en savoir plus sur les systèmes de propulsion à hydrogène dans des conditions réelles au sol et en vol, permettant ainsi à Airbus de poursuivre ses projets d’avion zéro émission en un peu plus d’une décennie.

On estime actuellement que les vols d’essai auront lieu en 2026, à condition que tout se passe comme prévu. La nouvelle survient plus d’un an après qu’Airbus a dévoilé trois concepts à base d’hydrogène sous la bannière ZEROe.

Un rendu de la plateforme d'essais en vol de l'A380, qui mettra à l'épreuve la technologie de la combustion de l'hydrogène.

Un rendu de la plateforme d’essais en vol de l’A380, qui mettra à l’épreuve la technologie de la combustion de l’hydrogène.

Airbus

“Il s’agit de l’étape la plus importante entreprise par Airbus pour inaugurer une nouvelle ère de vol à hydrogène depuis le dévoilement de nos concepts ZEROe en septembre 2020”, a déclaré Sabine Klauke, directrice technique d’Airbus, dans un communiqué.

“En tirant parti de l’expertise des motoristes américains et européens pour faire progresser la technologie de combustion de l’hydrogène, ce partenariat international envoie un message clair que notre industrie s’engage à faire du vol zéro émission une réalité.”

Voler sans culpabilité ?

L’industrie aéronautique mondiale s’est engagée à réduire ses émissions de moitié par rapport à 2005 d’ici 2050.

Un certain nombre de transporteurs aériens se tournent vers le carburant d’aviation durable (SAF) afin de contribuer à réduire l’impact environnemental du vol, la société mère de British Airways, IAG, révélant son intention d’alimenter 10 % de ses vols avec du SAF d’ici 2030 et United Airlines achevant son premier vol réussi avec un carburant 100% durable l’année dernière.

Cependant, Airbus couvre ses paris sur l’hydrogène, qui peut potentiellement réduire les émissions de carbone de l’aviation jusqu’à 50 %, selon l’avionneur.

“Je crois fermement que l’utilisation de l’hydrogène – à la fois dans les carburants synthétiques et comme source d’énergie principale pour les avions commerciaux – a le potentiel de réduire considérablement l’impact climatique de l’aviation”, a déclaré Guillaume Faury, directeur général d’Airbus.

Pendant ce temps, la société d’aviation ZeroAvia développe actuellement un avion de 19 places qui assurera des vols commerciaux électriques à hydrogène entre Londres et Rotterdam à partir de 2024.

Paul Sillers de CNN a également contribué à ce rapport

Articles similaires