Tech

Des rondes plus petites et moins d’offres, mais plus d’activités providentielles • TechCrunch

Pendant le plus sombre jours de la pandémie, l’argent n’était pas un objet dans de nombreux marchés développés.

Les gouvernements, les organisations du secteur public et de nombreuses entreprises privées ont remué ciel et terre pour assurer la sécurité publique et un approvisionnement adéquat des services de base. De toute évidence, les dépenses ont atteint des niveaux insoutenables.

Mais 2022 a été l’année où ces « dépenses » ont ralenti et ont été plus largement rebaptisées et acceptées comme étant en fait des « emprunts ». Cette prise de conscience a justifié le début de coupes sombres dans les dépenses publiques par rapport à avant et pendant la pandémie.

Malgré ces réductions, qui ont toujours été plus lentes à mettre en œuvre qu’à communiquer, l’inflation a sévi dans toute l’Europe et au-delà, en partie à cause de problèmes de chaîne d’approvisionnement liés à la situation en Ukraine. Les salaires n’augmentant pas parallèlement à l’inflation ainsi que les coupes dans les services publics ont entraîné une crise du coût de la vie sur de nombreux marchés.

Ces conditions ne sont pas propices à inspirer confiance aux investisseurs ou aux fondateurs. L’edtech, et plus largement l’éducation, généralement l’un des secteurs les plus résistants en période de crise économique, n’a pas été à l’abri du ralentissement.

Dans ce contexte, nous avons formé notre examen annuel de Activité edtech européenne pour 2022. Pour la première fois depuis 2014, le financement en capital-risque des startups européennes de technologies de l’éducation a connu une baisse d’une année sur l’autre, les startups engrangeant 1,8 milliard de dollars en 2022 contre 2,5 milliards de dollars un an plus tôt.

L’écosystème mondial a suivi une trajectoire ascendante, bien que de manière moins régulière, mais les baisses des nouveaux investissements en 2022 ont été abruptes : le financement mondial est tombé à 9,1 milliards de dollars l’an dernier, contre 20,1 milliards de dollars en 2021. Cela est conforme aux tendances macroéconomiques des marchés publics. ainsi que d’autres secteurs technologiques (les deux tendances ont été mises en évidence dans notre rapport d’octobre avec Dealroom).

L’Italie a été le seul marché européen à connaître une hausse à la fois du financement et du nombre de transactions.

Les baisses perçues du financement se font sentir de manière plus aiguë, étant donné que 2021 a été une année faste. L’optimisme que la pandémie touchait à sa fin et que le monde rouvrait s’étendait aux fondateurs ambitieux et aux premières équipes. Cette dynamique s’est poursuivie jusqu’au premier semestre 2022 pour l’edtech européenne. En effet, comme nous l’avons signalé en juillet, le financement européen de l’edtech a augmenté de 40 % au cours des six premiers mois de l’année dernière par rapport à l’année précédente.

Mais comme nous le savons maintenant, cet élan s’est essoufflé au second semestre 2022. L’optimisme s’est estompé et les startups edtech européennes n’ont levé qu’environ 400 millions de dollars au cours des six derniers mois, contre 1,4 milliard de dollars au cours de l’autre moitié de l’année.

Cela dit, le secteur s’est montré plus résilient en Europe que dans les autres grandes régions. Il convient de souligner que la région a vu plus d’opérations edtech se produire au second semestre qu’au premier semestre 2022, mais il s’agissait simplement de cycles plus petits et plus précoces à des valorisations plus faibles.

L’Europe s’est cependant bien comportée par rapport au reste du monde : le financement d’Edtech VC n’a diminué que de 28 % en Europe, contre une baisse de 64 % aux États-Unis, une contraction de 46 % en Inde et une baisse de 32 % dans le reste du monde. monde.

Le financement a le moins baissé en Europe et sur le reste du monde, avec à nouveau la plus forte baisse en Chine

Le financement a diminué sur tous les marchés, mais l'Europe a connu une légère baisse.

Le financement a diminué sur tous les marchés, mais l’Europe a connu une légère baisse. Crédits image : Brighteye Ventures

En Europe, nous voyons le Royaume-Uni conserver la première place en matière de financement et d’activité commerciale. Les entreprises d’Edtech au Royaume-Uni ont obtenu le plus de financement – 583 millions de dollars sur 81 transactions, plus de 200 millions de dollars avant le prochain marché, l’Allemagne, où les startups ont levé 363 millions de dollars sur 34 transactions.

La France a glissé du podium alors que le financement et l’activité des transactions ont fortement chuté par rapport aux années précédentes

Financement Edtech en Europe par marché.  Crédits image: Brighteye Ventures

Financement Edtech en Europe par marché. Crédits image : Brighteye Ventures

L’Italie a été l’un des rares marchés européens à voir augmenter le financement et le nombre de transactions. L’écosystème technologique italien s’est progressivement développé à mesure que la dynamique s’est développée de manière relativement constante depuis 2010. Il est également prometteur de voir le capital obtenu se répartir sur une gamme de secteurs, avec certains des plus gros tours de table levés par des entreprises de la fintech, de la santé et de l’immobilier.

En ce qui concerne l’edtech, le marché est sur une forte tendance à la hausse depuis 2020. Bien que l’edtech en Italie ait connu une année record en 2019, largement tirée par le grand tour levé par Talent Garden, il est assez prometteur de voir la tendance à la hausse en 2022 être tirée par des rondes plus petites et précoces de moins de 15 millions de dollars.


Source link

Articles similaires