News

La GRC suspend un contrat avec une entreprise liée à la Chine

La GRC a suspendu un contrat controversé qu’elle avait accordé à une société canadienne dont l’organisation mère a des liens avec le gouvernement chinois, a confirmé CTV News.

Le bureau du ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré jeudi à CTV News que le contrat signé par la GRC en octobre 2021, d’une valeur de 549 637 $, avec l’entreprise ontarienne Sinclair Technologies Inc. pour les filtres de radiofréquence, est maintenant en pause.

Plus tôt dans la journée, Mendicino a déclaré aux journalistes que la GRC “examinait très attentivement” l’équipement installé et qu’à l’avenir, un contrôle plus rigoureux était effectué lors de l’attribution de contrats pouvant avoir des implications sur la sécurité nationale.

“De toute évidence, s’il y avait des inquiétudes ou s’il y avait des failles dans ce processus autour du contrat, des mesures très rapides et immédiates devraient être prises pour suspendre ou annuler complètement le contrat”, a-t-il déclaré.

Après la révélation de ce contrat, la GRC a déclaré que les communications radio de la police nationale étaient protégées par un cryptage de bout en bout et que l’équipement de filtrage des radiofréquences “ne pose aucun problème de sécurité et ne permet pas l’accès aux communications radio”.

« Le contrat a été attribué conformément aux politiques et règlements du gouvernement fédéral en matière d’approvisionnement et conformément aux accords commerciaux », a déclaré la GRC mercredi.

Dans une déclaration précédente à CTV News, Sinclair a déclaré qu’il s’agissait d’une entreprise de confiance et indépendante. Il a cité des raisons de confidentialité pour ne pas pouvoir commenter davantage.

Le contrat de la GRC n’est pas le seul que le gouvernement fédéral a accordé à Sinclair Technologies.

CTV News a trouvé un certain nombre d’autres contrats, d’une valeur supérieure à 90 000 dollars chacun, depuis que la société mère de Sinclair, Norsat, a été achetée en 2017 par Hytera, qui appartient en partie au gouvernement chinois. Les contrats comprenaient ceux avec la GRC, Pêches et Océans Canada et le ministère de la Défense nationale.

Les produits Hytera sont interdits de vente ou d’importation aux États-Unis pour des raisons de sécurité nationale.

Jeudi, le ministère de la Défense nationale a déclaré qu’il était conscient des préoccupations entourant Sinclair Technologies et qu’il « enquêtait sur ces achats et sur la manière dont cet équipement est utilisé, aux côtés d’homologues d’autres ministères ».

“Le gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de nos infrastructures”, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Pour la deuxième journée consécutive, la question a suscité une série de questions au gouvernement fédéral à la Chambre des communes.

En route vers la période des questions, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, qui a récemment lancé une nouvelle stratégie indo-pacifique signalant une position plus dure à l’égard de la Chine, a déclaré que la “fonction publique indépendante” n’aurait “jamais” dû signer ces contrats.

“Nous devions mettre une perspective nationale sur nos contrats et notre prise de décision. C’est la position du gouvernement à l’avenir”, a déclaré Joly.


Avec des fichiers d’Annie-Bergeron Oliver et Michael Lee de CTV News

Articles similaires