Hugo Palmer dit que le terrain est la clé des objectifs de l’Èbre | Nouvelles de la course

Hugo Palmer cherchera un terrain plus doux pour l’Èbre après sa cinquième place dans les Abernant Stakes lors de ses débuts saisonniers.

Le poulain a été trois fois vainqueur en tant que juvénile la saison dernière, décrochant un novice avant de remporter les Listed National Stakes à Sandown, puis les Group One Phoenix Stakes au Curragh.

Parmi ces victoires figuraient une série de sorties dans la société du groupe qui comprenait une troisième place dans les Vincent O’Brien National Stakes, des performances de quatrième place dans les July Stakes et les Richmond Stakes et une cinquième dans les Coventry Stakes.

Palmer a estimé que la rivière Ebro n’était pas adaptée par le bon terrain lors de son retour à Newmarket plus tôt ce mois-ci et le joueur de trois ans cherchera désormais un objectif de sprint sur une surface avec un peu plus de coupe – avec York, Haydock et Ascot tous à l’étude.

“Ebro River était un jeune de deux ans occupé l’année dernière, il a eu neuf départs et a très bien couru dans une série de groupes deux avant de remporter le groupe un Phoenix en Irlande”, a déclaré Palmer.

“C’est un fils de Galileo Gold, qui a remporté les 2000 Guinées pour nous. Terriblement, c’était il y a six ans maintenant. Il vient de sa première génération. Contre toute attente, Galileo Gold a fait un très bon début dans sa carrière d’étalon et il a été son phare.

“Il a eu un départ cette année et il a été un peu décevant, mais le terrain a été très rapide lors de la réunion de Craven. Je pensais que nous pourrions nous en tirer la première fois, mais si vous essayez de vous en sortir avec du terrain vous n’aimez pas, Newmarket n’est pas l’endroit pour essayer.

“C’était tout simplement trop rapide pour lui. Je ne l’ai pas déclaré pour le pavillon à Ascot mercredi, il a définitivement besoin d’être coupé au sol. Il pourrait aller à York, il pourrait aller à Haydock, il pourrait attendre Ascot. Il pourrait aller presque n’importe où.

“C’est l’Angleterre et c’est l’Europe, nous aurons des sprints sur terrain mou cette année.”

Palmer espère avoir une perspective Oaks à Arion, une pouliche de Dubawi âgée de trois ans qui a terminé deuxième lors de ses débuts sur l’hippodrome à Newmarket la saison dernière avant de gagner un novice à Chelmsford.

La baie doit s’aligner pour les Pretty Polly Stakes Listed à Newmarket samedi et Palmer a hâte de voir si elle peut être à la hauteur des attentes qui accompagnent son pedigree impeccable.

“C’est probablement l’un des chevaux les mieux élevés d’Europe, elle est par Dubawi et issue d’une propre sœur gagnante de l’Australie, ce qui en fait une petite-fille de Ouija Board”, a-t-il déclaré.

“Elle a couru deux fois l’an dernier, elle a terminé deuxième à ses débuts sur sept stades à Newmarket, puis a remporté un maiden de Chelmsford.

“Elle est évidemment élevée pour rester à un mile et demi et nous espérons qu’elle le fera. Elle est entrée pour le Pretty Polly à Newmarket samedi, une course que Ouija Board, sa grand-mère, a remportée.

“Nous rêvons qu’elle puisse devenir une pouliche d’Oaks. Si elle était le premier poulain de la jument, je serais encore plus excité par elle que je ne le suis, mais c’est la troisième Dubawi de cette jument que j’ai dû entraîner et c’est la seule avec qui nous avons réussi à gagner une course.

“Elle est de loin la meilleure que sa mère ait produite, mais il y a un grand écart entre être de loin la meilleure et être la gagnante des Oaks.”

Palmer a hérité de Brad The Brief lorsqu’il a repris les rênes de Manor House Stables, un hongre appartenant à l’ancien copropriétaire du chantier, Andrew Black.

Le joueur de cinq ans était un ancien vainqueur du groupe trois lorsqu’il était entraîné par Tom Dascombe et la météo dictera quand il courra pour la première fois pour son nouveau gestionnaire.

“Brad The Brief appartient à Chasemore Farm, d’Andrew Black. Andrew était, jusqu’à récemment, partenaire dans le chantier avec Michael (Owen)”, a expliqué Palmer.

“Il n’est plus qu’un propriétaire ici, mais un propriétaire important. C’est formidable d’avoir un beau cheval comme celui-ci, il est évalué à 108, il est vainqueur de groupe trois et il doit juste avoir un terrain mou.

“Il a eu des inscriptions sans fin mais la pluie annoncée n’est pas venue, il est en très bon état et c’est particulièrement frustrant.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

vingt − un =