News

Comment empêcher les développeurs de profiter de la controverse sur la Ceinture de verdure

Mike Schreiner a raison lorsqu’il dit que le plan du premier ministre Doug Ford d’ouvrir plus de terrains de la Ceinture de verdure pour le logement échoue « au test de l’odeur ».

Le chef du Parti vert de l’Ontario a également raison de demander au commissaire provincial à l’intégrité d’enquêter sur une série de transactions immobilières récentes dans la Ceinture de verdure qui pourraient voir plusieurs promoteurs – qui ont fait d’énormes dons au parti conservateur de Ford – récolter de grosses fortunes d’un simple trait de plume.

En effet, un petit groupe de propriétaires fonciers et de promoteurs devrait « gagner à la loterie » lorsqu’ils obtiendront l’approbation finale pour commencer à construire des logements sur des milliers d’acres de terres de la Ceinture de verdure.

Il est peut-être trop tard pour arrêter le projet de Ford de transformer les précieuses terres de la Ceinture de verdure en logements. Mais surtout, il n’est peut-être pas trop tard pour empêcher les promoteurs et les propriétaires fonciers de percevoir des bénéfices exceptionnels de plusieurs dizaines et millions de dollars.

Plus tôt cette semaine, le projet de loi 23 du gouvernement, connu sous le nom de More Homes Built Fast Act 2022, a été adopté en troisième et dernière lecture. Il retire 15 parcelles de terrain totalisant 7 400 acres de la Ceinture de verdure pour construire 50 000 maisons.

Le projet de loi marque une volte-face de Ford, qui a promis au cours des dernières années de garder la Ceinture de verdure exempte de tout développement.

Mais une enquête du Toronto Star et du Narwal a révélé que huit des 15 zones où le logement sera autorisé ont été achetées depuis que Ford est devenu premier ministre en 2018. Elle a également révélé que neuf des promoteurs qui en bénéficieront ont fait don de quelque 572 000 $ aux conservateurs depuis. 2014.

De plus, l’enquête a révélé que deux mois seulement avant que le gouvernement Ford n’annonce son nouveau plan de ceinture de verdure, une société liée au promoteur Michael Rice avait acheté quelque 700 acres dans la ceinture de verdure pour 80 millions de dollars.

Un expert en logement de la GTA m’a dit en privé que la valeur de ce terrain pourrait monter en flèche – instantanément – d’un facteur de 10 ou plus une fois qu’un projet de logement est autorisé à démarrer.

Alors qu’est ce qui peut être fait?

La seule façon d’empêcher les amis développeurs de Ford de percevoir leurs gros profits est que la province prenne ces mesures :

  • Exproprier le terrain où il pense que des logements devraient être construits et indemniser les propriétaires à la valeur de ce terrain lorsqu’il faisait partie de la Ceinture de verdure.
  • Rezoner le terrain exproprié pour le logement.
  • Inviter les promoteurs à soumissionner pour construire des logements sur les terrains expropriés.

Les hurlements de plainte outrés de ceux qui espéraient récolter des fortunes immédiates seront entendus haut et fort. Mais ce processus créerait de la richesse pour le gouvernement provincial et possiblement pour les municipalités locales — pas pour les promoteurs.

En Ontario, la Loi sur l’expropriation permet au gouvernement de prendre le contrôle d’un terrain sans le consentement du propriétaire. Le gouvernement doit indemniser les propriétaires en payant ce que valait la propriété au jour de l’expropriation. Les gouvernements exproprient rarement des terres, mais lorsqu’ils le font, c’est généralement pour les services publics, tels que l’électricité ou les corridors de transport, et pour les installations publiques.

Évidemment, l’expropriation du terrain et sa remise aux promoteurs n’arrêteront pas la construction de logements sur les terrains de la Ceinture de verdure en question maintenant. Ce train est déjà parti, étant donné que le gouvernement a adopté la loi pour ouvrir le terrain au développement.

Maintenant, l’accent devrait être mis sur qui bénéficie financièrement de cette décision. Est-ce que ce devrait être la population de l’Ontario? Ou devrait-ce être les promoteurs immobiliers qui ont acheté les terrains de la Ceinture de verdure ces dernières années dans l’espoir que Ford les ouvrirait au logement.

Ford peut rejeter l’idée d’exproprier les terres au cœur de cette lutte, mais il devrait sérieusement l’envisager pour tout futur projet de ceinture de verdure qu’il pourrait secrètement envisager.

En effet, dans les mois à venir, Ford peut s’attendre à plus de pression de la part des spéculateurs qui veulent vendre leur terrain pour encore plus de logements – et affaiblir davantage la vision originale de la Ceinture de verdure.

Bob Hepburn est un chroniqueur politique de Star et basé à Toronto. @BobHepburn

Articles similaires