News

Avortement : les Canadiennes partagent leurs inquiétudes concernant l’accès

Avec la décision de la Cour suprême des États-Unis d’annuler Roe c. Wade, Susan Brison se souvient de la décision de sa défunte sœur de se faire avorter en 1967, alors que la procédure était encore illégale au Canada.

La sœur de Brison, Kate Daller, avait 19 ans à l’époque, a-t-elle déclaré. C’est après que la famille de Brison a déménagé du nord de la Colombie-Britannique à Toronto que Daller est tombée enceinte. N’ayant vécu à Toronto que pendant deux ans, la famille de Brison n’a pas été en mesure de trouver un médecin disposé à pratiquer un avortement dans la ville, a-t-elle déclaré.

“Ma mère a contacté notre ancien médecin de famille, que nous connaissions de Vancouver, et elle l’a supplié de nous aider, et il a accepté”, a déclaré Brison à CTVNews.ca lors d’un entretien téléphonique mercredi.

À environ trois mois de sa grossesse, Daller s’est envolée pour la Colombie-Britannique pour un avortement chirurgical.

« Cette pauvre jeune femme, terrifiée, [was] mis dans un avion pour une procédure illégale… avec un médecin qui était horrifié », a déclaré Brison. “En rentrant chez moi, [she was] hémorragie [and] a continué à avoir des hémorragies pendant plusieurs jours à la maison avant d’être finalement emmenée en ambulance à l’hôpital.

À ce moment-là, Daller est restée à l’hôpital pendant quelques jours et a été interrogée pour savoir si elle avait eu un avortement illégal, a déclaré Brison. Le médecin qui a pratiqué l’intervention a également dit à la famille de Brison de ne plus jamais le contacter.

À la fin des années 1970, lorsque Brison a décidé de se faire avorter elle-même, son expérience était totalement différente de celle de sa sœur, décédée en 2019. Brison était au début de la vingtaine lorsqu’elle est tombée enceinte malgré l’utilisation du Dalkon Shield, un contraceptif intra-utérin. dispositif.

“Nous étions pauvres… Nous n’avions rien à offrir à un enfant à ce moment-là”, a déclaré Brison.

Peu de temps après avoir réalisé qu’elle était enceinte, Brison a vu son médecin généraliste, qui, selon elle, a soutenu sa décision de se faire avorter. À partir de 1969, il était légal de pratiquer des avortements au Canada dans des circonstances limitées. En 1988, la procédure est complètement décriminalisée. En moins d’un mois, Brison a subi l’intervention à l’hôpital Mount Sinai de Toronto.

« Tout s’est très bien déroulé. Il n’y a eu aucun problème, personne n’a été impoli avec moi », a déclaré Brison.

Brison est l’une des nombreuses femmes qui ont contacté CTVNews.ca pour partager leurs expériences d’avortement au Canada. Mais selon Meghan Doherty, directrice de la politique mondiale et du plaidoyer pour Action Canada pour la santé et les droits sexuels, l’accès à l’avortement n’est pas aussi simple pour tous les Canadiens qu’il l’était pour Brison, même aujourd’hui, bien que la procédure soit légale.

“Je ne pense pas que ce soit une expérience uniforme à travers le Canada”, a déclaré Doherty à CTVNews.ca mercredi lors d’une entrevue téléphonique.

BARRIÈRES GÉOGRAPHIQUES DANS LES ZONES RURALES

En 2016, un rapport des commissaires aux droits de l’homme des Nations Unies a souligné un manque préoccupant d’accès à l’avortement et aux services connexes au Canada. Action Canada pour la santé et les droits sexuels dispose d’une ligne téléphonique et textuelle sans frais et confidentielle qui reçoit en moyenne de 250 à 400 appels chaque mois de personnes à la recherche d’informations sur l’avortement et d’autres services de santé reproductive. L’une des principales préoccupations des appelants est le manque de prestataires d’avortement dans leur communauté, en particulier parmi ceux qui vivent dans les zones rurales, a déclaré Doherty.

“Nous constatons que de nombreux petits hôpitaux dans ces régions ont des difficultés avec le personnel et en termes de types de services qu’ils sont en mesure d’offrir”, a déclaré Doherty. “Cela se reflète également sur la disponibilité des soins d’avortement.”

Pour certaines personnes, cela signifie se rendre dans d’autres régions du pays pour un avortement, a déclaré Jill Doctoroff, directrice générale de la Fédération nationale de l’avortement du Canada. Cela peut conduire à des arrangements de voyage complexes qui peuvent impliquer de garantir des services de garde d’enfants si la personne a déjà des enfants ou de s’absenter du travail, a-t-elle déclaré.

« Dans les régions rurales du pays [with] les communautés qui n’ont pas de services de bus ou de train et votre option la plus proche pour les soins d’avortement est dans la ville voisine, qui peut être à une heure de route », a-t-elle déclaré. “Pour les personnes qui ont des ressources limitées … trouver comment payer cela peut être très difficile.”

Ariane Lachance s’est fait avorter plus tôt cette année. Heureusement, dit-elle, elle a pu se faire opérer dans une clinique de santé pour femmes à distance de marche de son domicile à Montréal.

Sans les moyens financiers de s’occuper d’un enfant ni le soutien d’un partenaire, la jeune femme de 24 ans a déclaré qu’elle s’était effondrée en pleurant lorsqu’elle avait découvert qu’elle était enceinte.

“La seule option était de se faire avorter”, a déclaré Lachance à CTVNews.ca lors d’un entretien téléphonique mercredi.

Après avoir recherché des cliniques en ligne et parlé à d’autres personnes qui avaient elles-mêmes déjà avorté, elle a pris rendez-vous. En une semaine, Lachance a subi l’intervention.

“Je ne peux même pas imaginer la lutte que ces personnes doivent traverser, soit en voyageant hors de l’État, soit hors du pays pour avoir accès”, a-t-elle déclaré.

BARRIÈRES RACIALES À L’ACCÈS

Depuis l’introduction de l’avortement médicamenteux en 2017, qui consiste à prendre des médicaments pour provoquer un avortement, la procédure est devenue plus facile d’accès pour les personnes vivant dans des communautés éloignées, a déclaré Doctoroff. Cependant, les avortements médicamenteux ne peuvent être prescrits qu’à celles qui sont enceintes depuis moins de 10 semaines.

Au-delà de ces premiers stades, une intervention chirurgicale est nécessaire, et la majorité de ces services sont fournis dans les centres urbains, a déclaré Doherty.

Celles qui ont besoin d’un avortement plus tard au cours de leur grossesse sont confrontées à des obstacles supplémentaires pour accéder aux services, a déclaré Doctoroff. Dans des provinces comme la Nouvelle-Écosse, les avortements chirurgicaux ne sont pas pratiqués après plus de 16 semaines de grossesse, par exemple. Cela peut obliger les gens à se rendre dans d’autres régions du pays pour la procédure. Selon une étude publiée par Action Canada pour la santé et les droits sexuels en 2019, aucun fournisseur n’offre de services d’avortement aux Canadiennes après plus de 23 semaines et six jours de grossesse. Celles qui sont à ce stade de leur grossesse et qui recherchent un avortement se rendent souvent aux États-Unis pour l’intervention.

Un autre groupe qui a souvent du mal à accéder aux services d’avortement est celui des immigrants, a déclaré Doherty. Ceux qui n’ont pas de documentation appropriée peuvent avoir du mal à se faire avorter, car ils n’ont peut-être pas d’assurance maladie pour couvrir les frais connexes.

Une grande partie du racisme systémique qui existe dans les institutions canadiennes affecte également ceux qui cherchent à accéder aux services d’avortement au Canada, a-t-elle déclaré. Cela peut conduire à la discrimination des communautés racialisées, telles que les personnes noires, autochtones ou de couleur, à la recherche de services d’avortement. La stérilisation forcée des femmes autochtones qui se poursuit aujourd’hui est un exemple du «traitement raciste» auquel les communautés racialisées sont confrontées dans les hôpitaux, a déclaré Doherty.

“En examinant les disparités en matière de santé à travers le pays, nous pouvons constater que les personnes les plus susceptibles d’être victimes de discrimination pour divers motifs, mais y compris la race, sont plus susceptibles de rencontrer des obstacles pour accéder à toutes sortes de services de santé, y compris l’avortement, », a déclaré Doherty.

EXAMEN ET HONTE AUTOUR DE L’AVORTEMENT

Malgré sa décriminalisation au Canada en 1988, la stigmatisation entourant l’avortement demeure, a déclaré Doherty.

“Nous vivons dans une société patriarcale avec des normes de genre particulières et tout ce qui est lié à la sexualité et au genre qui va au-delà de ce cadre très étroit est souvent examiné de près, et avec cela vient la stigmatisation”, a-t-elle déclaré.

Plus les gens parleront de l’avortement et travailleront pour s’assurer qu’il est accessible à tous au Canada, plus il sera facile de le normaliser en tant que procédure courante et de briser la stigmatisation, a déclaré Doherty.

Pour Jenn Howson, qui vit à Calgary, le processus d’avortement en 2018 a été relativement simple, a-t-elle déclaré. À 38 ans, Howson est tombée enceinte de façon inattendue. Elle et son mari avaient déjà un enfant ensemble et n’étaient pas en mesure financièrement d’en avoir un autre, a-t-elle déclaré.

“Dans ce cas, [abortion] était une option… qui m’était disponible, et j’avais des choix à faire », a déclaré Howson à CTVNews.ca mercredi lors d’un entretien téléphonique. “Si nous faisons le lien avec des choses qui se passent au sud de la frontière, ils n’ont pas ce choix.”

Après avoir appelé pour prendre rendez-vous, Howson a déclaré qu’elle avait subi un avortement chirurgical en quelques semaines au cours de son premier trimestre dans un hôpital voisin.

“J’ai fait une recherche rapide sur Google, j’ai trouvé le numéro de téléphone à appeler [and] les a appelés », a déclaré Howson, décrivant le processus de prise de rendez-vous. “C’était rapide et facile… c’est comme ça que ça devrait être quand il s’agit de quoi que ce soit pour notre santé.”

Malgré le processus relativement facile, Howson a déclaré qu’elle était confrontée à des barrières mentales liées à la stigmatisation liée à l’avortement, craignant que d’autres ne pensent à elle pour avoir subi la procédure.

En plus de son avortement en 2018, Howson a déjà subi une procédure de dilatation et de curetage en 2011. Howson a subi la procédure, qui est considérée comme une méthode d’avortement précoce, après avoir fait une fausse couche.

“Les avortements sont également pratiqués parce qu’ils sont médicalement nécessaires”, a-t-elle déclaré. “Nous ne devrions pas avoir honte d’avoir ce type de procédures.”

En partageant son histoire, Howson espère contribuer à une conversation où les gens se rendront compte qu’il n’y a rien de mal à parler ouvertement de l’avortement. Une partie de la solution réside également dans le fait que les prestataires de soins de santé s’expriment davantage sur les services d’avortement qu’ils fournissent, a déclaré le Dr Sarah Munro, professeure adjointe d’obstétrique et de gynécologie à l’Université de la Colombie-Britannique.

Alors que la plupart des gens peuvent penser qu’ils doivent se rendre dans une clinique pour un avortement, les avortements médicamenteux en particulier sont accessibles par les prestataires de soins de santé primaires, a-t-elle déclaré.

“Il peut être difficile, en raison de la stigmatisation intériorisée, pour un client de demander à son fournisseur de soins primaires quelles sont les options d’avortement”, a déclaré Munro à CTVNews.ca lors d’un entretien téléphonique mercredi. «En retour, il peut être difficile pour les fournisseurs de soins primaires d’annoncer à leurs clients que cela fait partie de [their] pratique.

“La stigmatisation va dans les deux sens.”

En plus d’une sensibilisation accrue aux services d’avortement, Action Canada pour la santé et les droits sexuels demande également au gouvernement fédéral d’accorder plus de financement afin que les cliniques puissent répondre à la demande, un problème auquel les centres de santé de l’Ontario et de l’Alberta continuent de faire face, a déclaré Doherty.


Avec des fichiers de Rhythm Sachdeva de CTVNews.ca et de La Presse canadienne

Articles similaires