Guerre d’Ukraine : les publications sur Facebook et Instagram appelant à la mort de Vladimir Poutine “seront autorisées” dans certains pays | Actualités scientifiques et techniques

Les publications sur Facebook et Instagram appelant à la mort de Vladimir Poutine – et à la violence contre les soldats russes – vont être temporairement autorisées dans certains pays, selon Reuters.

Meta, qui possède les deux réseaux sociaux, aurait envoyé des e-mails aux modérateurs qui expliquent que l’entreprise autorise “des formes d’expression politique qui violeraient normalement nos règles”.

L’incitation à la violence contre les civils russes continuera d’être interdite – et les messages appelant à la mort du président seront supprimés s’ils contiennent d’autres cibles ou traitent d’un lieu ou d’une méthode.

Image:
Les publications sur Facebook et Instagram appelant à la mort de Vladimir Poutine seraient autorisées dans certains pays

Guerre d’Ukraine : mises à jour en direct

Les règles ont également été assouplies concernant les publications sur le président biélorusse Alexandre Loukachenko à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La politique temporaire ne s’applique qu’aux utilisateurs en Arménie, Azerbaïdjan, Estonie, Géorgie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Russie, Slovaquie et Ukraine, selon le rapport de l’agence de presse.

Un e-mail vu par Reuters a déclaré aux modérateurs: “Nous émettons une allocation d’esprit de la politique pour autoriser les discours violents T1 qui seraient autrement supprimés dans le cadre de la politique de discours de haine lorsque: (a) ciblant des soldats russes, SAUF des prisonniers de guerre, ou (b) ciblant les Russes lorsqu’il est clair que le contexte est l’invasion russe de l’Ukraine (par exemple, le contenu mentionne l’invasion, la légitime défense, etc.)”

Le message expliquait ensuite que les règles étaient en train d’être modifiées parce que les “soldats russes” étaient utilisés comme mandataires de l’armée dans le cadre de cette invasion.

Lire la suite : Comment les grandes entreprises technologiques réagissent-elles à l’invasion de l’Ukraine ?

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Invasion de l’Ukraine : Jour 15

La Russie resserre l’accès sur les réseaux sociaux

La semaine dernière, La Russie a déclaré qu’elle interdisait Facebook après que le réseau social a commencé à restreindre l’accès à certains médias d’État.

Réseaux sociaux dont Facebook et Twitter ont bloqué RT et Spoutnik en Europe.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

La maternité touchée par une frappe aérienne

Jeudi, les deux sites ont supprimé les messages de l’ambassade de Russie au Royaume-Uni concernant l’attentat à la bombe contre un hôpital pour enfants à Marioupol parce qu’ils ont enfreint les règles qui interdisent de nier les événements violents.

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, trois personnes – dont un enfant – ont été tuées lors de la frappe aérienne de mercredi, qui a également touché une maternité.

L’un des messages de l’ambassade de Russie a partagé des images avec une étiquette rouge les qualifiant de “faux” – et a poursuivi en affirmant que la maternité n’était pas opérationnelle et était utilisée par des soldats ukrainiens à l’époque.

Twitter a répondu aux blocages de la Russie en lançant une version de son site protégée par la confidentialité – connue sous le nom de “service oignon” – accessible via le dark web.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Zelenskyy : “Vous serez responsable”

Lire la suite:

Que s’est-il passé le 15e jour de l’invasion de l’Ukraine ?
La Russie se rapproche de Kiev, selon un responsable américain de la défense
Comment cela va-t-il se terminer ? Réponses à vos questions
Témoin oculaire : 300 000 réfugiés arrivent à Varsovie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

deux × 3 =