News

La croissance économique mondiale ralentira à 1,9% en 2023: ONU – National

Les Nations Unies ont prévu mercredi que la croissance économique mondiale chuterait de manière significative à 1,9 % cette année en raison de la crise alimentaire et énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine, de l’impact continu de la pandémie de COVID-19, de la persistance d’une inflation élevée et de l’urgence climatique. .

Peignant des perspectives économiques sombres et incertaines, le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies a déclaré que le ralentissement économique mondial actuel « touche à la fois les pays développés et les pays en développement, avec de nombreux risques de récession en 2023 ».

“Un ralentissement généralisé et sévère de l’économie mondiale se profile dans un contexte d’inflation élevée, de resserrement monétaire agressif et d’incertitudes accrues”, a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans une préface au rapport de 178 pages.

Lire la suite:

La Banque du Canada relève son taux directeur de 25 points de base et signale la fin des hausses pour le moment

Lire ensuite :

Jeremy Renner tentait de sauver son neveu lorsqu’il a été écrasé par un chasse-neige: rapport

L’histoire continue sous la publicité

Le rapport indique que la prévision de croissance économique de 1,9 % pour cette année _ contre une estimation de 3 % en 2022 _ est l’un des taux de croissance les plus faibles de ces dernières décennies. Mais il prévoit une reprise modérée à 2,7 % en 2024 si l’inflation diminue progressivement et que les vents contraires économiques commencent à s’atténuer.

Dans son rapport annuel publié plus tôt ce mois-ci, la Banque mondiale, qui prête de l’argent aux pays les plus pauvres pour des projets de développement, a réduit de près de moitié ses prévisions de croissance, passant de la projection précédente de 3 % à seulement 1,7 %.

Le Fonds monétaire international, qui accorde des prêts aux pays nécessiteux, a prévu en octobre que la croissance mondiale ralentirait de 6 % en 2021 à 3,2 % en 2022 et 2,7 % en 2023. La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré lors du Forum économique mondial de Davos la semaine dernière. que 2023 sera une année difficile, mais bloqué par la projection et a déclaré “nous ne nous attendons pas à une récession mondiale”.


Cliquez pour lire la vidéo : « Économie mondiale, la sécurité se décide sur les « champs de bataille de l'Ukraine » : Freeland »


Économie mondiale, sécurité décidée sur les “champs de bataille de l’Ukraine”: Freeland


Selon le rapport de l’ONU, cette année “la dynamique de croissance s’est affaiblie aux États-Unis, dans l’Union européenne et dans d’autres économies développées, ce qui a eu un effet négatif sur le reste de l’économie mondiale”.

L’histoire continue sous la publicité

Aux États-Unis, le PIB ne devrait augmenter que de 0,4 % en 2023 après une croissance estimée à 1,8 % en 2022, selon l’ONU. Et de nombreux pays européens devraient connaître “une légère récession” avec la guerre en Ukraine qui entrera dans sa deuxième année le 14 février, les coûts élevés de l’énergie, l’inflation et le resserrement des conditions financières déprimant la consommation et l’investissement des ménages.

Les économies des 27 pays de l’Union européenne devraient croître de seulement 0,2 % en 2023, contre 3,3 % estimés en 2022, selon l’ONU. Et au Royaume-Uni, qui a quitté l’UE il y a trois ans, le PIB devrait se contracter de 0,8% en 2023, poursuivant une récession qui a commencé au second semestre 2022, a-t-il déclaré.

Alors que le gouvernement chinois a abandonné sa politique zéro COVID à la fin de l’année dernière et assoupli ses politiques monétaire et budgétaire, l’ONU prévoit que son économie, qui n’a augmenté que de 3 % en 2022, accélérera à 4,8 % cette année.

“Mais la réouverture de l’économie devrait être cahoteuse”, a déclaré l’ONU. “La croissance restera probablement bien en deçà du taux d’avant la pandémie de 6 à 6,5 %.”

Le rapport de l’ONU indique que l’économie japonaise devrait figurer parmi les plus performantes des pays développés cette année, avec une augmentation du PIB de 1,5 %, légèrement inférieure à la croissance estimée de 1,6 % l’an dernier.

Dans toute l’Asie de l’Est, l’ONU a déclaré que la reprise économique reste fragile, même si la croissance du PIB en 2023 devrait atteindre 4,4 %, contre 3,2 % l’an dernier, et plus forte que dans d’autres régions.

L’histoire continue sous la publicité

En Asie du Sud, l’ONU prévoit que la croissance moyenne du PIB ralentira de 5,6 % l’an dernier à 4,8 % cette année en raison des prix élevés des denrées alimentaires et de l’énergie, du « resserrement monétaire et des vulnérabilités budgétaires ».

Mais la croissance en Inde, qui devrait dépasser la Chine cette année en tant que nation la plus peuplée du monde, devrait rester forte à 5,8%, légèrement inférieure aux 6,4% estimés en 2022, “car des taux d’intérêt plus élevés et un ralentissement mondial pèsent sur les investissements et les exportations », indique le rapport de l’ONU.


Cliquez pour lire la vidéo : « Le gouvernement fédéral met en garde les Canadiens contre d'autres défis économiques à venir »


Le gouvernement fédéral met en garde les Canadiens contre d’autres défis économiques à venir


En Asie occidentale, les pays producteurs de pétrole bénéficient de prix élevés et d’une production en hausse ainsi que d’une reprise du tourisme, selon l’ONU. Mais les économies qui ne sont pas productrices de pétrole restent faibles « compte tenu du resserrement de l’accès au financement international et des contraintes budgétaires sévères », et la croissance moyenne dans la région devrait ralentir, passant d’environ 6,4 % en 2022 à 3,5 % cette année.

L’histoire continue sous la publicité

L’ONU a déclaré que l’Afrique a été frappée “par de multiples chocs, notamment une demande plus faible des principaux partenaires commerciaux (en particulier la Chine et l’Europe), une forte augmentation des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, une augmentation rapide des coûts d’emprunt et des événements météorologiques défavorables”.

L’un des résultats, a-t-il déclaré, est l’alourdissement du service de la dette qui a contraint un nombre croissant de gouvernements africains à rechercher un soutien bilatéral et multilatéral.

L’ONU prévoyait un ralentissement de la croissance économique en Afrique, passant d’environ 4,1 % en 2022 à 3,8 % cette année.

Lire la suite:

Qu’est-ce qu’une récession ? Voici comment un coup dur pour l’économie canadienne pourrait vous affecter

Lire ensuite :

Un père albertain apprend la mort de son fils à Victoria après avoir recherché son nom sur Google et trouvé la nécrologie

En Amérique latine et dans les Caraïbes, l’ONU a déclaré que les perspectives “restent difficiles”, citant les perspectives du marché du travail, une inflation obstinément élevée et d’autres problèmes. Il prévoit que la croissance régionale ralentira à seulement 1,4 % en 2023, contre une expansion estimée à 3,8 % en 2022.

“Les plus grandes économies de la région – l’Argentine, le Brésil et le Mexique – devraient croître à des taux très faibles en raison du resserrement des conditions financières, de l’affaiblissement des exportations et des vulnérabilités nationales”, a déclaré l’ONU.

Pour les pays les moins avancés du monde, l’ONU a déclaré que la croissance devrait s’établir à 4,4 % cette année, soit à peu près la même que l’année dernière, mais nettement en deçà de l’objectif de l’ONU de 7 % d’ici 2030.

Articles similaires