News

HOOPQUEENS La première ligue de basketball féminin rémunérée au Canada

Nakissa Koomalsingh dessine les jeux pour le basketball féminin au Canada, espérant le mener vers un avenir radieux.

En tant que fondatrice de HOOPQUEENS, basée à Toronto, la première ligue de basket-ball féminine rémunérée au pays, Koomalsingh s’est donné pour mission de changer le récit du sport féminin en créant sa propre ligue centrée sur l’inclusion et le développement des jeunes filles et des femmes.

« Tout le monde a besoin de ce débouché. Il n’y a pas d’espace vraiment sûr pour les filles pour concourir et jouer de manière compétitive avec d’autres filles », a déclaré Koomalsingh à CTVNews.ca.

COMMENT ÇA A COMMENCÉ

Ancienne joueuse collégiale elle-même, Koomalsingh a épousé son amour du basket-ball avec un diplôme en commerce et finance de l’Université de Nipissing pour concevoir la ligue.

Après qu’une blessure au ligament croisé antérieur (LCA) l’ait retirée du jeu, Koomalsingh a pris du recul pour évaluer ce qu’elle voulait faire après l’obtention de son diplôme. À cette époque, elle a commencé à entraîner avec Canada Élite, une ligue de basketball pour filles de 13 et 14 ans, et est tombée amoureuse de l’aspect mentorat.

“Je n’ai vu aucune jeune femme, en particulier des femmes noires, entraîner, n’est-ce pas ? Alors, je me suis dit : ‘OK, quand je serai plus grand et quand j’aurai des enfants, je commencerai à entraîner.’ Mais quand j’ai obtenu mon diplôme, quelqu’un m’a demandé d’entraîner et je me suis dit : ‘Non… ce n’est pas une chose pour les jeunes filles noires d’entraîner’ », a déclaré Koomalsingh. “Mais ensuite, ils m’ont redemandé et je me suis dit:” OK, d’accord, je vais le faire. Et j’ai adoré ça.

Puis sont venus les sombres mois du début de 2020, lorsque les opportunités d’entraînement ou de développement des compétences pour les athlètes se sont arrêtées, alors que les gymnases fermaient et que les commandes de séjour à domicile étaient entrées en vigueur en raison de la pandémie de COVID-19.

C’est alors que Koomalsingh a vu une opportunité de favoriser une nouvelle communauté de basket-ball.

« Les filles n’avaient aucun débouché pour jouer. Je connaissais quelques personnes au sein de mon réseau et je me disais : ‘Hé, pouvons-nous simplement entrer dans la salle de sport ?’ », a déclaré Koomalsingh. « Tout le monde voulait rester en forme. Alors, j’ai moi-même commencé à jouer avec les filles que j’entraînais.

Koomalsingh a ensuite introduit des caméras dans le mix comme un moyen de reproduire la photographie pro-ligue en mettant en valeur le talent en documentant les filles qui jouent. La «couverture» des ballers commençait à faire son chemin dans la communauté du basket-ball, et l’idée d’une ligue a commencé à se développer à partir de là.

Elle ne voulait pas que ce projet ait une durée de vie pandémique, elle voulait continuer à développer cette nouvelle communauté et la voir prospérer pour les années à venir, d’autant plus que le nombre de jeunes filles qui abandonnent le sport continue d’augmenter.

Le gouvernement canadien affirme que des études récentes ont révélé que plus de 90 % des filles avaient diminué leur jeu ou avaient complètement arrêté de faire du sport pendant la pandémie, et une sur quatre ne s’est pas engagée à reprendre le sport.

HOOPQUEENS peut être un moyen d’inverser ces chiffres.

UN PROGRAMME DYNAMIQUE

Avance rapide jusqu’en 2022, et HOOPQUEENS est devenu une ligue d’été animée avec quatre équipes de joueuses chevronnées, ainsi qu’une programmation toute l’année et des mêlées pour les jeunes joueuses.

« Nous faisons pas mal de programmation. Nous avons nos mêlées, qui sont notre pain et notre beurre. Nous avons cela tout au long de l’année, principalement. Et puis en été, quand les filles reviennent de l’université et du lycée, et puis nous avons notre tournoi de filles ou de femmes », a déclaré Koomalsingh.

Les “Queens” de la ligue s’enfilent généralement pour la ligue pendant leurs intersaisons collégiales – soit venant de leurs équipes au niveau postsecondaire, soit ayant récemment obtenu leur diplôme et n’étant pas encore prêtes à raccrocher leurs baskets.

Les joueuses d’été rentrent généralement chez elles à la fin de l’été avec 1 000 $ de plus dans leurs comptes bancaires – une compensation remarquable étant donné qu’aucune autre ligue ne paie les femmes pour jouer au Canada.

Il y a eu tellement d’intérêt de la part des joueurs que la ligue prévoit d’organiser une “combinaison” pour cet été à venir, qui est un essai calqué sur l’évaluation de niveau professionnel des joueurs, généralement devant des entraîneurs, des dépisteurs et des managers.

HOOPQUEENS La première ligue de basketball féminin rémunérée au Canada(Fourni)

FINANCEMENT DE LA LIGUE

La ligue fonctionne comme une organisation à but non lucratif et reçoit des fonds de diverses organisations et donateurs, de marques telles que Canada Goose et Red Bull, ainsi que de personnes au sein du réseau de Koomalsingh.

L’un des sponsors les plus importants de la ligue cette année vient du défunt père d’un ami de Koomalsingh, l’ancien entraîneur de basket-ball William Young.

Après le décès de Young en 2021, sa fille, Meghan Young, a trouvé un moyen significatif de perpétuer son héritage : en faisant don de sa succession, 20 000 $, pour aider à financer HOOPQUEENS.

“C’était un moment de boucle. Elle avait l’impression que c’était quelque chose qui lui tenait vraiment à cœur. Et nous faire un don aligné sur ce avec quoi son père était aligné », a déclaré Koomalsingh.

UN PLAN DE MATCH POUR LE CERCEAU CANADIEN

Alors que de nombreuses joueuses parmi les meilleures du Canada sont recrutées pour jouer aux États-Unis, dont 138 des joueuses de basketball du pays qui participent à la NCAA pour la saison 2021-22, HOOPQUEENS se donne pour mission de faire du Canada une plaque tournante du basketball féminin. .

Quant à l’avenir de HOOPQUEENS, Koomalsingh espère un jour avoir le financement et les ressources nécessaires pour qu’une installation ait un espace physique pour ses athlètes, ainsi que pour amener la ligue plus loin que l’Ontario et la faire traverser le pays.

« Notre objectif est de changer le paysage du basketball au Canada. Vous n’avez pas besoin d’aller à l’étranger, ou vous n’avez pas besoin d’aller en Amérique pour obtenir une reconnaissance ou une exposition », a déclaré Koomalsingh. “Vous savez, notre plus gros problème est de savoir si nous voulons vraiment avoir cette reconnaissance dans le monde entier. Le Canada a des joueurs d’élite ici, et nous voulons être en mesure de garder nos athlètes locaux ici. Tu sais, honneur [our] sol.”

Articles similaires