News

Haïti au point de rupture alors que l’économie s’effondre et que la violence monte en flèche

PORT-AU-PRINCE, Haïti –

La vie quotidienne en Haïti a commencé à devenir incontrôlable le mois dernier, quelques heures à peine après que le Premier ministre Ariel Henry a déclaré que les subventions aux carburants seraient supprimées, entraînant un doublement des prix.

Des coups de feu ont retenti alors que les manifestants bloquaient les routes avec des grilles en fer et des manguiers. Puis le gang le plus puissant d’Haïti est allé plus loin : il a creusé des tranchées pour bloquer l’accès au plus grand terminal de carburant du pays des Caraïbes, jurant de ne pas bouger jusqu’à ce qu’Henry démissionne et que les prix du carburant et des produits de base baissent.

Le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental est aux prises avec un étau inflationniste qui comprime ses citoyens et exacerbe les protestations qui ont amené la société au point de rupture. La violence fait rage et fait peur aux parents d’envoyer leurs enfants à l’école ; le carburant et l’eau potable sont rares; et les hôpitaux, les banques et les épiceries ont du mal à rester ouverts.

Le président de la République dominicaine voisine a qualifié la situation de “guerre civile de faible intensité”.

La vie en Haïti est toujours extrêmement difficile, voire carrément dysfonctionnelle. Mais l’ampleur de la paralysie et du désespoir actuels est sans précédent. L’instabilité politique a mijoté depuis l’assassinat toujours non résolu du président haïtien l’année dernière ; l’inflation qui s’envole autour de 30% n’a fait qu’aggraver la situation.

“S’ils ne nous comprennent pas, nous allons leur faire comprendre”, a déclaré Pierre Killick Cemelus, qui a transpiré alors qu’il luttait pour suivre le rythme des milliers d’autres manifestants défilant lors d’une récente manifestation.

Le dépôt de carburant bloqué par des gangs est inutilisable depuis le 12 septembre, coupant environ 10 millions de gallons de diesel et d’essence et plus de 800 000 gallons de kérosène stockés sur place. De nombreuses stations-service sont fermées et d’autres s’épuisent rapidement.

Le manque de carburant a récemment contraint les hôpitaux à réduire les services essentiels et a incité les entreprises de distribution d’eau à fermer. Les banques et les épiceries ont également du mal à rester ouvertes en raison de la diminution des approvisionnements en carburant – et des prix exorbitants – qui rendent presque impossible pour de nombreux travailleurs de se déplacer.

Un gallon d’essence coûte 30 dollars sur le marché noir à Port-au-Prince et plus de 40 dollars dans les zones rurales. Des personnes désespérées parcourent des kilomètres pour obtenir de la nourriture et de l’eau car les transports en commun sont extrêmement limités.

“Haïti est maintenant dans un chaos total”, a déclaré Alex Dupuy, sociologue né en Haïti à l’Université Wesleyan. “Vous avez des gangs qui font essentiellement ce qu’ils veulent, où ils veulent, quand ils veulent en toute impunité parce que la police n’est pas capable de les maîtriser.”

Il a qualifié Haïti de “société généralement non fonctionnelle” et a déclaré que le gouvernement de facto d’Henry “ne semble pas du tout déconcerté par le chaos et en profite probablement car cela lui permet de conserver le pouvoir et de le prolonger aussi longtemps que possible l’organisation de nouvelles élections.

Les gangs ont toujours exercé un pouvoir considérable en Haïti. Mais après l’assassinat du président Jovenel Moise en juillet 2021, leur influence s’est accrue. Ils se battent pour contrôler plus de territoire, tuant des centaines d’Haïtiens, dont des femmes et des enfants, ces derniers mois et chassant quelque 20 000 personnes de leurs foyers. Les enlèvements ont explosé.

Henry s’est engagé à organiser des élections dès qu’il sera possible de le faire en toute sécurité, écrivant dans un discours lu à l’Assemblée générale des Nations Unies le 24 septembre qu’il n’a “aucune envie de rester au pouvoir plus longtemps que nécessaire”.

“Mon pays traverse une crise multidimensionnelle dont les conséquences menacent la démocratie et les fondements mêmes de l’Etat de droit”, a-t-il déclaré. Il a condamné les pillages et les violences généralisés, et a déclaré que les responsables « devront répondre de leurs crimes devant l’histoire et devant les tribunaux ».

Le président américain Joe Biden, s’exprimant également à l’ONU, a déclaré qu’Haïti était confronté à “une violence des gangs alimentée par la politique et une énorme crise humaine”.

De 2004 à 2017, les casques bleus de l’ONU ont renforcé la sécurité du pays et aidé à reconstruire les institutions politiques après qu’une violente rébellion a renversé l’ancien président Jean-Bertrand Aristide. Mais pour l’instant, toute intervention étrangère en Haïti est exclue. Les dirigeants politiques locaux ont rejeté la suggestion d’une aide extérieure, notant que les soldats de la paix de l’ONU en Haïti ont abusé sexuellement d’enfants et déclenché une épidémie de choléra il y a plus de dix ans qui a tué près de 10 000 personnes.

La première série de manifestations à la mi-septembre a incité la France et l’Espagne à fermer leurs ambassades et leurs banques à fermer dans la capitale de Port-au-Prince. Les manifestants ont attaqué des entreprises, les maisons de politiciens bien connus et même des entrepôts du Programme alimentaire mondial des Nations Unies, volant des millions de dollars de nourriture et d’eau.

Les protestations ont depuis pris de l’ampleur. Des dizaines de milliers de personnes ont récemment défilé à Port-au-Prince et au-delà, y compris les villes des Gonaïves et Cap-Haïtien dans le nord. Ils ont agité des branches vertes feuillues et ont scandé : “Ariel doit y aller !”

L’enseignant du primaire, Jean-Wilson Fabre, s’est joint à une récente manifestation alors qu’il plongeait dans une rue latérale pour éviter un nuage de gaz lacrymogène lancé par la police essayant de contrôler la foule.

“Il ne fait rien”, a-t-il déclaré à propos du Premier ministre.

Le père de deux fils, âgé de 40 ans, a déploré le manque de nourriture et d’eau, la recrudescence des enlèvements et la montée en puissance des gangs : « Personne n’est assez fou pour envoyer ses enfants à l’école dans cette situation. Ils ne seront pas en sécurité. .”

Fabre fait partie des millions de parents qui ont refusé d’envoyer leurs enfants à l’école même si le gouvernement a annoncé un retour en classe le 3 octobre comme prévu dans le but de rétablir une certaine normalité dans une situation de plus en plus instable.

Les tribunaux d’Haïti devaient également rouvrir le 3 octobre, mais la Fédération du barreau du pays a rejeté une invitation du Premier ministre à parler de la question quelques jours auparavant, notant que les gangs occupent toujours un palais de justice principal à Port-au-Prince, entre autres problèmes. .

“Sous Ariel, les choses ont empiré”, a déclaré Merlay Saint-Pierre, une chômeuse de 28 ans, mère de deux garçons, qui s’est récemment jointe à une manifestation en portant un t-shirt arborant un majeur.

Des centaines de personnes ont passé des heures à faire la queue chaque jour juste pour acheter des seaux d’eau. Les camions de livraison ne peuvent pas entrer dans les quartiers à cause des barrages routiers.

“J’ai peur de cette eau”, a déclaré Lionel Simon, 22 ans, précisant qu’il s’en servait pour laver les vêtements et ajouter du chlore avant de la boire.

Au moins huit personnes sont mortes du choléra ces derniers jours et des dizaines d’autres ont été soignées, selon des responsables locaux de la santé qui ont exhorté les manifestants et les chefs de gangs à autoriser le carburant et l’eau à circuler dans les quartiers.

Mais Simon ne s’inquiétait pas du choléra. Ses plus grandes préoccupations sont les gangs et l’augmentation du nombre de jeunes enfants portant des armes à feu.

“Nous ne savons pas si la vie redeviendra normale”, a-t-il déclaré. “Si vous mourez aujourd’hui, vous ne savez même pas si vous allez vous rendre à la morgue. Vous pourriez être laissé dans la rue pour que des chiens et des animaux vous mangent. C’est à quel point la ville est devenue folle.”

Dupuy, l’expert haïtien, a déclaré qu’il était peu probable qu’Henry démissionne car il n’y a aucune pression internationale pour qu’il le fasse. Il craignait qu’il n’y ait pas de solution claire alors que la situation s’envenime : “Combien de point d’ébullition supplémentaire peut-il y avoir ?”

Articles similaires