Politique

Comment Poutine a fait monter en flèche les prix de l’énergie dans l’UE – POLITICO

Appuyez sur play pour écouter cet article

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a incité la majeure partie de l’UE à prendre conscience du danger de dépendre du Kremlin pour son gaz naturel.

Mais s’éloigner du gaz russe, qui représentait l’année dernière 40% de la demande de l’UE, est un processus douloureux – et le président russe Vladimir Poutine ne tire aucun coup.

Même avant l’invasion de l’Ukraine, son monopole d’exportation soutenu par l’État, Gazprom, a lentement commencé à vendre moins de gaz naturel aux acheteurs européens, épuisant le stockage et ralentissant le débit des gazoducs.

Ces changements d’approvisionnement – couplés aux déclarations grandiloquentes de Poutine, aux fausses promesses et aux blagues périodiques aux dépens de Bruxelles – ont provoqué une flambée, une chute, une reprise et une baisse des prix de l’énergie, alors que les commerçants anxieux tentaient de prédire la quantité de gaz sur laquelle ils pourraient compter l’hiver prochain.

Voici un aperçu de la façon dont les jeux énergétiques russes – et les réactions à leur égard en Occident – ​​ont détraqué les marchés européens.

Fin 2021 : avant l’invasion ukrainienne

Selon les rapports officiels de la Commission européenne sur le marché du gaz, en 2021, Gazprom fourni 137 milliards de mètres cubes (bcm) de gaz par gazoduc vers les pays de l’UE. C’est 7 pour cent Suite qu’en 2020, qui a été une année de demande inhabituellement faible en raison des blocages – mais représente une baisse de 16% des livraisons par rapport à 2019la dernière année normale pré-COVID. Une grande partie de cette baisse de l’offre en 2021 était due à un recul important d’octobre à décembre, lorsque Gazprom a envoyé 24 % de moins vers l’UE qu’au cours de la même période en 2020. L’incertitude à l’approche de l’hiver a provoqué des flambées de prix sans précédent sur les marchés du gaz de l’UE, passant de moins de 15 € par mégawattheure (MWh) en janvier à un record de fin d’année de 180 €/MWh.

6 AOÛT : Gazprom réduit considérablement les flux de gaz via le gazoduc Yamal – qui traverse la Biélorussie et la Pologne – citant un Feu dans une usine de traitement de gaz en Sibérie occidentale. Gazprom commence à la place à retirer le gaz détenu dans le stockage souterrain dans l’UE pour répondre aux livraisons contractuelles aux clients, exacerbant un problème déjà existant de faibles niveaux de stockage.

16 AOÛT : Gazprom uniquement des livres 4 pour cent de la capacité de transit de gaz disponible offerte par l’Ukraine pour septembre, entraînant une baisse des prix du gaz pic en prévision de la baisse des débits.

10 SEPTEMBRE : Le gazoduc Nord Stream 2 de Gazprom entre la Russie et l’Allemagne est entièrement construit, n’attendant que la certification des régulateurs allemands pour commencer à fonctionner.

1ER OCTOBRE: Gazprom cesse d’envoyer du gaz à travers l’Ukraine à la Hongrie, comme Moscou et Budapest pancarte Des contrats de 15 ans pour envoyer des fournitures via le pipeline russe TurkStream à la place.

5 OCTOBRE : Poutine blâme “l’hystérie et la confusion” des marchés européens de l’énergie sur les “décisions déséquilibrées” comme le changement climatique et la politique de transition énergétique. Les prix du gaz dans l’UE atteignent un record de 165 € par mégawattheure.

6 OCTOBRE : Les prix du gaz chutent quand, un jour plus tard, Poutine dit: “Augmenter l’approvisionnement en gaz… peut et doit être fait.” Il appelle également à une approbation allemande rapide de Nord Stream 2.

8 OCTOBRE : L’Association roumaine des fournisseurs d’énergie met en garde que les demandes d’approvisionnement en gaz supplémentaires de ses membres pour l’hiver sont refusées par Gazprom.

13 OCTOBRE : Gazprom vend des volumes dits de gaz au comptant sur le marché européen — c’est-à-dire des ventes aux enchères ouvertes en dehors de contrats d’approvisionnement pluriannuels — pour le dernière fois. Depuis lors, seuls les clients à long terme ont pu recevoir des livraisons convenues à l’avance par gazoduc, ce qui a entraîné une baisse du volume de gaz russe acheminé vers l’Europe.

15 OCTOBRE : Gestionnaire de réseau de gaz ukrainien met en garde Gazprom n’envoie qu’une fraction du volume de gaz réservé via l’Ukraine.

19 OCTOBRE : La Pologne avertit les responsables de la concurrence de l’UE que Gazprom “limite les flux via des routes autres que Nord Stream 1” et demande une enquête sur Gazprom pour manipulation du marché.

21 OCTOBRE : Poutine ridiculise la Commission européenne pour avoir découragé les contrats d’approvisionnement en gaz à long terme en faveur des échanges au comptant, et ajoute qu’il peut envoyer à l’UE le gaz supplémentaire dont elle a besoin si les régulateurs n’approuvaient que Nord Stream 2.

26 OCTOBRE : L’UE annonce qu’elle rassemble des preuves pour une enquête sur la concurrence afin de voir si les prix élevés du gaz sont attribuables à la manipulation par les principaux fournisseurs comme Gazprom.

28 OCTOBRE : Poutine ordonne à Gazprom de commencer à remplir son stockage souterrain anormalement bas dans l’UE avant l’hiver, ce qui a fait chuter les prix du gaz dans l’UE en dessous de 80 €/MWh pour la première fois en septembre. Ce réapprovisionnement du stockage ne finit pas par se produire.

16 NOVEMBRE : Le régulateur allemand des infrastructures déclare qu’il ne peut pas certifier le gazoduc Nord Stream 2 tant que la propriété n’est pas transférée à une filiale en Allemagne.

16 DÉCEMBRE : Les régulateurs allemands annoncent que Nord Stream 2 ne sera pas certifié avant au moins l’été 2022.

21 DÉCEMBRE : Le gaz russe s’écoule à travers le gazoduc de Yamal s’arrête puis commence de manière inattendue à s’écouler en sens inverse, transportant le gaz vers l’est loin de l’Allemagne. Les prix du gaz ont atteint un niveau record de 180 €/MWh. L’ukrainien Naftogaz répond en appelant à une enquête sur une éventuelle manipulation du marché par Gazprom. Au lieu de cela, Poutine accuse les commerçants occidentaux avides de revendre le gaz russe bon marché reçu par contrat à une marge massive et de le stocker dans un stockage ukrainien fiscalement avantageux.

2022 : Invasion, sanctions et coupures de gaz

Gazprom préliminaire Les données de janvier à juillet 2022 montre les exportations vers son soi-disant étranger lointain – c’est-à-dire les pays en dehors de l’ex-Union soviétique sont en baisse d’environ 35 pour cent par rapport à l’année dernière. Ce chiffre prend en compte des livraisons plus élevées vers la Chine, ce qui signifie que la réduction réelle vers l’Europe est plus sévère. Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine en février, Gazprom s’est engagée dans une série de perturbations de l’approvisionnement de clients basés dans l’UE suite à un mandat de règlement des paiements en monnaie russe, ce que la Commission européenne a interdit comme une violation potentielle des sanctions financières de l’UE.

21 FÉVRIER : Poutine reconnaît deux régions séparatistes dans l’est de l’Ukraine et commande des troupes russes.

22 FÉVRIER : En réponse, l’Allemagne suspend la certification administrative de Nord Stream 2.

Poutine déclare que “la Russie, pour sa part, a l’intention de poursuivre l’approvisionnement ininterrompu de cette matière première, y compris [liquefied natural gas]aux marchés mondiaux. » Dmitri Medvedev, ancien président russe et vice-président du conseil de sécurité russe, tweets: “Bienvenue dans le meilleur des mondes où les Européens vont très bientôt payer 2 000 € pour 1 000 mètres cubes de gaz naturel !”

24 FÉVRIER : La Russie lance une invasion à grande échelle de l’Ukraine. Le Brent, la référence mondiale du pétrole, dépasse les 100 dollars le baril pour la première fois depuis 2014. Les prix du gaz dans l’UE ont atteint 128 €/MWh.

LE 2 MARS: Le géant pétrolier et gazier américain Exxon annonce qu’il mettra fin à tout nouvel investissement en Russie et se retirera d’un projet gazier majeur, Sakhalin 1. Les prix du gaz ont atteint 157 €/MWh.

7 MARS: Des documents divulgués de la Commission européenne montrent une proposition visant à réduire de deux tiers la dépendance de l’UE vis-à-vis du gaz russe, notamment par le remplissage obligatoire des niveaux de stockage souterrain de gaz de l’UE à 80 % d’ici octobre. Les prix du gaz d’été normalement bon marché ont brièvement atteint 345 €/MWh.

26 AVRIL : Gazprom interrompt les expéditions vers la Pologne et la Bulgarie en raison d’un refus de payer en roubles.

27 AVRIL : Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, prévient que tout client refusant de payer le gaz en utilisant un compte bancaire libellé en roubles risque de voir l’approvisionnement coupé.

11 MAI : L’Ukraine annonce des prélèvements non autorisés de gaz d’un gazoduc traversant des “territoires sous occupation militaire russe” et avertit Gazprom d’emprunter une autre route. Depuis lors, la Russie envoie simplement moins de gaz via l’Ukraine.

16 MAI : La Russie interrompt les livraisons d’électricité à la Finlande, une décision largement perçue comme une réaction à la demande d’adhésion de la Finlande à l’OTAN le 12 mai.

LE 21 MAI: Gazprom arrête les livraisons au finlandais Gasum.

31 MAI : Gazprom « suspend complètement les livraisons de gaz » à la société néerlandaise GasTerra « en raison du non-paiement en roubles ».

1 JUIN: Gazprom arrête les livraisons à Ørsted, la plus grande compagnie d’énergie du Danemark, “en raison d’un non-paiement en roubles”.

15 JUIN : Gazprom annonce que les flux tomberont à 40% de la capacité sur Nord Stream à partir du 16 juin.

17 JUIN : La France et l’Italie reçoivent moins de gaz russe que prévu quelques jours après la visite du président français Emmanuel Macron et du Premier ministre italien Mario Draghi à Kyiv pour soutenir la candidature de l’Ukraine à l’adhésion à l’UE.

11 JUILLET : Nord Stream se déconnecte pour une maintenance annuelle de 10 jours.

18 JUILLET : Gazprom envoie un avis juridique rétroactif à l’allemand Uniper et à d’autres clients européens, affirmant que la réduction des livraisons de gaz depuis le 14 juin est due à des facteurs indépendants de la volonté de l’entreprise. L’italien Eni, l’autrichien OMV et le français Engie signalent également des livraisons réduites.

20 JUILLET : Poutine laisse entrevoir la possibilité d’augmenter les flux de gaz vers l’Europe alors que Nord Stream est sous-performant : “Nous avons une autre route prête – c’est Nord Stream 2.”

21 JUILLET : Nord Stream reprend les livraisons, mais à 40% de sa capacité. Poutine prévient que les flux pourraient à nouveau baisser en raison du retour retardé d’une turbine à gaz du Canada.

27 JUILLET : Les livraisons via Nord Stream chutent à 20% de leur capacité. Poutine accuse l’absence d’une turbine Siemens nécessaire pour faire passer plus de gaz dans la ligne, mais Kyiv souligne que Moscou paie toujours pour l’espace de transit à travers l’Ukraine et ne l’utilise pas.

30 JUILLET : Gazprom cesse de fournir du gaz à la Lettonie “en raison de la violation des conditions de retrait de gaz”, après l’annonce que la société énergétique lettone Latvijas Gaze a trouvé un autre fournisseur de gaz russe qui n’exigeait pas de paiement en roubles.

3 AOÛT : Gazprom dit Les sanctions de l’UE, des États-Unis et du Royaume-Uni contre Moscou “rendent impossible le retour” de la turbine à gaz Siemens en Russie pour augmenter les flux via Nord Stream. Le chancelier allemand Olaf Scholz rétorque que “rien ne s’oppose à la poursuite du transport”.

L’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder a déclaré avoir rencontré Poutine en Russie pour discuter de la possibilité d’un accord de paix avec l’Ukraine – exhortant simultanément Berlin à redémarrer la certification de Nord Stream 2. “La bonne nouvelle est que le Kremlin veut un règlement négocié”, dit-il. . “[But] si vous ne voulez pas utiliser Nord Stream 2, vous devez en supporter les conséquences. Et ils seront énormes en Allemagne.

Cet article fait partie de POLITICO Pro

Comment Poutine a fait monter en flèche les prix de l'énergie dans l'UE – POLITICO

La solution à guichet unique pour les professionnels des politiques fusionnant la profondeur du journalisme POLITICO avec la puissance de la technologie

Comment Poutine a fait monter en flèche les prix de l'énergie dans l'UE – POLITICO


Des scoops et des idées exclusives et inédites

Comment Poutine a fait monter en flèche les prix de l'énergie dans l'UE – POLITICO


Plate-forme de renseignements sur les politiques personnalisée

Comment Poutine a fait monter en flèche les prix de l'énergie dans l'UE – POLITICO


Un réseau d’affaires publiques de haut niveau

Comment Poutine a fait monter en flèche les prix de l'énergie dans l'UE – POLITICO




Source link

Articles similaires