Divertissement

Critique: ‘The Whale’ est un film difficile mais étonnant à regarder

Le centre de gravité de “The Whale” est évidemment l’homme de 600 livres en son centre. Regardez attentivement, cependant, et c’est lui qui a une âme aussi légère qu’une plume.

Charlie est un professeur de littérature anglaise reclus et souffrant d’obésité morbide, incapable et peu disposé à arrêter de se manger à mort. Alors que ses problèmes de santé s’aggravent et que son espérance de vie est estimée à une semaine seulement, Charlie a du mal à renouer avec sa fille dont il s’est séparé. On le rencontre le lundi et le film avance au jour le jour jusqu’au vendredi.

Charlie est un gentil géant, qui ne fait pas rage face à sa mort imminente. C’est un optimiste et un fervent partisan de la vérité, même si rien dans son monde ne le renforce non plus. “The Whale” n’est pas toujours agréable à regarder mais les retombées et les performances en font un film époustouflant.

Stationnaire et sifflant sur son canapé, Charlie est visité à plusieurs reprises par une constellation de personnes – une infirmière amicale, sa fille adolescente et un jeune missionnaire d’une église apocalyptique. Ils ont tous besoin de quelque chose de cet homme bien intentionné mais brisé – spirituel, médical ou familial. Ils sont tous cassés aussi.

Le film, basé et adapté de la pièce off-Broadway du même nom de Samuel D. Hunter, est réalisé par Darren Aronofsky, qui a dirigé des contes sombres tels que “Requiem for a Dream” et “Black Swan”. La représentation par Hunter de la mortification de la chair rencontre parfaitement un réalisateur épris de grotesque.

Brendan Fraser a gagné beaucoup de buzz aux Oscars pour avoir joué à Charlie, permettant à son visage de chien chiot de rester malgré une combinaison massive et des prothèses gonflantes. Et pourquoi pas? C’est l’une des performances les plus émouvantes depuis des années, pleine d’humanité et un triomphe rédempteur pour un acteur qui a caché son talent dans des films rapidement oubliés comme “Blast from the Past”, “Hair Brained” et “Airheads”.

L’ensemble du casting est parfait, de Sadie Sink en tant que fille hérissée de Charlie, Hong Chau en tant qu’ange infirmier grossier, Ty Simpkins en tant que missionnaire au passé caché et Samantha Morton en tant qu’ex-femme avec une colère frémissante et pourtant toujours amoureuse. Il y a des références constantes à “Moby Dick” d’Herman Melville, qui donne au film le titre et son ambiance condamnée.

Charlie a gonflé depuis la mort de son partenaire de même sexe, qui s’est apparemment voulu à mort en mourant de faim après que leur relation ait été condamnée par son père, chef de file de l’église. Charlie a apparemment décidé de mourir dans le sens inverse.

Il s’excuse tristement auprès de son infirmière – “Je suis désolé”, dit-il continuellement – et éteint la caméra vidéo de son ordinateur portable pendant ses cours en ligne. Même le livreur de pizza ne sait pas à quoi il ressemble. « Qui voudrait que je fasse partie de sa vie ? il demande.

On craignait que le film ne soit fatphobe et il est vrai que le directeur de la photographie Matthew Libatique se penche souvent sur des manières peu flatteuses de montrer Charlie, se savonnant sous la douche, s’efforçant de se lever ou de toucher le sol, couvert de sueur et poussant de la pizza ou du poulet frit dans sa bouche. Peut-être qu’une partie de cela aurait pu être abordée au lieu de s’attarder.

Mais le poids corporel n’est pas ce sur quoi l’écrivain et le réalisateur veulent se concentrer ici. C’est plus le poids de la culpabilité, de l’amour et de la foi. “Je veux juste savoir que j’ai fait une bonne chose dans ma vie !” crie Charlie. On sent que le problème sous-jacent dans “The Whale” aurait pu être l’obésité aussi facilement que le cancer, l’alcoolisme ou un trouble sanguin. Hunter explore le salut, la rédemption, le déterminisme et la famille.

La pièce a été affinée pour l’écran, mais il est impossible d’échapper au fait qu’elle est enracinée dans l’appartement de Charlie dans l’Idaho, dans lequel il se promène sur un déambulateur ou plus tard sur un fauteuil roulant. Cela ne fait pas pour balayer le cinéma. Parfois, l’appartement se sent confiné comme un navire, ajoutant au thème de Melville.

Certaines des tentatives cinématographiques sont forcées, comme l’oiseau symboliquement lourd que Charlie nourrit devant sa fenêtre, les trois acteurs se précipitent pour quitter l’appartement pour s’arrêter et faire demi-tour, et la forte pluie qui se forme à l’approche de l’apogée du film. Mais c’est un film qui reste avec vous et vous change. C’est lourd, en effet.

“The Whale”, une sortie A24 qui est dans les salles de cinéma vendredi, est classée R pour “langage, consommation de drogue et contenu sexuel”. Durée : 117 minutes. Quatre étoiles sur quatre.

___

Définition MPAA de R : Restreint. Les moins de 17 ans doivent être accompagnés d’un parent ou d’un tuteur adulte.

___

En ligne : https://a24films.com/films/the-whale

___

Marc Kennedy est à http://twitter.com/KennedyTwits

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont les opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Articles similaires