Avis | Biden devrait assister à la convention de la NRA

Avis | Biden devrait assister à la convention de la NRA

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

Le président Biden dit qu’il prévoit de se rendre au Texas après l’indicible massacre d’Uvalde. Il devrait également s’inviter à la 151e réunion annuelle de la National Rifle Association, qui s’ouvre vendredi à Houston. Autrement dit, à moins que le directeur général de la NRA, Wayne LaPierre, n’ait déjà offert au directeur général de la nation l’occasion de se présenter devant l’éminent groupe de défense des droits des armes à feu du pays pour discuter de la tragédie en cours qui s’abat sur le cœur et l’âme de l’Amérique : la prise effrénée de vies innocentes à la pointe d’un fusil.

Il n’y a pas de meilleur moment que maintenant – pas de meilleur endroit que le Texas – pas de meilleur forum que la NRA, cœur du lobby des armes à feu – pour que le président parle de ce qui doit être fait pour mettre fin au carnage.

Il n’y a pas de mystère derrière la position de la NRA sur les lois de bon sens sur les armes à feu : en un mot, moins il y en a, mieux c’est. L’ANR doit Ecouter quelle est la position du peuple américain sur les armes à feu et ce qu’il pense être nécessaire pour lutter contre les crimes commis avec des armes à feu dans leurs communautés. Quel meilleur messager que le président des États-Unis ?

Bien sûr, Biden, s’il assistait à la convention de la NRA, serait probablement aussi bienvenu qu’une mouffette lors d’une garden-party. Ce n’est pas le cas pour les conférenciers invités de la NRA – l’ancien président Donald Trump, le gouverneur du Texas Greg Abbott (R) et le sénateur. Ted Cruz (R-Tex.) — qui sera accueilli avec enthousiasme. Le trio prêchera au chœur.

Mais le travail de Biden serait de rappeler aux congressistes sur les armes à feu ce qu’ils ne doivent jamais oublier: que depuis le massacre de l’école primaire de Sandy Hook, il y a eu plus de 3 500 fusillades de masse aux États-Unis et plus de 900 incidents de violence armée signalés à l’école. terrains. Et que le peuple américain en a marre et en a marre.

Selon un nouveau sondage mené auprès d’Américains après Uvalde, environ 80 % soutiennent la nécessité de vérifier les antécédents de toutes les ventes d’armes à feu ; 75 % soutiennent la création d’une base de données nationale contenant des informations sur chaque vente d’armes ; 67% soutiennent l’interdiction des armes d’assaut. Comme Biden l’a dit dans ses remarques sur la fusillade d’Uvalde : « L’idée qu’un jeune de 18 ans puisse entrer dans un magasin d’armes et acheter deux armes d’assaut est tout simplement fausse. Au nom de Dieu, pourquoi avez-vous besoin d’une arme d’assaut, si ce n’est pour tuer quelqu’un ? »

La NRA doit entendre, vraiment entendre, que 84% des Américains veulent empêcher la vente de toutes les armes à feu aux personnes qui ont été signalées comme dangereuses par un fournisseur de santé mentale aux forces de l’ordre. Et 81% soutiennent que les ventes d’armes à feu privées et les ventes lors d’expositions d’armes à feu soient soumises à une vérification des antécédents.

Et Biden devrait profiter de l’occasion pour renverser une fois de plus le “gros mensonge” embrassé dans les cercles pro-armes : qu'”ils viennent après nos armes”. C’est aussi bidon que “ils ont volé l’élection de Trump”.

La gamme de conférenciers étoilés de la NRA laissera sans aucun doute le public des amateurs d’armes à feu se sentir bien dans sa peau. Mais Biden doit leur dire que le peuple américain est furieux, qu’il veut qu’un Congrès intimidé par les lobbyistes des armes à feu intensifie et prenne des mesures pour lutter contre la criminalité armée.

Qu’il y a des vies à sauver.

Ne serait-ce que pour cette raison, Biden devrait se rendre à Houston et dire aux pharaons de la NRA de laisser partir notre Congrès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

20 − 4 =