Évadez-vous de Toronto et faites un road trip au nom de la musique live

Il est prudent de dire qu’après deux ans d’incertitude et de frustration, les concerts d’été sont de retour à Toronto. Selon le site international d’inscriptions Pollstar.com, le centre reconnu de l’univers musical canadien compte plus de 250 événements programmés entre le 21 juin et le 22 septembre dans des salles de toutes tailles imaginables. Si un espace de musique en direct n’a pas été définitivement fermé pendant la pandémie ou s’il devait être transformé en condo, il y a de fortes chances qu’ils aient un horaire complet prévu pour l’été 2022. Cela inclut le Rogers Centre, qui a vu pour la dernière fois le garçon de la ville natale, Shawn Mendes, remplit le dôme caverneux jusqu’aux chevrons en 2019. Les promoteurs doivent avoir l’intention de rattraper le temps perdu – et les revenus – en réservant ce qui est garanti d’être des spectacles très fréquentés par The Weeknd (8 juillet), Lady Gaga ( 6 août), un programme double Def Leppard et Mötley Crüe (8 août), Red Hot Chili Peppers (21 août), Imagine Dragons (22 août) et Elton John consécutifs les 7 et 8 septembre Malgré tout ce qui se passe, s’il y a bien un moment pour sortir de la ville et assister à un concert ailleurs en Ontario, c’est définitivement l’été pour le faire. Malgré les prix élevés de l’essence, le Star a choisi quatre destinations dignes de tout itinéraire touristique.

Hamilton : Le rallye, 25 juin

C’est tout un exploit à débloquer lorsqu’un groupe canadien peut organiser son propre événement, comme le Tragically Hip dans les années 90 avec Another Roadside Attraction. Arkells est à peu près aussi proche que possible de la réponse de Hamilton à la hanche; les lauréats des prix Juno 2022 pour le groupe de l’année espèrent à nouveau attraper la foudre dans une bouteille en organisant le rallye au Tim Hortons Field comme ils l’ont fait en 2018. Cela s’annonce pour avoir une participation plus élevée que la Coupe Grey de décembre dernier dans le marteau , où Arkells a joué un spectacle à la mi-temps spectaculairement reçu et leurs bien-aimés Tiger-Cats ont presque remporté la victoire. Une gamme de calibre championnat a été assemblée qui comprend le bon ami d’Arkells K.Flay (présenté sur «You Can Get It») ainsi que le gagnant du prix Polaris 2019 Haviah Mighty. De plus, vous ne savez jamais si l’entraîneur-chef des Raptors, Nick Nurse, se présentera à nouveau pour déchiqueter la guitare sur une couverture de Motown Revue !

En direct du spectacle à guichets fermés d’ARKELLS “A Rally Cry Summer Night + Legendary Soul Revue” à la scène Budweiser de Toronto. Reprise d’Arkell Signed, Sealed, Delivered (I’m Yours) de Stevie Wonder, avec invité surprise : l’entraîneur-chef des Raptors de Toronto, Nick Nurse à la guitare.

Oro-Medonte : Bottes et cœurs, du 4 au 7 août

Dommage que Molson Park ne soit plus avec nous. À sa place, cependant, se trouve Burl’s Creek, plus spacieux et adapté au camping, juste au nord-est de l’ancien havre de concert de Barrie. Si votre musique a un goût un peu country, je n’ai probablement pas besoin de vous rappeler que Boots and Hearts est de retour, du nom de la chanson twangy des Tragically Hip. Rien d’autre en Ontario n’associe mieux la musique et dormir sous les étoiles, et cette année, le festival verra la reine elle-même Shania Twain prendre la place qui lui revient sur le trône du pays. Alors que Boots and Hearts a toujours été en mesure d’attirer des importations américaines de renom telles que Florida Georgia Line et Sam Hunt, les talents canadiens seront plus que représentés avec Lindsay Ell, Robyn Ottolini, Meghan Patrick et Mackenzie Porter.

Orillia : Festival folklorique de Mariposa, du 8 au 10 juillet

Mariposa est de loin le festival le plus ancien de cette liste, avec des racines à Orillia remontant à 1961. Il a été interdit par son propre conseil municipal pendant 35 ans, pour revenir définitivement à Sunshine City en 2000. Eh bien, sauf pour 2020 et 2021 comme presque toutes les autres célébrations liées à la musique. Et Mariposa avait de quoi se réjouir en 2020 alors que John Prine devait sonner son 60e anniversaire, seulement pour qu’il succombe au COVID-19. L’héritage de Prine est garanti d’être honoré au parc Tudhope; le légendaire auteur-compositeur-interprète sera là en esprit aux côtés des non moins formidables Mavis Staples, Serena Ryder et Blue Rodeo, qui viennent de se faire nommer une rue à Toronto.

Londres : Rocks the Park, du 13 au 17 juillet

Le parc en question ici est le Harris Park de Londres, sur la rive est de la Tamise. Son histoire en tant que cadre de concert majeur remonte à 2004, lorsque rien d’autre que la nostalgie du rock classique n’était présenté, d’où son nom. Ces dernières années, Rocks the Park s’est élargi pour couvrir un plus large éventail de genres en faisant en sorte que les stations de radio locales présentent chacune une soirée à thème musical. La pop sera représentée par Alanis Morissette tandis que les Glorious Sons seront les têtes d’affiche du rock-stravaganza traditionnel. TLC fait sa seule apparition canadienne en 2022 pour l’amour de Throwback Friday et Dierks Bentley complète le week-end au nom du pays. Les billets sont par spectacle individuel, mais la nouveauté de cette année le samedi est le Fizzfest, que Rocks the Park promeut comme « le premier festival canadien dédié aux cocktails prémélangés, seltzers, cidres, vin et plus encore ».

Ottawa : RBC Bluesfest, du 7 au 17 juillet

Bluesfest a commencé avec une performance solo peu propice de Clarence Clemons en 1994 lors d’une pause du E Street Band, et est devenu l’un des plus grands événements du genre en Amérique du Nord. Buddy Guy et BB King se sont rendus à Ottawa à plusieurs reprises depuis, mais n’essayez pas de plaisanter sur le fait que les têtes d’affiche de 2022 Sarah McLachlan, Jack Johnson, Luke Combs et Marshmello ne crient pas exactement “bluesy” à la Muddy Waters. .” Ce n’est pas comme si les centaines de milliers de participants d’Ottawa ne les avaient jamais entendus auparavant, et n’en ont-ils pas assez vécu récemment? Bluesfest aura également l’honneur d’être la première excursion de Rage Against the Machine au nord de la frontière en 221/2 ans le 15 juillet, et s’il y a jamais eu une ville canadienne digne de Rage c’est bien celle qui a dû supporter tout ça convoi incessant klaxonnant.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quinze − 14 =