News

Biden signera la première grande législation fédérale sur la sécurité des armes à feu depuis des décennies

Le président Joe Biden signera samedi un projet de loi bipartisan pour inscrire dans la loi la violence armée avant de partir pour l’Europe, a annoncé vendredi la Maison Blanche.

Le projet de loi équivaut à la première grande législation fédérale sur la sécurité des armes à feu depuis des décennies et marque une percée bipartite significative sur l’une des questions politiques les plus controversées à Washington.

La Chambre a adopté vendredi le projet de loi par 234 voix contre 193, dont 14 républicains votant avec les démocrates. Le Sénat a adopté le projet de loi lors d’un vote tardif jeudi.

La mesure comprend des millions de dollars pour la santé mentale, la sécurité scolaire, les programmes d’intervention en cas de crise et des incitations pour les États à inclure les dossiers des mineurs dans le système national de vérification instantanée des antécédents criminels.

Il apporte également des changements importants au processus lorsqu’une personne âgée de 18 à 21 ans va acheter une arme à feu et ferme la soi-disant échappatoire du petit ami, une victoire pour les démocrates, qui se sont longtemps battus pour cela.

Le paquet représente la nouvelle législation fédérale la plus importante pour lutter contre la violence armée depuis l’expiration de l’interdiction des armes d’assaut de 10 ans de 1994 – bien qu’elle n’interdise aucune arme et soit bien en deçà de ce que les démocrates et les sondages montrent que la plupart des Américains veulent voir.

Obtenir un accord bipartisan sur une législation majeure sur les armes à feu a été notoirement difficile pour les législateurs ces dernières années, même face aux innombrables fusillades de masse à travers le pays.

Les démocrates en particulier n’ont pas tardé à célébrer l’accord bipartisan sur les armes à feu, car la lutte contre la violence armée est une priorité majeure pour le parti.

Mais l’adoption du projet de loi à la Chambre a été éclipsée vendredi par la nouvelle que la Cour suprême avait annulé Roe v. Wade, estimant qu’il n’y avait plus de droit constitutionnel fédéral à l’avortement.

L’avis est la décision la plus importante de la Cour suprême depuis des décennies et transformera le paysage de la santé reproductive des femmes en Amérique.

Cela s’est produit un jour après que la Cour suprême a annulé une loi de New York sur les armes à feu promulguée il y a plus d’un siècle qui impose des restrictions sur le port d’une arme de poing dissimulée à l’extérieur de la maison.

Les décisions soulignent une fois de plus le pouvoir limité du parti démocrate, bien qu’il contrôle les deux branches du Congrès et la Maison Blanche.

Les dirigeants du GOP de la Chambre s’opposent au projet de loi, mais un soutien bipartite est toujours attendu

Malgré un large soutien bipartisan au projet de loi au Sénat, les principaux dirigeants républicains de la Chambre se sont opposés au projet de loi et ont exhorté leurs membres à voter « non ».

Quatorze républicains de la Chambre ont cependant voté pour le projet de loi. Ils comprenaient :

  1. Liz Cheney du Wyoming
  2. Adam Kinzinger de l’Illinois
  3. Tom Rice de Caroline du Sud
  4. John Katko de New York
  5. Maria Salazar de Floride
  6. Chris Jacobs de New York
  7. Brian Fitzpatrick de Pennsylvanie
  8. Peter Meijer du Michigan
  9. Fred Upton du Michigan
  10. Tony Gonzales du Texas
  11. Steve Chabot de l’Ohio
  12. Mike Turner de l’Ohio
  13. David Joyce de l’Ohio
  14. Anthony Gonzalez de l’Ohio

Le projet de loi a été adopté au Sénat jeudi avec 15 républicains rejoignant les démocrates en soutien. Le décompte final était de 65-33.

La législation a été adoptée à la suite des récentes fusillades de masse dans une école primaire d’Uvalde, au Texas, et dans un supermarché de Buffalo, à New York, situé dans un quartier à prédominance noire.

Un groupe bipartite de négociateurs s’est mis au travail au Sénat et a dévoilé mardi un texte législatif. Le projet de loi – intitulé Bipartisan Safer Communities Act – a été publié par les sénateurs républicains John Cornyn du Texas et Thom Tillis de Caroline du Nord et les sénateurs démocrates Chris Murphy du Connecticut et Kyrsten Sinema de l’Arizona.

Les législateurs se sont ensuite précipités pour adopter le projet de loi avant de quitter Washington pour les vacances du 4 juillet.

Alors que les législateurs cherchaient un compromis, il y avait des moments où il n’était pas clair si l’effort réussirait ou s’effondrerait. Mais alors que l’effort bipartisan semblait être sur une glace mince après l’émergence de plusieurs points de friction clés, les négociateurs ont finalement pu résoudre les problèmes qui se sont posés.

Principales dispositions du projet de loi

Le projet de loi comprend 750 millions de dollars pour aider les États à mettre en œuvre et à gérer des programmes d’intervention en cas de crise. L’argent peut être utilisé pour mettre en œuvre et gérer des programmes d’alerte – qui, par le biais d’ordonnances judiciaires, peuvent temporairement empêcher les personnes en crise d’accéder à des armes à feu – et pour d’autres programmes d’intervention en cas de crise comme les tribunaux de santé mentale, les tribunaux de toxicomanie et les tribunaux pour anciens combattants.

Ce projet de loi comble une échappatoire vieille de plusieurs années dans la loi sur la violence domestique – la “faille du petit ami” – qui interdisait aux personnes qui ont été reconnues coupables de crimes de violence domestique contre des conjoints, des partenaires avec qui ils partageaient des enfants ou des partenaires avec qui ils cohabitaient d’avoir des armes à feu. Les anciennes lois n’incluaient pas les partenaires intimes qui ne pouvaient pas vivre ensemble, être mariés ou partager des enfants. Désormais, la loi interdira d’avoir une arme à feu à toute personne reconnue coupable d’un crime de violence domestique contre quelqu’un avec qui elle entretient une “relation sérieuse continue de nature romantique ou intime”.

La loi n’est pas rétroactive. Cependant, il permettra aux personnes reconnues coupables de délits de violence domestique de rétablir leurs droits d’armes à feu après cinq ans s’ils n’ont pas commis d’autres crimes.

Le projet de loi encourage les États à inclure les dossiers des mineurs dans le système national de vérification instantanée des antécédents criminels avec des subventions et met en œuvre un nouveau protocole de vérification de ces dossiers.

Le projet de loi vise les particuliers qui vendent des armes à feu comme principale source de revenus, mais qui ont auparavant évité de s’enregistrer en tant que marchands d’armes à feu agréés par le gouvernement fédéral. Il augmente également le financement des programmes de santé mentale et de la sécurité scolaire.


Cette histoire et ce titre ont été mis à jour avec des développements supplémentaires vendredi.

Articles similaires