Des responsables occidentaux condamnent les informations faisant état d’un “massacre” par l’armée dans le centre du Mali

DAKAR, Sénégal – Des responsables français, américains et européens ont exprimé de sérieuses inquiétudes concernant les allégations selon lesquelles des centaines de personnes auraient été tuées la semaine dernière dans une ville du pays ouest-africain du Mali par des soldats maliens accompagnés de mercenaires russes lors d’une campagne de lutte contre les insurgés.

Bien que les comptes ne soient toujours pas clairs, des organisations de défense des droits humains, des analystes de la sécurité et des groupes de la société civile malienne ont déclaré qu’entre 200 et 400 personnes avaient été tuées dans la ville de Moura – et que les troupes gouvernementales et les combattants russes pourraient en être responsables.

Human Rights Watch l’a décrit comme “la pire atrocité du conflit armé qui a duré une décennie au Mali”. Des centaines d’autres auraient été tués le mois dernier par des insurgés islamistes, selon le groupe.

Les forces armées maliennes ont combattu les extrémistes islamistes et d’autres groupes violents au cours de la dernière décennie dans la région du Sahel, une bande de terre aride juste au sud du Sahara, où des centaines de civils ont été tués et des centaines de milliers d’autres ont été déplacés.

Les forces françaises ont combattu pendant neuf ans aux côtés des forces maliennes dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, mais la France a annoncé plus tôt cette année qu’elle mettait fin à son opération antiterroriste, connue sous le nom de Barkhane, au milieu de relations aigries avec la junte militaire malienne qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en mai.

Les responsables occidentaux affirment que les forces de sécurité maliennes ont depuis embauché des mercenaires russes avec le groupe Wagner, une société militaire privée, mais les responsables maliens et russes nient cela. Cependant, des sources diplomatiques et militaires françaises, qui n’ont pas pu être identifiées en raison de la sensibilité de la situation, affirment qu’environ 1 000 mercenaires russes sont désormais postés au Mali.

Les informations faisant état d’un massacre sont venues de Moura, une ville d’environ 10 000 habitants dans la région centrale du pays, où des responsables gouvernementaux ont déclaré que des dizaines d’insurgés s’étaient rassemblés. Samedi, des responsables maliens ont déclaré dans un déclaration qu’ils avaient tué 203 «combattants de groupes armés terroristes» à Moura. Le communiqué ne fait aucune mention de victimes civiles ou militaires.

Mais la directrice de l’Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch, Corinne Dufka, qui s’est entretenue avec plus de 15 habitants de la ville, a déclaré que des hélicoptères avaient attaqué Moura le 27 mars, un dimanche où des centaines de personnes s’étaient rassemblées pour son marché hebdomadaire au bétail.

Mme Dufka a déclaré que les forces maliennes étaient appuyées par des soldats étrangers identifiés par plusieurs sources comme étant des Russes. Les forces maliennes et les mercenaires russes ont assiégé le village pendant quatre jours, a-t-elle déclaré.

Les soldats ont ouvert le feu sur les gens du marché, a déclaré Mme Dufka, et ont emmené certains d’entre eux dans une zone à l’extérieur de Moura, où ils les ont détenus pendant quatre jours alors qu’ils fouillaient la ville.

Plusieurs témoins ont dit à Mme Dufka que les forces maliennes et étrangères avaient exécuté de nombreux hommes. Les corps de certains d’entre eux ont ensuite été brûlés, a-t-elle ajouté.

Joint par téléphone, le colonel Souleymane Dembélé, le chef de l’unité de communication des forces armées maliennes, a déclaré n’avoir eu “aucune réaction” aux allégations.

Mme Dufka a déclaré qu’au moment de l’attaque, des combattants djihadistes étaient présents dans le village, qui se trouve dans une zone qui est un bastion d’une filiale d’Al-Qaïda connue sous le nom de Front de libération du Macina.

Mais elle a ajouté : « Exécuter des civils et des suspects au nom de la sécurité est aussi illégal que contre-productif. Cela favorise le recrutement dans des groupes abusifs, attise les tensions intercommunautaires et sape la confiance dans l’État.

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré lundi dans un communiqué qu’il était “gravement préoccupé” par les informations faisant état d'”abus massifs” à Moura.

Le département d’État américain a qualifié l’événement de “massacre signalé”. Ned Price, un porte-parole du département, mentionné dimanche dans un communiqué, “Nous sommes préoccupés par le fait que de nombreux rapports suggèrent que les auteurs étaient des forces irresponsables du groupe Wagner soutenu par le Kremlin.”

Lundi, Josep Borrell Fontelles, le plus haut diplomate de l’Union européenne, a exhorté les autorités maliennes à accorder à la Mission des Nations unies au Mali, ou MINUSMA, l’accès au site des tueries. La mission a une base à Mopti, à environ 30 milles de Moura. Mais l’accès à Moura est limité, a déclaré Myriam Dessables, porte-parole de la mission.

“C’est une zone inondée avec un accès restreint et difficile et avec une présence avérée de groupes extrémistes violents”, a-t-elle déclaré.

Au moins 71 civils ont été tués par les forces armées maliennes entre décembre 2021 et le mois dernier, selon Human Rights Watch, et dans plusieurs cas, des témoins ont déclaré avoir été accompagnés de « soldats blancs » parlant une langue inconnue. Des analystes et des responsables occidentaux ont identifié ces soldats comme appartenant au groupe Wagner.

Yvan Guichaoua, maître de conférences sur les conflits internationaux à l’Université du Kent, spécialisé dans la région du Sahel, a déclaré que les forces maliennes avaient une longue histoire d’abus, avant même que la junte militaire ne renverse les dirigeants civils lors des deux coups d’État de 2020 et 2021. Il a déclaré que les abus militaires ont diminué dans la deuxième partie de l’année dernière, mais ont augmenté cette année.

“Cette hausse coïncide avec l’arrivée des forces russes”, a déclaré M. Guichaoua. “La fréquence et l’ampleur de ces attaques sont sans précédent.”

Un journaliste du New York Times a contribué aux reportages du Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 − 14 =