Politique

Désinvestissement des entreprises chinoises complices du travail forcé ouïghour – POLITICO

Un législateur belge a accusé des fonds d’investissement d’hypocrisie pour avoir investi dans des entreprises chinoises qui font affaire avec une entreprise d’État sanctionnée par l’Occident pour avoir recours au travail forcé.

Dans des documents partagés avec POLITICO, le député vert et militant pro-démocratie Samuel Cogolati accuse cinq institutions financières qui gèrent de l’argent pour des investisseurs belges d’acheter des actions dans des entreprises chinoises qui, selon lui, sont complices de la répression de la minorité ouïghoure à travers leurs liens avec le Corps de production et de construction du Xinjiang (XPCC).

XPCC est une organisation économique et paramilitaire appartenant à l’État qui dirige la région occidentale de la Chine du Xinjiang, où Pékin a lancé une répression contre la communauté ouïghoure.

Aussi connu sous le nom de Bingtuan (“Le Corps”), XPCC a été sanctionné par le gouvernement américain et l’UE pour surveillance, détention et endoctrinement à grande échelle des Ouïghours, une minorité musulmane estimée à près de 11 millions au Xinjiang. Des chercheurs de l’université britannique de Sheffield ont décrit l’entreprise comme une “institution coloniale, responsable de l’expropriation des terres”.

Le régime sévère de la Chine au Xinjiang attire de plus en plus l’attention de la communauté internationale. Un rapport de l’ONU publié en août a révélé que de “graves violations des droits de l’homme” avaient été commises au Xinjiang dans le cadre d’une répression qui vise prétendument les extrémistes, mais qui, dans la pratique, discrimine les Ouïghours et d’autres groupes minoritaires musulmans.

Cogolati a lancé son appel à la cession après avoir passé plusieurs mois à étudier les rapports financiers de fonds communs de placement commercialisés par quatre banques et une compagnie d’assurance : KBC, BNP Paribas Fortis, sa branche Fintro, NN, qui commercialise des fonds gérés par le groupe Pictet, et Nagelmackers, dont les fonds sont gérés par Schroders basé à Londres.

La dernière, Nagelmackers, est détenue en quasi-totalité par le ministère chinois des Finances à travers une série de holdings.

“Les banques belges ne peuvent plus plaider l’ignorance”, a déclaré Cogolati dans une interview. “Les entreprises chinoises dans lesquelles ils investissent sont mises sur liste noire par les États-Unis, ou ouvertement liées au XPCC sanctionné par l’UE, ou dénoncées comme responsables de travail forcé.”

Cogolati, qui est co-président de l’Alliance interparlementaire sur la Chine, un caucus international de législateurs qui défend la démocratie, a lui-même été sanctionné par Pékin en 2021 après avoir appelé le parlement belge à adopter une résolution avertissant que les Ouïghours sont en danger. de génocide.

Liens documentés

Les documents publics déposés par ces institutions montrent qu’elles détiennent des actions dans des sociétés chinoises qui ont documenté des liens commerciaux avec The Corps.

Parmi eux, l’Agricultural Bank of China (ABC), l’une des plus grandes banques chinoises, apparaît comme une holding de quatre des groupes de fonds. La banque possède une grande succursale au sein du XPCC et se décrit comme «la seule institution financière dotée d’un système de services financiers complet» dans la région où The Corps opère.

La China Railway Construction Corporation (CRCC), selon le journal britannique The Times, a construit un camp de détention dans le Xinjiang, utilisé pour l’incarcération sans procès, la torture et le travail forcé. L’entreprise, qui a construit le site de la finale de la Coupe du monde de football au Qatar, a également travaillé pour XPCC et a été sanctionnée par le gouvernement américain.

Le député écologiste belge Samuel Cogolati accuse cinq institutions financières d’avoir acheté des actions dans des entreprises chinoises qui, selon lui, sont complices de la répression de la minorité ouïghoure | Anthony Wallace/AFP via Getty Images

Quatre des fonds détiennent également des actions de Xinjiang Goldwind Science & Technology, le plus grand fabricant d’éoliennes de Chine. L’entreprise, partenaire du géant de la technologie Apple, a entamé des pourparlers pour transférer des travailleurs en tant qu ‘«exportations de main-d’œuvre» du Xinjiang, ont rapporté des ONG. En décembre 2020, des mois après que les États-Unis ont sanctionné The Corps, Goldwind a signé un accord avec XPCC pour fournir de l’électricité à l’une de ses colonies.

Cogolati, qui est également vice-président de la commission des affaires étrangères du Parlement belge, appelle les banques à faire preuve d’hypocrisie et à ne pas respecter leurs propres directives environnementales, sociales, de gouvernance et de droits de l’homme.

Les institutions financières devraient se départir des entreprises “impliquées dans des violations massives des droits de l’homme”, a déclaré le législateur dans un dossier de recherche.

Dans le document de 17 pages, Cogolati cite les commentaires du chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, qui a déclaré que les sanctions contre XPCC devraient « consister en un gel des avoirs et une interdiction de mettre des fonds ou des ressources économiques à la disposition de l’entité cotée, directement ou indirectement ».

Il demande donc que les sanctions soient appliquées largement – ​​pas seulement directement contre XPCC mais aussi contre les entreprises chinoises qui font affaire avec elle.

« Si une simple recherche sur Google permet aujourd’hui de trouver des liens très étroits entre les entreprises chinoises dans lesquelles investissent les banques belges et le XPCC, on peut s’interroger sur l’efficacité des sanctions européennes et la capacité des systèmes de surveillance actuels à filtrer, voire bloquer, les les entreprises chinoises les plus problématiques en termes de droits de l’homme », a déclaré Cogolati.

Et tandis que l’UE tente de nettoyer ses chaînes d’approvisionnement du travail forcé et des violations des droits de l’homme dans le cadre des prochaines règles de diligence raisonnable, certains pays de l’UE, dont la France, ont mené une mutinerie la semaine dernière pour rendre les règles facultatives pour le secteur financier, ce qui le rend très difficile de surveiller leurs chaînes d’approvisionnement.

David et Goliath

Généralement, les actifs sous surveillance sont de petites participations dans des sociétés chinoises cotées, généralement des participations de 2 % ou moins, avec peu ou pas d’influence stratégique.

Pourtant, les données fournies montrent que les fonds commercialisés par KBC, BNP Paribas Fortis, NN et Nagelmackers détiennent tous des participations dans Xinjiang Goldwind Science & Technology.

Répondant à une demande de commentaires de POLITICO, un porte-parole de KBC a déclaré: “KBC regrette ces événements et souligne qu’il applique une politique d’exclusion stricte pour les fonds d’investissement conventionnels et responsables.”

Le porte-parole a ajouté que “KBC confirme que ces entreprises n’ont pas été exclues sur la base de nos politiques. Cependant, sur la base des nouvelles informations fournies, KBC analysera et surveillera les cas comme nous le faisons souvent ou toujours lorsque nous recevons de nouvelles informations.

Sur la base d’une évaluation de leur conseil consultatif, il est possible que les entreprises chinoises soient exclues des offres d’actifs de KBC à l’avenir, a déclaré le porte-parole dans des commentaires écrits.

Jusqu’en juin 2021, quelques mois après la sanction du XPCC par l’UE, BNP Paribas Fortis était toujours investi dans Xinjiang Goldwind et l’Agricultural Bank of China, comme le montre le rapport annuel 2021 de leurs portefeuilles d’actifs. Cependant, le même rapport publié un an plus tard montre que ces sociétés ne sont plus inscrites à l’actif.

“Nous n’avons actuellement aucune participation dans les quatre sociétés mentionnées dans la gamme ‘BNP Paribas Funds'”, a déclaré un porte-parole de la BNP.

BNP, par le biais d’un fonds négocié en bourse qui suit un indice boursier chinois compilé par MSCI, investit dans Xinjiang Goldwind. “Ce fonds utilise la réplication physique pour suivre un indice et nous n’avons aucune emprise sur les composants de l’indice”, a déclaré le porte-parole de la BNP.

NN a confirmé qu’elle détenait des participations dans Goldwind et Agricultural Bank of China et a noté que celles-ci ne figuraient pas sur une liste de sanctions. Il a ajouté qu’il “suivrait de près les informations pertinentes et les développements ultérieurs”.

Nagelmackers commercialise le fonds Global Emerging Market Opportunities, géré par la société de gestion d’actifs britannique Schroders, qui détenait des actions de la Banque agricole de Chine jusqu’en décembre 2021, selon le rapport annuel de Schroders.

En réponse à POLITICO, un porte-parole de Nagelmackers a déclaré qu’il “n’a aucune exposition directe ou indirecte aux actions concernées”.

« Ni la Xinjiang Goldwind Science and Technology Company ni la Banque agricole de Chine ne sont sur [the European and American] listes de sanctions, et nous ne sommes pas non plus directement investis dans ces actions au sein de nos fonds maison Nagelmackers », a ajouté le porte-parole.

Interrogé pour commenter, Schroders a déclaré: «Nous respectons toujours les réglementations en matière de sanctions. Outre les risques réglementaires et de réputation que l’esclavage moderne crée pour les entreprises, nous reconnaissons également que nombre de nos clients s’attendent à ce que nous allions au-delà des normes minimales de conformité.

La mission chinoise auprès de l’UE, l’ambassade de Chine en Belgique et Pictet n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Hannah Brenton a contribué à cet article.




Source link

Articles similaires