Biden dit que le tir de masse à Buffalo est du “terrorisme” et qualifie la suprématie blanche de “poison”

Les gens se rassemblent sur les lieux de la fusillade au magasin Tops Friendly Markets à Buffalo samedi.
Les gens se rassemblent sur les lieux de la fusillade au magasin Tops Friendly Markets à Buffalo samedi. (Joshua Bessex/AP)

L’homme blanc de 18 ans accusé d’avoir tué 10 personnes lors d’une fusillade raciste samedi dans un supermarché de Buffalo, New York, s’était rendu dans la région début mars, a déclaré lundi le commissaire de police Joseph Gramaglia.

“Nous avons trouvé des choses qui montrent qu’il était ici début mars, et encore une fois, nous savons qu’il était ici vendredi, faisant essentiellement de la reconnaissance dans la région”, a déclaré Gramaglia à Erin Burnett de CNN. “Il était dans le magasin, vendredi et samedi.”

Le suspect, originaire de la ville de Conklin, à environ 200 miles de là, a ouvert le feu samedi dans le magasin Tops Friendly Markets dans un quartier à prédominance noire, tirant sur 13 personnes avant de se rendre à la police.

Le massacre fait suite à d’autres fusillades de masse ces dernières années au cours desquelles les autorités affirment qu’un suspect suprémaciste blanc était motivé par la haine raciale, notamment à El Paso, au Texas, à Charleston, en Caroline du Sud, et jusqu’en Norvège et en Nouvelle-Zélande.

Le commissaire a déclaré qu’il ne pouvait pas dire si le suspect était au magasin en mars, mais dans des publications sur les réseaux sociaux, le tireur accusé a révélé qu’il s’était rendu au magasin le 8 mars et avait passé des mois à planifier son attaque.

Le suspect, Payton S. Gendron, a écrit dans des messages sur Discord qui ont été partagés sur le forum en ligne rempli de haine 4Chan qu’il est entré dans le magasin à midi, 14 h et 16 h lors de sa visite en mars. Il a écrit qu’en revenant de chez lui dans le comté de Broome, il avait reçu une contravention pour excès de vitesse.

Gendron a noté dans son message l’activité qui se déroulait à l’intérieur du marché, comme le nombre de Noirs et de Blancs qui s’y trouvaient. Il a également dessiné une carte représentant les allées du magasin, la pharmacie, la boulangerie et les points de sortie du bâtiment.

Gendron a écrit que lors de sa dernière visite de reconnaissance, il a été approché par un « agent de sécurité noir armé » qui a dit : « Je vous ai vu entrer et sortir… Qu’est-ce que vous faites ? » Le suspect a écrit qu’il avait dit à l’agent de sécurité qu’il recueillait des “données consensuelles”, pour lesquelles l’agent de sécurité a déclaré qu’il devait parler au responsable.

“J’ai demandé son nom et il me l’a dit et j’ai tout de suite oublié, puis j’ai dit au revoir et merci et je suis retourné à ma voiture”, a écrit Gendron. “Avec le recul, c’était un appel serré.”

Dans un message que Gendron a écrit le 10 mars, il a déclaré : « Je vais devoir tuer cet agent de sécurité à Tops, j’espère qu’il ne me tuera pas ou même ne me blessera pas instantanément.

Il a ajouté que l’attaque aurait lieu le 15 mars mais il a fini par repousser la date à plusieurs reprises.

Gendron a également envisagé d’attaquer une église ou une école primaire avant de s’installer sur un supermarché, écrit-il.

L’information vient alors que les enquêteurs ont fouillé dans une diatribe de 180 pages publiée en ligne et attribuée au tireur présumé qui expose en détail ses motifs et ses plans pour l’attaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

deux × 1 =