News

Des manifestants péruviens gazés après que le président a appelé à la trêve

Lima, Pérou — Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de la capitale péruvienne et ont été accueillis par des volées de gaz lacrymogènes et de plombs au milieu d’affrontements avec les forces de sécurité quelques heures seulement après que le président Dina Boluarte a appelé à une «trêve» après près de deux mois de manifestations.

La manifestation antigouvernementale de mardi a été la plus importante – et la plus violente – depuis jeudi dernier, lorsque de grands groupes de personnes, dont beaucoup de régions andines reculées, sont descendus dans la capitale pour exiger la démission de Boluarte, des élections immédiates et la dissolution du Congrès.

“Nous ne pouvons pas avoir de trêve quand elle ne dit pas la vérité”, a déclaré Blanca España Mesa, 48 ans, à propos du président péruvien. Même si ses yeux pleuraient à cause des gaz lacrymogènes, España Mesa s’est dite «heureuse parce que beaucoup de gens sont venus aujourd’hui. C’est comme si les gens s’étaient réveillés.

Avant la semaine dernière, la plupart des grandes manifestations antigouvernementales qui ont suivi l’éviction du président Pedro Castillo ont eu lieu dans des régions reculées du Pérou, en grande partie dans le sud du pays, révélant une profonde division entre les habitants de la capitale et la campagne longtemps négligée.

La crise qui a déclenché la pire violence politique au Pérou en plus de deux décennies a commencé lorsque Castillo, le premier dirigeant péruvien issu d’un milieu rural andin, a tenté de court-circuiter la troisième procédure de destitution de sa jeune administration en ordonnant la dissolution du Congrès le 7 décembre. l’a destitué à la place, la police nationale l’a arrêté avant qu’il ne puisse trouver refuge et Boluarte, qui était son vice-président, a prêté serment.

Depuis lors, 56 personnes sont mortes au milieu des troubles impliquant les partisans de Castillo, dont 45 sont morts dans des affrontements directs avec les forces de sécurité, selon le médiateur du Pérou. Aucun des décès n’a eu lieu à Lima.

Mardi, la police a tiré coup sur coup de gaz lacrymogène en bloquant le passage des manifestants, qui semblaient plus organisés qu’auparavant. L’odeur de gaz lacrymogène imprégnait l’air et pouvait être ressentie même à un pâté de maisons alors que les personnes quittant le travail devaient soudainement se couvrir le visage pour essayer de diminuer la piqûre.

“Meurtriers”, ont crié les manifestants, dont certains ont lancé des pierres sur la police.

Même après le départ de la plupart des manifestants, la police a continué à tirer des gaz lacrymogènes pour disperser de petits groupes de personnes sur une place devant la Cour suprême du pays.

“J’ai le droit de manifester dans ce pays”, a déclaré Emiliano Merino, 60 ans, alors qu’il était soigné par des ambulanciers paramédicaux bénévoles après que des plombs lui aient effleuré les bras.

Boluarte avait précédemment appelé à une trêve et blâmé les manifestants pour la violence politique qui a englouti le pays, affirmant lors d’une conférence de presse que les mineurs illégaux, les trafiquants de drogue et les contrebandiers formaient une “force paramilitaire” pour rechercher le chaos à des fins politiques. Elle a déclaré que de nombreux barrages routiers à travers le pays et des dommages aux infrastructures ont coûté au pays plus d’un milliard de dollars en perte de production.

Elle a suggéré que les manifestants qui sont morts des blessures par balle ont été abattus par d’autres manifestants, affirmant que les enquêtes montreront que leurs blessures sont incompatibles avec les armes que portent les officiers. Et pendant ce temps, quelque 90 policiers sont hospitalisés pour des ecchymoses, a-t-elle dit: “Qu’en est-il de leurs droits humains?” a demandé le président.

Le gouvernement n’a présenté aucune preuve que l’un des policiers blessés ait été touché par des coups de feu.

Les défenseurs des droits de l’homme se disent consternés par l’absence de tollé international de la part de la communauté régionale et mondiale et appellent à la condamnation de la violence d’État déchaînée depuis la destitution de Castillo.

Jennie Dador, secrétaire exécutive du coordinateur national des droits de l’homme du Pérou, a déclaré que l’absence de réponse internationale donne l’impression que “nous sommes seuls”.

“Aucun des États de la région n’a rien fait de concret”, a-t-elle déclaré.

Boluarte était notamment absent d’une réunion des dirigeants régionaux mardi dans la capitale argentine, où la plupart ont évité de mentionner les morts civiles au Pérou.

Les militants des droits de l’homme ont reconnu les actes de violence de certains manifestants – y compris les tentatives de prendre le contrôle des aéroports et d’incendier les postes de police – mais affirment que les manifestations ont été en grande partie pacifiques.

Certains des dirigeants présents au sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes ont blâmé le gouvernement péruvien pour la violence.

Le président chilien Gabriel Boric a déclaré qu’il y avait “un besoin urgent de changement au Pérou car le résultat de la voie de la violence et de la répression est inacceptable”. Le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, un fervent partisan de Castillo, a exigé la « fin de la répression ».

Lors de la cérémonie de clôture du sommet, le président argentin Alberto Fernández a appelé à la fin de « la violence de rue et de la violence institutionnelle qui a coûté la vie à tant de personnes » au Pérou.

« La communauté internationale a exprimé son inquiétude, mais je pense vraiment qu’elle pourrait être plus énergique », a déclaré César Muñoz, directeur associé de la division Amériques à Human Rights Watch.

Après de fébriles négociations à huis clos à Buenos Aires dans l’après-midi, la situation au Pérou a été laissée de côté dans les documents de clôture du sommet. “Le Pérou est une question épineuse”, mais la pression de certains dirigeants a conduit à des négociations de dernière minute, a déclaré un responsable du ministère argentin des Affaires étrangères, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat faute d’autorité pour discuter de politique.

« Le Pérou a réussi à passer inaperçu », a déclaré Marina Navarro, directrice exécutive d’Amnesty International Pérou. “Compte tenu de la gravité de la situation, avec ce nombre de personnes décédées, nous ne voyons pas autant d’informations à ce sujet qu’il pourrait y en avoir.”

___

Les rédacteurs d’Associated Press Franklin Briceño à Lima et Almudena Calatrava à Buenos Aires, en Argentine, ont contribué à ce rapport.


Source link

Articles similaires