News

En Allemagne, le nombre d’enfants et d’adolescents souffrant de troubles de la parole a augmenté

Selon la caisse d’assurance maladie KKH, plus d’enfants et d’adolescents souffrent de troubles de la parole aujourd’hui qu’il y a dix ans. Outre les conséquences de la pandémie de coronavirus, des études montrent que d’autres raisons sont possibles.

Entre 2019 et 2021 seulement, le nombre d’enfants de 6 à 18 ans souffrant de troubles de la parole a augmenté d’environ 9 %, et chez les adolescents de 15 à 18 ans, de près de 21 %.

58% de cas en plus qu’en 2011

Ces données provenaient de la caisse d’assurance maladie KKH à Hanovre. En comparaison : en dix ans depuis 2011, le nombre de personnes concernées par ce problème a augmenté au total de 58 % – de 59,4 % pour les filles et de 56,7 % pour les garçons.

Entre 2011 et 2021, KKH a collecté des données anonymisées auprès d’environ 1,6 million d’assurés diagnostiqués âgés de 6 à 18 ans.

Les enfants entre 6 et 10 ans sont particulièrement touchés aujourd’hui.

Les troubles de la parole et du langage chez les enfants et les adolescents comprennent un vocabulaire limité, des difficultés à articuler des sons ou à former des phrases et des incohérences grammaticales. L’an dernier, selon le KCH, 8,1 % des enfants et adolescents en moyenne souffraient de ce type de déficience, contre 5,2 % dix ans plus tôt. La proportion d’enfants souffrant de troubles de la parole était la plus élevée dans le groupe d’âge de 6 à 10 ans – 16,0%.

Une des raisons : les conséquences de la pandémie de Corona

Selon la Caisse d’assurance maladie, la pandémie de coronavirus, avec toutes ses limites, a sérieusement entravé le développement des compétences linguistiques de nombreux enfants. L’école à la maison et le manque de contacts sociaux signifiaient que beaucoup d’entre eux n’avaient aucun contact direct avec les enseignants et, surtout, avec leurs pairs. Depuis la fermeture des jardins d’enfants et des écoles, certains troubles de la parole sont restés non détectés – la pratique fermée de l’orthophonie a contribué à l’aggravation de la situation.

Mais comme l’explique Vijitha Sanjivkumar vom Kompetenzteam Medizin der Krankenkasse : « Il y a aussi d’autres problèmes, par exemple de nature organique, comme la perte auditive, ainsi qu’une prédisposition génétique. La raison du déficit linguistique peut également être causée par l’utilisation excessive des smartphones, des PC et des téléviseurs.

La mutuelle espère augmenter le nombre d’actes d’orthophonie pour les jeunes enfants. Les réglementations sanitaires liées au coronavirus, telles que les masques de protection ou les restrictions de contact, ont “compliqué l’acquisition du langage par les enfants modernes de deux et trois ans grâce à l’expérience communicative de la formation de sons, de la lecture des mouvements des lèvres ou des expressions faciales”.

Le nombre d’adolescents a également augmenté

Selon le KKH, les problèmes d’élocution et de langage touchent un nombre croissant d’adolescents âgés de 11 à 14 ans – leur nombre a doublé au cours des dix dernières années ; et chez les 15-18 ans, il a augmenté de 151 %.

En raison de la situation actuelle, Vijitha Sanjivkumar conseille aux parents : « Faites la lecture à votre enfant, jouez à des jeux avec lui, écrivez des histoires ensemble ou faites rimer des mots, ayez des conversations et discutez entre vous. Lorsque vous communiquez, accordez plus d’attention à l’enfant et assurez-vous de maintenir un contact visuel. Il est également important d’être patient et de donner à l’enfant la possibilité de s’exprimer pleinement.

L’Allemagne dit ceci :

De Leipzig et Berlin ─ à Kaliningrad avec Paneurasia

Coronavirus en Allemagne : 73 856 infectés dans la journée – les restrictions vont-elles se durcir

Le “facteur d’attraction”: Merz met à nouveau en garde contre l’afflux de réfugiés en Allemagne

Le droit de réunir les enfants avec un père étranger sans mariage

Augmentation de la consommation de gaz en Allemagne : des restrictions supplémentaires seront-elles introduites ?

Jour de l’unité allemande : unis et mécontents

80% des citoyens craignent des tarifs de chauffage élevés

Quels changements attendent les citoyens à partir d’octobre

La réduction de TVA sur le gaz et le chauffage urbain rapportera 366 euros par an

Articles similaires