Charest dirait non à la taxe carbone, cible d’émissions actuelle

OTTAWA –

Le candidat à la direction du Parti conservateur, Jean Charest, promet d’abroger le prix du carbone à la consommation du gouvernement libéral et d’éliminer la portion fédérale de la TVH sur les achats à faible émission de carbone.

Il promet également de s’en tenir à un objectif plus ancien de réduction des émissions de gaz à effet de serre du pays d’ici 2030 s’il remporte les élections à la direction du 10 septembre et ramène les conservateurs au pouvoir.

Le plan partagé avec La Presse canadienne est de haut niveau et ne contient aucun détail sur le coût.

Il promet d’éliminer la « taxe sur le carbone à la consommation Trudeau », c’est ce qu’il appelle le prix fédéral actuel sur le carbone.

Il propose également de faire payer aux émetteurs industriels un prix du carbone dans le cadre d’une « focalisation plus importante sur les émissions industrielles ».

“Il y a un prix sur le carbone, et nous choisissons de suivre la voie des grands émetteurs”, a déclaré Charest, un ancien premier ministre du Québec, en entrevue lundi.

“C’est l’approche qui, à mon avis, sera la plus efficace.”

La taxe fédérale sur le carbone, désormais fixée à 50 $ par tonne d’émissions, s’applique directement en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario, où les consommateurs reçoivent des chèques de remise du gouvernement fédéral dans ces provinces.

Toutes les autres provinces ont leur propre système de tarification du carbone qui respecte les normes minimales fédérales.

Charest a déclaré qu’il respecterait la compétence des provinces pour décider de la meilleure façon de réduire leurs émissions, notant les différences entre le Québec, par exemple, qui possède beaucoup d’énergie hydroélectrique, et l’Alberta, où l’économie est liée au pétrole et au gaz.

“Il est tout simplement logique que nous puissions tenir compte de différentes approches, compte tenu de différentes réalités”, a-t-il déclaré.

Charest a déclaré qu’il n’honorerait pas l’objectif auquel le premier ministre Justin Trudeau s’est engagé dans le cadre d’un accord sur le climat des Nations Unies, qui réduirait les émissions de gaz à effet de serre de 40 à 45 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030.

Au lieu de cela, Charest dit qu’il s’en tiendrait à l’objectif de 30 %, décidé par l’ancien premier ministre conservateur Stephen Harper, qu’il a qualifié de plus réalisable et réaliste.

“Nous avons vu ce film, je ne sais pas combien de fois, de fixer des objectifs et d’échouer.”

Jusqu’où les conservateurs sont prêts à aller pour s’attaquer au problème des émissions liées au carbone, qui alimentent le réchauffement de la planète, est une question à laquelle le parti est confronté alors que les scientifiques mettent en garde contre la nécessité d’une action plus rapide. Les libéraux au pouvoir ont également fait du changement climatique l’une de leurs principales priorités.

L’un des cris de ralliement les plus populaires des fidèles conservateurs, dont beaucoup sont originaires de la Saskatchewan et de l’Alberta, est d’annuler la taxe sur le carbone. Ils disent que c’est une mesure inefficace et punitive pour les familles.

Son collègue candidat à la direction du Parti conservateur, Pierre Poilievre, a déjà promis de le faire. Plus tôt, il a attaqué Charest pour son soutien à la tarification du carbone et a suggéré que Charest, qui n’avait pas présenté son plan climatique jusqu’à présent, était favorable aux mesures imposées par Trudeau.

Lorsque Charest était premier ministre du Québec, il a introduit un système de plafonnement et d’échange, qui est une forme de tarification du carbone. Il a également été ministre fédéral de l’Environnement sous l’ancien premier ministre progressiste-conservateur Brian Mulroney.

De nombreux membres du parti et experts politiques ont regardé pour voir ce qu’il promettait sur le dossier climatique.

Pour inciter les Canadiens à réduire leur propre empreinte carbone, le plan de Charest propose d’éliminer la partie fédérale de la TVH sur les achats tels que les véhicules électriques, les appareils Energy Star et les fenêtres à haute efficacité.

Sa campagne a déclaré qu’il appartiendrait aux provinces de décider de réduire leurs propres portions de la TVH.

Il s’engage également à déployer des crédits d’impôt pour les technologies de capture et de stockage du carbone et pour les installations d’élimination du dioxyde de carbone.

La capture et le stockage du carbone consistent à piéger les émissions de l’industrie et à les stocker sous terre afin qu’elles ne soient pas rejetées dans l’atmosphère, où elles contribuent au réchauffement climatique.

Le gouvernement libéral a alloué 2,6 milliards de dollars sur cinq ans à un crédit d’impôt pour les entreprises qui investissent dans des projets utilisant la technologie.

Le plan de Charest promet également d’intégrer l’énergie nucléaire dans le nouveau programme fédéral d’obligations vertes dans le cadre d’une poussée pour plus de technologies vertes, qu’il dit que le Canada devrait exporter.

L’application de tarifs frontaliers sur le carbone et l’accélération des approbations pour les projets qui réduisent les émissions figurent également dans son plan.

Stewart Elgie, directeur de l’Institut de l’environnement de l’Université d’Ottawa, à qui on a montré le plan de Charest pour fournir des commentaires, a déclaré qu’il le jugeait crédible. Il a ajouté que les antécédents de Charest au gouvernement font également de lui le concurrent le plus soucieux du climat dans la course.

Elgie a déclaré qu’il aimait la proposition de supprimer la TVH des produits à faible émission de carbone, ce qui, selon lui, aidera les consommateurs.

“J’ai aimé qu’il mette un prix du carbone sur les émissions de l’industrie. Ce serait mieux si ce prix s’appliquait à toutes les émissions”, a-t-il déclaré.

“La principale faiblesse du plan est qu’il n’y aura pas de prix du carbone pour les consommateurs… vous devrez donc utiliser d’autres outils pour parvenir à ces réductions d’émissions.”

L’ancien chef du parti Erin O’Toole s’est retrouvé dans l’eau chaude avec son caucus et l’ensemble des membres du parti l’année dernière après les avoir surpris en adoptant une taxe sur le carbone pour les biens de consommation, comme le carburant, après avoir fait campagne en tant que candidat à la direction pour supprimer le carbone des libéraux. le prix.

Michael Bernstein, directeur exécutif de Clean Prosperity, une organisation à but non lucratif qui plaide pour que les conservateurs adoptent la tarification du carbone comme le moyen le plus rentable de réduire les émissions, a déclaré lundi qu’il n’était “pas trop surpris” d’en voir une pour les consommateurs exclue.

Bernstein a déclaré qu’il est clair que l’opposition à la politique est devenue un élément central de l’identité conservatrice pour de nombreux membres du parti, qui va au-delà des “faits et chiffres” de ce qu’elle fait réellement.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 26 avril 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

huit − deux =