News

Des millions de musulmans commémorent l’Aïd al-Adha malgré des prix élevés

Mina, Arabie Saoudite – Des millions de musulmans à travers le monde – y compris dans des pays comme l’Afghanistan, la Libye, l’Égypte, le Kenya et le Yémen – célébraient samedi l’Aïd al-Adha, l’une des plus grandes fêtes du calendrier islamique.

Connue sous le nom de “Fête du Sacrifice”, l’observance vénérée coïncide avec les derniers rites du hajj annuel en Arabie Saoudite. C’est une occasion joyeuse, pour laquelle la nourriture est une caractéristique. Une grande partie de l’Asie, y compris l’Indonésie, l’Inde et le Pakistan, observera la fête dimanche.

Mais alors que la guerre de la Russie en Ukraine fait monter en flèche les prix des denrées alimentaires et cause des difficultés généralisées dans tout le Moyen-Orient, beaucoup disent qu’ils ne peuvent pas se permettre le bétail pour le sacrifice rituel. Le désespoir suscité par le coût de la vie a sapé le commerce typiquement florissant des chèvres, des vaches et des moutons.

“Tout le monde veut sacrifier un animal au nom d’Allah, mais ils ne peuvent pas le faire parce qu’ils sont pauvres”, a déclaré Mohammad Nadir d’un marché aux bestiaux à Mazar-e-Sharif, dans le nord de l’Afghanistan, où quelques hommes ont marchandé sur des moutons bêlants.

L’Aïd al-Adha commémore le récit coranique de la volonté d’Ibrahim de sacrifier Ismail comme un acte d’obéissance à Dieu. Avant qu’il ne puisse accomplir le sacrifice, Dieu a fourni un bélier comme offrande. Dans le récit chrétien et juif, Abraham reçoit l’ordre de tuer un autre fils, Isaac.

De nombreux musulmans célèbrent la fête de quatre jours en abattant rituellement le bétail et en distribuant la viande à la famille, aux amis et aux pauvres. Au camp de réfugiés d’al-Shati, dans l’ouest de la ville de Gaza, samedi, des enfants excités ont fait la queue pour les entrailles et les trotteurs – une offrande chérie pour ceux qui autrement n’auraient pas les moyens d’acheter de la viande.

En Afghanistan, à court d’argent, il y a généralement une ruée vers les achats d’animaux de choix avant les vacances. Mais cette année, l’inflation mondiale galopante et la dévastation économique après la prise de contrôle des talibans ont mis un achat d’une grande importance religieuse hors de portée de beaucoup.

“L’année dernière, à ce jour, j’ai vendu 40 à 50 bovins”, a déclaré Mohammad Qassim, un vendeur de bétail afghan. “Cette année, je n’ai réussi à en vendre que deux.”

Les prix du blé et de la viande se sont multipliés et la faim s’est propagée alors que la guerre de la Russie contre l’Ukraine perturbe l’agriculture et limite l’approvisionnement énergétique. Les prix exorbitants des aliments pour animaux et des engrais ont contraint les vendeurs de bétail à augmenter les prix.

De Tripoli, en Libye déchirée par la guerre, les familles attendent avec impatience les vacances après les deux dernières années de la pandémie et plus d’une décennie de chaos violent. Mais les étiquettes de prix – jusqu’à 2 100 $ par mouton – ont poussé les acheteurs à arpenter le marché poussiéreux près de l’autoroute bordée de palmiers, inquiets de l’achat majeur.

“Honnêtement, les prix sont fous”, a déclaré Sabri al-Hadi, semblant exaspéré.

Dans un marché aux bestiaux de la bande de Gaza bloquée, il n’y avait pratiquement pas d’acheteurs. Les vendeurs ont déclaré que le prix des aliments pour moutons avait quadruplé ces dernières semaines.

“Notre vie est pleine de pertes”, a déploré Abu Mustafa, un vendeur de moutons à Deir al-Balah, dans le centre de Gaza, qui souffre depuis longtemps d’un chômage et d’une pauvreté généralisés.

Dans les rues de Ramallah, en Cisjordanie, les familles palestiniennes réduisaient d’autres composantes de la fête – généralement une abondance de plats, des abats aux biscuits de vacances kaak et maamoul.

“Ces jours-là, il y avait une demande de fruits, de sucreries et de noix également, mais comme vous pouvez le voir… personne ne se tient prêt à acheter maintenant”, s’est plaint le marchand de fruits Baligh Hamdi.

Mais festin somptueux ou non, il y avait des prières communautaires – un spectacle bienvenu dans une grande partie du monde après des années de restrictions liées aux coronavirus. Les fidèles se sont entassés samedi dans les mosquées du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

Du Kenya à la Russie en passant par l’Égypte, des foules de fidèles ont prié épaule contre épaule, pieds contre pieds.

“Je suis très heureuse que tous ces gens soient venus prier”, a déclaré Sahar Mohamed au Caire, souriant largement. “Il y a de l’amour et de l’acceptation entre les gens.”

En Arabie saoudite, des centaines de milliers de pèlerins se sont levés à l’aube pour se rendre à Mina, une large vallée entourée de montagnes arides où le prophète Mahomet s’est arrêté sur sa route il y a environ 1 400 ans. Un million de musulmans du monde entier ont afflué cette semaine vers la ville sainte de La Mecque, le plus grand pèlerinage depuis que la pandémie a bouleversé l’événement.

Au complexe Jamarat à plusieurs étages, les pèlerins ont procédé à la lapidation symbolique du diable, rappelant la victoire d’Ibrahim sur la tentation. Il fait partie de l’ensemble des rituels associés au prophète Mahomet et aux prophètes Ibrahim et Ismail, ou Abraham et Ismaël dans la Bible, exécutés chaque année pendant ces cinq jours intenses.

Les pèlerins ont jeté des cailloux sur trois grands piliers qui marquent les endroits où le diable a tenté d’interrompre le sacrifice d’Ibrahim.

C’est le point le plus dangereux du hajj, avec des masses qui vont et viennent. En 2015, des milliers de pèlerins ont été écrasés à mort par des foules déferlantes. Le gouvernement saoudien n’a jamais donné de bilan définitif. Au cours des années qui ont suivi, les autorités ont amélioré l’accès avec des rues plus larges, des portails électroniques et une liaison ferroviaire à grande vitesse.

Tous les musulmans qui sont physiquement et financièrement capables d’accomplir le voyage spirituel sont censés le faire au moins une fois dans leur vie. L’Arabie saoudite a maintenu des limites pour freiner la propagation du virus cette année, avec un mandat de vaccination contre le COVID-19 et une participation à moins de la moitié des quotas pré-pandémiques.

Pourtant, les scènes étaient un pas significatif plus près de la normale. Les foules célèbres ont envahi les lieux saints, abandonnant masques et mesures de sécurité.

À la fin du pèlerinage, l’un des piliers essentiels de l’islam, les hommes doivent se raser la tête et les femmes se couper une mèche de cheveux en signe de renouveau.

Ils retourneront à La Mecque pour faire le tour de la Kaaba en forme de cube, qui représente la maison métaphorique de Dieu, en guise d’adieu avant de rentrer chez eux et de continuer à célébrer le reste de l’Aïd al-Adha en famille.

“Nous sommes très fiers”, a déclaré le pèlerin indien Izhar Anjoom, qui lapidait le diable à Mina. “Nous nous amusons tellement parce qu’aujourd’hui c’est l’Aïd.”

Articles similaires