Avis | Il est temps de forcer le GOP à défendre son extrémisme de l’avortement

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

Alors que nous nous rapprochons de ce qui semble être une décision imminente de la Cour suprême renversant près de 50 ans de précédent pour priver les femmes de leur droit constitutionnel de demander un avortement, les républicains sont étrangement silencieux. On pourrait s’attendre à ce qu’ils se délectent de leur victoire de plusieurs décennies; au lieu de cela, ils semblent réticents à discuter du sujet, même s’ils sont généralement ravis de parler d’imposer leurs opinions nationalistes chrétiennes blanches aux autres.

Un récent sondage de CBS News a révélé que si 86 % des républicains veulent que leurs candidats se concentrent sur les « valeurs traditionnelles », seuls 59 % veulent qu’ils parlent d’avortement. En revanche, parmi les démocrates, qui considéraient l’avortement comme n’étant pas une «question gagnante», quelque 83% souhaitent que leurs candidats se concentrent sur le sujet. Soit une grande partie des Républicains ne considère pas la position anti-avortement de leur parti comme faisant partie des « valeurs traditionnelles », soit ils ont compris que c’est un problème moche pour eux.

Suivre Jennifer Rubinles avis deSuivre

Certes, certains candidats républicains tentent d’éviter le sujet, et ils ont raison de se mettre à l’abri. Les sondages montrent que plus de 60 % des électeurs pensent que la décision de se faire avorter devrait être entre une femme et son médecin, et un nombre record d’électeurs disent qu’ils ne veulent pas annuler Roe contre Wade. C’est précisément pourquoi les démocrates à mi-mandat devraient forcer les républicains à s’expliquer.

Marc Thiessen


contrepointAttention, démocrates. La décision sur l’avortement peut aider les républicains.

Le problème pour le GOP découle en grande partie de sa volonté toujours plus radicale de criminaliser l’avortement même en cas d’inceste, de viol ou d’atteinte à la santé de la mère. Apparemment, les défenseurs « pro-vie » ne sont pas du tout concernés par les femmes déjà nées. Surtout lorsque les États interdisant l’avortement ont l’un des taux de décès maternels les plus élevés du pays, de manière disproportionnée parmi les femmes de couleur, l’interdiction de l’avortement équivaut à une indifférence grotesque envers la vie humaine.

Pendant ce temps, de nombreux médias grand public restent incapables de griller les républicains sur les implications de leurs opinions en ce moment historique pour les droits des femmes. Lorsque le gouverneur de l’Arkansas, Asa Hutchinson (à droite), a déclaré qu’il préférerait autoriser l’avortement en cas de viol ou d’inceste, mais a néanmoins promulgué une interdiction sans ces exceptions, il incombe à son interlocuteur de le pousser : comment pouvez-vous justifier le fait de traumatiser les femmes ? en les forçant à accoucher dans des cas où vous reconnaissez que l’avortement serait acceptable ? Si votre femme ou votre fille était violée, accepteriez-vous de l’envoyer en prison si elle choisissait de mettre fin à sa grossesse ? Votre État imposera-t-il une peine plus lourde à une telle survivante de viol qui cherche à se faire avorter qu’à son violeur ?

Ce sont des questions difficiles et parfois choquantes, mais les médias ne doivent pas avoir peur d’offenser leurs interlocuteurs. En effet, c’est à eux de confronter plus généralement les Républicains aux implications radicales de leur position :

  • Si la grossesse d’une femme risque d’exacerber l’un des nombreux problèmes de santé graves, allez-vous toujours la punir pour avoir cherché à avorter ? Si oui, cela signifierait-il que les hommes bénéficieraient d’un traitement préventif complet pour leurs maladies, mais pas les femmes ?
  • Si on dit à une femme qu’elle doit rester au lit pendant une partie importante de sa grossesse, l’arrêteriez-vous et la condamneriez-vous pour ne pas avoir suffisamment restreint ses mouvements pour éviter une fausse couche ?
  • Votre position sur l’avortement est fondée sur une vision religieuse particulière du moment où la « personnalité » commence. Comment pouvez-vous justifier de chercher à imposer votre foi aux autres, y compris aux femmes juives pour lesquelles l’avortement peut être exigé dans certains cas ?
  • Allez-vous interdire tous les avortements dès la conception ? Qu’est-ce que cela signifie?
  • Quel est le principe constitutionnel qui protégerait l’accès à la contraception si vous pensez que le 14e amendement n’aborde pas les questions intimes ou l’autonomie personnelle ?
  • Allez-vous obliger les médecins à témoigner contre les patients ?

Les républicains préfèrent ne discuter d’aucune de ces questions. Mais étant donné les dommages physiques, financiers et psychologiques dévastateurs que les femmes subiraient si elles se voyaient refuser l’autonomie sur leur propre corps, il est grand temps de commencer à demander des comptes aux républicains qui ont conçu ce cauchemar constitutionnel. Cela signifie que les démocrates doivent passer à l’attaque et que les médias doivent faire leur travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7 + 10 =