Divertissement

Canadiens obtiennent des nominations aux Oscars | L’étoile

Une bonne année pour les films pop-corn est également fabuleuse pour le Canada dans les nominations pour les 95e Oscars annoncées mardi.

Deux cinéastes canadiens sont représentés dans les 10 nominations du meilleur film pour les grands et les petits films : le blockbuster de science-fiction « Avatar : The Way of Water » de l’Ontarien James Cameron, qui compte quatre nominations au total; et le drame d’art et d’essai « Women Talking » de la Torontoise Sarah Polley en a deux, l’autre pour le meilleur scénario adapté.

Le spectacle multivers “Everything Everywhere All at Once” mène la course aux Oscars avec 11 nominations, parmi lesquelles Meilleur film, Meilleur réalisateur (Daniel Kwan et Daniel Scheinert), Meilleure actrice (Michelle Yeoh), Meilleure actrice dans un second rôle (Jamie Lee Curtis et Stephanie Hsu) et Meilleur acteur dans un second rôle (Ke Huy Quan).

Juste derrière avec neuf nominations chacune, dont celle du meilleur film, se trouvent l’épopée de guerre allemande “All Quiet on the Western Front” et la sombre comédie irlandaise “The Banshees of Inisherin”. Vient ensuite le biopic superstar “Elvis” avec huit, le morceau de mémoire de la famille Spielberg “The Fabelmans” avec sept, le flyboy rouser “Top Gun: Maverick” avec six et le drame de célébrités “TÁR”, également avec six. Pour compléter le champ du meilleur film, le gagnant de la Palme d’or de Cannes 2022 “Triangle of Sadness”, une satire de classe qui a trois nominations.

Il y a eu de nombreuses nominations surprises au cours d’une année où aucun favori clair n’avait émergé des Golden Globes, des Critics Choice Awards et d’autres concours précurseurs.

Le plus grand choc de tous pourrait être la nomination du meilleur film pour “Women Talking” de Polley, que de nombreux experts aux Oscars avaient considéré comme un concurrent sérieux en raison de ses mauvais résultats au box-office. Le drame de femmes mennonites se rassemblant dans une grange pour discuter de ce qu’il faut faire en cas d’agression sexuelle dans leur communauté éloignée est basé sur un roman du même nom de 2018 de l’auteure manitobaine Miriam Toews.

“Je suis très heureuse aujourd’hui et très reconnaissante envers l’incroyable collectif d’acteurs et d’équipes qui a créé” Women Talking “”, a tweeté Polley après la lecture des nominations à Hollywood tôt mardi. Elle est nominée personnellement pour le meilleur scénario adapté, la deuxième fois qu’elle est en compétition dans la catégorie. Son premier était pour “Away From Her” en 2006.

Polley était MIA dans la catégorie Meilleur réalisateur, même si elle avait été considérée comme une valeur sûre au début de la saison des récompenses. Les nominés cette année sont tous des hommes : Kwan et Scheinert pour “Everything Everywhere All at Once”, Martin McDonagh pour “The Banshees of Inisherin”, Steven Spielberg pour “The Fabelmans” et Ruben Östlund pour “Triangle of Sadness”.

Seulement huit femmes ont été nominées pour le meilleur réalisateur de l’histoire des Oscars, avec trois gagnantes, toutes les victoires se produisant au 21e siècle : Kathryn Bigelow pour “The Hurt Locker” (2009), Chloé Zhao pour “Nomadland” (2020) et Jane Campion pour “Le pouvoir du chien” (2021).

Parmi les autres nominés canadiens aux Oscars, citons Domee Shi de Toronto, dont le film torontois de Pixar “Turning Red”, sur une adolescente qui se transforme en panda roux géant, concourra pour les honneurs du meilleur long métrage d’animation. Dans la catégorie Meilleur court métrage d’animation, les animatrices de Calgary Wendy Tilby et Amanda Forbis sont de la partie avec “The Flying Sailor”, l’histoire étrange mais vraie du marin qui a survécu à l’explosion du port d’Halifax pendant la Première Guerre mondiale.

"Devenir rouge" a de nombreux moments mettant en vedette les rues du centre-ville de Toronto.

Un autre Torontois célébrant une nomination aux Oscars est Daniel Roher pour “Navalny”, en compétition dans la catégorie Meilleur long métrage documentaire pour l’histoire du chef de l’opposition russe emprisonné Alexei Navalny. Dans la même catégorie se trouve «Fire of Love», une coproduction canado-américaine de Sara Dosa sur deux chasseurs de volcans français.

Il y aura sans aucun doute d’autres candidats canadiens aux Oscars parmi les nombreux noms et films annoncés mardi, mais il y a au moins un Canadien honoraire que nous connaissons déjà : le candidat du meilleur acteur Brendan Fraser de “The Whale”. Il est né aux États-Unis de parents canadiens, mais il est allé à l’école à Toronto et garde de bons souvenirs de la ville.

C’est tout un spectacle de voir James Cameron et Sarah Polley concourir pour l’or du meilleur film la même année, l’un pour un film qui a rapporté plus de 2 milliards de dollars au box-office international et l’autre avec une projection considérablement plus modeste.

L’humoriste Chelsea Handler a plaisanté sur la disparité lors des récents Critics’ Choice Awards, comparant le coût de fabrication et de vente d’Avatar : la voie de l’eau avec la manière dont Polley a choisi de tourner son film : “James Cameron a reçu 350 millions de dollars et Sarah Polley a dû filmer ‘Women Talking’ dans une grange.

Brendan Fraser dans une scène de "La baleine."

Parmi les autres surprises de mardi, il y avait une nomination au meilleur acteur pour Paul Mescal dans “Aftersun” et un clin d’œil à la meilleure actrice pour Andrea Riseborough dans “To Leslie”, deux films indépendants salués par la critique sur des protagonistes troublés que de nombreux experts jugeaient trop petits pour figurer sur la liste des Oscars. .

La star de “Black Panther : Wakanda Forever”, Angela Bassett, est entrée dans l’histoire avec sa nomination pour la meilleure actrice dans un second rôle. Elle est la première personne à obtenir une nomination aux Oscars pour avoir joué dans un film de Marvel Cinematic Universe, ce qui fait également d’elle la première femme et la première personne de couleur à le faire. Elle a reçu sa première nomination aux Oscars il y a 29 ans pour avoir joué Tina Turner dans le biopic de 1993 “What’s Love Got to Do With It?”

Parmi les nombreux rebuffades figuraient Tom Cruise, qui n’a pas réussi à obtenir le titre de meilleur acteur pour “Top Gun: Maverick” tandis que le réalisateur du film, Joseph Kosinski, a été éliminé pour le meilleur réalisateur. Viola Davis, quant à elle, a été négligée pour la considération de la meilleure actrice pour son rôle de star dans “The Woman King”.

La 95e cérémonie des Oscars, animée par Jimmy Kimmel, sera remise le 12 mars. Les bulletins de vote sont déposés par près de 10 000 membres de l’Académie des arts et des sciences du cinéma de 80 pays.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Articles similaires