Tech

Bluu Seafood dévoile ses premiers produits de poisson cultivés en laboratoire et se prépare pour les régulateurs – TechCrunch

Fruits de mer Bluuune entreprise allemande qui développe du poisson « cultivé en laboratoire », présente ses premiers produits finis alors qu’elle se prépare à entamer le processus d’approbation réglementaire pour les marchés clés d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord.

Fondée en 2020 (à l’origine sous le nom de Bluu Biosciences), Bluu Seafood est l’une des nombreuses entreprises qui s’efforcent de résoudre les problèmes mondiaux de production de fruits de mer, notamment la surpêche ; contamination par les métaux lourds et le plastique ; et la cruauté. Pour ce faire, la société basée à Berlin commence par une seule biopsie de poisson « unique » (le poisson n’a pas besoin d’être tué pour cela), puis utilise la technologie des cellules souches pour développer des lignées cellulaires complètes (espèces de poissons) dans un environnement de laboratoire.

Aujourd’hui, Bluu a dévoilé ses deux premiers produits – des bâtonnets de poisson (ou “bâtonnets de poisson”, comme on les appelle sur certains marchés) et des boulettes de poisson, fabriquées à partir de cellules de poisson cultivées et “enrichies” de protéines végétales, un processus conçu pour optimiser leur cuisson et leur sensation en bouche.

Boulettes de poisson cultivées de Bluu Seafood

Bluu Seafood dévoile ses premiers produits de poisson cultivés en laboratoire et se prépare pour les régulateurs – TechCrunch

Bâtonnets de poisson cultivé de Bluu Seafood

Pêche autour

D’innombrables entreprises travaillent sur le même problème que Bluu. Wildtype, basé à San Francisco, a récemment obtenu un financement de 100 millions de dollars pour développer du saumon cultivé de « qualité sushi », tandis que CellMeat, en Corée du Sud, a levé des fonds pour des crevettes cultivées en laboratoire. Bluu, pour sa part, a obtenu 7 millions de dollars en financement de démarrage l’année dernière.

Il est donc clair qu’il y a une réelle poussée vers la création de produits de la mer « synthétiques » durables. Du point de vue de Bluu, cette durabilité réside dans ce qu’on appelle des cellules « immortalisées », de sorte qu’une fois qu’il a créé sa biomasse initiale à l’aide de cellules d’un vrai poisson, tout est désormais autosuffisant, sans vrai poisson ni OGM (organismes génétiquement modifiés) utilisés n’importe où dans le processus.

“C’est ce qui est étonnant avec les cellules” immortalisées “- alors que les cellules” normales “doublent, disons, 20 fois, puis s’arrêtent, les cellules immortalisées continuent de doubler – théoriquement pour toujours”, a déclaré le cofondateur de Bluu, Simon Fabich, à TechCrunch.

Les différenciateurs clés de Bluu résident également dans le les types de poissons sur lesquels il travaille actuellement. Alors que Wildtype se concentre sur le saumon du Pacifique, par exemple, Bluu travaille sur le saumon de l’Atlantique, la truite arc-en-ciel et la carpe. En plus de cela, Bluu s’efforce initialement de simplicité avec des produits tels que des bâtonnets de poisson et des boulettes de poisson, plutôt que d’essayer de recréer des produits comestibles plus complexes tels que le sashimi – bien que de tels plats de poisson figurent sur son menu à plus long terme.

“Nous travaillons en parallèle sur des produits plus complexes tels que le filet de poisson et le sashimi, dont des prototypes existent déjà”, a déclaré Fabich. “Mais ceux-ci sont sans aucun doute plus difficiles à mettre à l’échelle, et il faudra plus de temps pour atteindre la parité des prix avec le produit conventionnel.”

Mais surtout, Bluu est basé en Europe, ce qui non seulement a un marché de fruits de mer gargantuesquemais un solide base de biotechnologie y compris les instituts de recherche et les centres médicaux, entre autres ingrédients nécessaires pour faire des produits de la mer cultivés en laboratoire une réalité.

“L’Europe dispose d’un énorme vivier de personnes hautement qualifiées dans le secteur de la biotechnologie”, a ajouté Fabich. « En outre, bon nombre des principales sociétés d’équipements et d’ingrédients qui sont cruciales pour la réalisation d’une production à grande échelle sont basées en Europe. Notre approche est collaborative, ce qui signifie que nous n’avons pas l’intention de réinventer toutes les technologies nécessaires pour arriver à une production à grande échelle, mais plutôt de travailler avec des partenaires technologiques.

Bluu Seafood dévoile ses premiers produits de poisson cultivés en laboratoire et se prépare pour les régulateurs – TechCrunch

Les cofondateurs de Bluu Seafood, Simon Fabich, Sebastian Rakers et Christian Damman

Cultivé

Il convient de souligner les nombreuses entreprises de viande cultivée, y compris la startup européenne Meatable qui a récemment dévoilé ses premières saucisses synthétiques. Alors que la planète Terre s’efforce de répondre aux appétits insatiables des gens pour les protéines dérivées d’êtres vivants, nous allons voir de nombreux autres produits alimentaires fabriqués en laboratoire arriver sur le marché dans les années à venir, bien que les fruits de mer en particulier puissent présenter certains petits avantages dans la mesure où ils sont plus facile à recréer structurellement.

“Du point de vue du produit, la structure de la viande de poisson est plus facile à réaliser que la structure plus complexe de la viande de mammifère – pensez au filet de saumon par rapport au steak”, a expliqué Fabich.

Les processus sous-jacents pour créer de la viande et du poisson cultivés sont sensiblement les mêmes, dans la mesure où vous cultivez des cellules dans une solution nutritive dans une cuve de fermentation, mais un savoir-faire scientifique distinct est requis.

“Étant donné que les mammifères ont été étudiés depuis beaucoup plus longtemps, il y a beaucoup plus d’experts sur les cellules de mammifères que sur les cellules de poisson, qui ont des exigences très différentes”, a déclaré Fabich. “Par exemple, les cellules de poisson sont différentes en ce qui concerne les niveaux de nutriments et d’oxygène. De plus, ils n’ont pas besoin d’une température ambiante de 37 degrés pour se développer. Le processus d’isolement et d’optimisation des lignées cellulaires pour bien performer dans un contexte de production industrielle nécessite un ensemble unique d’expériences et de savoir-faire.

Réalité réglementaire

Mais développer un produit prêt pour le marché, ce que Bluu dit maintenant avoir fait, est loin de mettre un produit sur le marché. Singapour est la seule région au monde qui a jusqu’à présent approuvé la vente de viande cultivée en laboratoire, c’est pourquoi le petit pays insulaire sera le premier port d’escale de Bluu, avec des plans pour obtenir l’approbation à Singapour dès l’année prochaine. La prochaine étape consistera à demander l’approbation aux États-Unis, dans l’Union européenne (UE) et au Royaume-Uni, bien que chacun ait ses propres obstacles réglementaires à contourner.

« Malheureusement, il [approval process] varie beaucoup car il y a tout simplement peu d’expérience avec les protéines cultivées », a déclaré Fabich. “Notre plus grand défi est que sur la plupart des marchés, les processus ne sont pas encore définis, et donc personne ne peut nous dire quelles études et quels documents nous devons réellement fournir comme meilleure base d’approbation.”

Pour résumer, Bluu et ses concurrents d’aliments cultivés devront produire une vaste gamme de données et de documentation pour montrer que le fourrage de laboratoire est prêt pour les heures de grande écoute. À Singapour et aux États-Unis, Fabich est peut-être plus confiant d’obtenir l’approbation simplement parce que le dialogue est ouvert et que les exigences sont assez claires.

“Les autorités réglementaires de Singapour et des États-Unis ont adopté une approche collaborative pour traiter les demandes de produits cultivés”, a expliqué Fabich. “Tous les deux ASF et FDA encouragent une discussion ouverte et sont très ouverts sur les exigences d’un dossier complet. Les processus sont rigoureux et exigent des expériences, des analyses et une documentation approfondies. Cependant, en tant que candidat sur ces marchés, nous savons exactement ce qui est attendu et, par conséquent, nous pouvons fournir toutes les données requises.

L’UE est un animal différent, pour ainsi dire, étant donné qu’il y a 27 pays qui alimentent le cadre réglementaire et juridique. Et c’est pourquoi Bluu a cofondé l’année dernière Agriculture Cellulaire Europequi est essentiellement une coalition industrielle de toute l’Europe et d’Israël, conçue pour aider les entreprises partageant les mêmes idées à faire entendre leur voix sur les questions politiques liées à la culture de la viande, du poisson et des même les produits laitiers. Oui, vous pouvez probablement appeler cela un groupe de pression.

“L’association est une partie prenante enregistrée à l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) et travaille en étroite collaboration avec les autorités de l’UE”, a poursuivi Fabich. « Le principal obstacle est de définir quelles recherches, études, etc. sont nécessaires pour obtenir l’approbation. Ce n’est pas la sécurité alimentaire – notre produit est sûr, nous savons ce qui entre, ce qui sort et ce qui se passe entre les deux.

La façon dont tout cela se traduit par des délais n’est pas encore tout à fait claire et cela variera d’une juridiction à l’autre. Fabich a déclaré que l’on s’attend généralement à ce que les États-Unis donnent leur approbation pour leurs premiers produits de la mer cultivés dans les neuf prochains mois, bien que cela soit probablement suivi d’une longue période d’essais sur le marché. Nous envisageons donc peut-être 2025 avant de pouvoir nous attendre à voir des boulettes de poisson cultivées en laboratoire sur les étagères des supermarchés.


Source link

Articles similaires