News

La mère d’un enfant ukrainien heurté mortellement par un véhicule dit que sa fille aimait Montréal

Galyna Legenkovska a fui l’Ukraine déchirée par la guerre avec ses trois enfants plus tôt cette année, reconstruisant sa vie au Canada tandis que son mari est resté pour combattre les forces d’invasion russes.

Mais cette nouvelle vie a de nouveau été bouleversée le 13 décembre lorsque sa fille de sept ans, Mariia, a été mortellement heurtée par un véhicule alors qu’elle se rendait à l’école dans le centre de Montréal.

«Je suis très touchée par la réaction du Québec à cette tragédie qui a touché ma famille», a déclaré Legenkovska, s’exprimant en français lors d’un service commémoratif public à la cathédrale orthodoxe ukrainienne Sainte-Sophie mardi soir.

Elle a remercié tout le monde, des politiciens et de la police au personnel hospitalier et aux bénévoles de la communauté, pour leurs efforts pour tendre la main, offrir des dons et collecter des fonds pour sa famille.

Juan Manuel Becerra Garcia, 45 ans, a été accusé d’avoir quitté les lieux d’un accident mortel lié à la mort de Mariia. Il vit à Longueuil, au Québec, juste au sud de Montréal.

REGARDER | Mère raconte le deuil, la joie de vivre de sa fille :

La mère d'un enfant ukrainien heurté mortellement par un véhicule dit que sa fille aimait Montréal

Une réfugiée ukrainienne à Montréal se souvient de l’amour de sa jeune fille pour la vie

Galyna Legenkovska, s’exprimant par l’intermédiaire d’un traducteur, se souvient de sa fille Mariia comme d’une enfant heureuse qui aimait la vie lors d’un service commémoratif à Montréal pour l’enfant de sept ans. Mariia a été mortellement heurtée par un véhicule alors qu’elle se rendait à l’école le 13 décembre.

Le mari de Legenkovska est arrivé à Montréal dimanche. Legenkovska a déclaré qu’il resterait quelques mois pour soutenir la famille, puis reviendrait pour défendre leur ville et leur pays contre l’invasion.

Cependant, la famille a ensuite l’intention de rester au Canada, a-t-elle déclaré.

Service commémoratif organisé pour prier pour l’âme de la fille

Le service commémoratif, un panakhyde selon le rite orthodoxe ukrainien, se tenait la veille des funérailles de la petite fille, prévues mercredi matin.

Le membre de la paroisse, Simon Kouklewsky, a déclaré que de tels mémoriaux sont traditionnellement organisés pour prier pour les âmes des morts.

Une photo de profil de Maria, 7 ans, victime d'un délit de fuite mortel à Montréal.  Elle a les cheveux châtain clair, les yeux bleus, ne sourit pas et porte un haut noir.
Mariia Legenkovska, une réfugiée ukrainienne de sept ans, est décédée le mardi 13 décembre après avoir été heurtée par un automobiliste qui, selon la police, a pris la fuite. (Soumis par Volodymyr Kouchnir)

Le service est plus court qu’un enterrement et est généralement répété.

Il a souvent lieu le troisième jour, le septième jour et le 40e jour après le jour. Il a ensuite lieu le jour de l’anniversaire du décès. Il a dit qu’il était l’un des chanteurs, ajoutant sa voix à un hymne traditionnel qui a été modifié pour le service.

En pratiquant, il s’est retrouvé à s’arrêter et à déchirer.

“Toute l’année a été très émouvante”, a déclaré Kouklewsky. “Le pays de mes ancêtres est bombardé lors d’une invasion à grande échelle.”

Et puis une famille s’enfuit vers la sécurité du Canada, seulement pour qu’un enfant meure comme ça, c’est tragique, a-t-il dit.

Une mère dit que sa fille « aimait la vie »

Legenkovska a répondu aux questions des journalistes avant le service avec l’aide d’un traducteur. Elle a dit que sa famille souffrait, mais tout le monde sait qu’ils ne peuvent pas changer ce qui s’est passé.

Elle a dit qu’ils devaient s’habituer à vivre sans elle.

“C’était une enfant heureuse. C’était une enfant qui aimait la vie”, a déclaré Legenkovska par l’intermédiaire de l’interprète. “Mariia sera sur nous maintenant et tous les enfants.”

En parcourant les photos, elle a trouvé un selfie de Mariia. Elle se souvient qu’elle a dit : « J’aime Montréal. Je suis ici maintenant.

Le décès de Mariia a semé l’onde de choc à travers Montréal et suscité l’indignation des résidents de l’arrondissement Ville-Marie. La communauté réclame des améliorations pour la sécurité des piétons depuis des années.

Le médiateur de la ville a ouvert une enquête sur la mort de la jeune fille.

Michael Shwec, président du Congrès ukrainien canadien pour le Québec, a déclaré que la communauté ukrainienne de Montréal est toujours sous le choc.

“Une fillette de sept ans est allée à l’école le matin et puis, bam, c’est fini. C’est très difficile à accepter”, a-t-il déclaré.

Shwec, qui a rencontré Legenkovska, a déclaré que le soutien de la communauté avait été grandement apprécié. Une campagne de financement en ligne a permis de récolter plus de 150 000 $ en six jours.

Shwec a déclaré que les efforts d’Affaires mondiales Canada pour amener rapidement le père de Mariia à Montréal ont également été appréciés.

Articles similaires