News

La psychothérapie devrait être libre d’impôt au Canada, selon une nouvelle campagne

Une nouvelle campagne vise à éliminer enfin un obstacle financier à la thérapie – une taxe sur les thérapeutes-conseils et les services de psychothérapeutes, qui, selon les experts, est injuste.

Alors que d’autres professionnels de la santé mentale peuvent offrir à leurs patients une exemption de la taxe sur les produits et services/taxe de vente harmonisée (TPS/TVH), les thérapeutes-conseils et les psychothérapeutes ne sont actuellement pas en mesure de le faire, ce que l’Association canadienne de counseling et de psychothérapie fait pression depuis des années changer.

Maintenant, une nouvelle campagne qu’ils ont lancée ce mois-ci vise à combler enfin cet écart.

“Les thérapeutes-conseils et les psychothérapeutes de tout le pays ont partagé que l’ajout de la TPS ou de la TVH aux services de psychothérapie a un accès limité”, a déclaré Lindsey Thomson, directrice des affaires publiques de l’Association canadienne de counseling et de psychothérapie, lors d’une conférence de presse la semaine dernière pour lancer la nouvelle campagne. , thérapie hors taxe.

“Cette taxe injuste ne devrait pas être un obstacle à l’accès aux soins de santé mentale.”

Le site Web dédié à la campagne explique que les thérapeutes-conseils et les psychothérapeutes sont les seuls professionnels de la santé mentale tenus de facturer la TPS/TVH, et invite les Canadiens à signer une pétition parlementaire et à envoyer une lettre à leur député avec la ministre des Finances Chrystia Freeland.

Thomson, qui est elle-même une psychothérapeute agréée qui travaille avec des clients depuis six ans, a déclaré que le besoin de ces services est énorme.

«Avant la pandémie de COVID-19, la psychothérapie était déjà le besoin de soins de santé le plus demandé, mais le moins satisfait, des Canadiens», a-t-elle déclaré.

La taxation inégale de ces services « doit changer », afin d’aider à répondre aux besoins des Canadiens, a-t-elle dit.

“Les travailleurs sociaux, les psychologues et les ergothérapeutes ont déjà été exonérés de cette taxe pour fournir le même service de psychothérapie”, a-t-elle ajouté.

LA « SÉMANTIQUE BUREAUCRATIQUE » INTERDIT L’ACCÈS À LA SANTÉ MENTALE

Si d’autres professionnels de la santé mentale comme les travailleurs sociaux et les psychologues peuvent offrir leurs services sans avoir à facturer la TPS/TVH, pourquoi les services des psychothérapeutes/thérapeutes-conseils ne sont-ils pas traités de la même façon?

Cela se résume à une simple confusion sur la signification des titres de thérapeutes-conseils/psychothérapeutes, explique la pétition.

Une profession est admissible à l’exonération de la TPS/TVH à l’échelle nationale si elle est réglementée en tant que profession de la santé « par au moins cinq provinces ou territoires », indique la pétition.

La thérapie de counseling/psychothérapie répond à ce critère, la Nouvelle-Écosse, le Québec, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard incluant tous une profession de thérapie réglementée comme des soins de santé.

Cependant, le nom de la profession varie d’une province à l’autre, le Québec et l’Ontario faisant tous deux référence aux psychothérapeutes et la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard spécifiant les thérapeutes-conseils comme emploi.

« Une exonération fiscale a été refusée parce que les provinces réglementaient la profession sous différents titres », indique la pétition.

Mais il n’y a pas de différence fonctionnelle entre ces emplois, disent les experts – thérapeute conseil et psychothérapeute sont essentiellement deux mots pour la même chose, et le titre n’est qu’une question de préférence régionale.

“La thérapie de conseil et la psychothérapie sont la même profession, comme en témoignent un champ d’exercice partagé, des exigences de qualification comparables, des codes de déontologie alignés et une reconnaissance en vertu de l’Accord de libre-échange du Canada”, précise la pétition.

«Il s’agit d’un jeu bureaucratique de sémantique qui crée des obstacles à l’accès aux services en une période où les Canadiens en ont un besoin extrême», a ajouté Thomson.

Le site Web de l’Agence du revenu du Canada confirme que les psychothérapeutes doivent facturer la TPS/TVH à leurs patients, tandis que les autres professionnels de la santé qui sont déjà admissibles à une exonération fiscale n’ont pas à facturer cette taxe pour les services de psychothérapie.

« À l’heure actuelle, aucune disposition de la (Loi sur la taxe d’accise) n’exonère spécifiquement de la TPS/TVH les fournitures de services de psychothérapie ou les services rendus par un psychothérapeute, même si le psychothérapeute est titulaire d’un permis et rend le service dans une province qui réglemente la profession. de psychothérapie », indique le site Web. « Par conséquent, un psychothérapeute est tenu de percevoir la TPS/TVH sur ses fournitures de services, s’il est un inscrit à la TPS/TVH.

Bien que le montant de la TPS/TVH puisse être faible pour une seule visite, le fardeau financier supplémentaire que représente le paiement de taxes pour chaque visite thérapeutique peut rendre l’accès à cette aide intimidant pour certains Canadiens.

Selon le site Web de la campagne Tax Free Therapy, un Canadien sur quatre âgé de 18 ans ou plus présentait des symptômes de dépression, d’anxiété ou de trouble de stress post-traumatique au printemps 2021, et 5,3 millions de Canadiens ont déclaré avoir besoin d’aide pour leur santé mentale en 2017.

“Parmi ceux-ci, 2,3 (millions) ont déclaré que leurs besoins n’étaient que partiellement satisfaits ou en fait totalement insatisfaits”, a déclaré Thomson. « À la suite de la pandémie, il est bien connu que de nombreux Canadiens ont des problèmes de santé mentale, qu’il s’agisse de l’isolement ou de la mise en quarantaine, de la perte d’un emploi, de l’absence de services de garde d’enfants adéquats ou de la perte d’un être cher (donc ) le nombre estimé de 5,3 millions a sûrement monté en flèche.

En décembre 2021, un projet de loi a été déposé pour modifier la Loi sur la taxe d’accise et rendre les services de psychothérapie exonérés de taxe – le projet de loi C-218 – mais un projet de loi budgétaire doit également être déposé pour apporter le changement, ce qui est indiqué dans la pétition.

L’objectif de la pétition et de la campagne dans son ensemble est de forcer le Parlement à réagir et à faire adopter le projet de loi. Depuis son lancement, la pétition a recueilli plus de 6 000 signatures, avec plus de 600 lettres envoyées aux députés, selon un communiqué de presse.

L’exonération de la TPS/TVH des services de psychothérapeutes/cothérapeutes coûterait environ 3 millions de dollars en 2022-2023 en termes de réduction des revenus de la TPS, et environ 76 millions de dollars au cours des cinq prochaines années, selon une estimation officielle du projet de loi C-218 par le Bureau du directeur parlementaire du budget.

Cependant, cela représente quelques centimes par rapport aux revenus annuels totaux de la TPS/TVH, qui s’élevaient à 37,4 milliards de dollars en 2019-2020, selon les données de Statistique Canada.

Et les conséquences de la maladie mentale sur les Canadiens sont également économiques. La Commission de la santé mentale du Canada estime que le coût économique des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale non traités s’élève à plus de 50 milliards de dollars par année.

Les experts disent que l’augmentation de l’accès aux services de santé mentale en éliminant cette taxe entraînera des économies bien plus importantes que celles qui seraient retirées des revenus de la TPS.

Et compte tenu de l’impact mesurable de la pandémie sur la santé mentale des Canadiens, c’est quelque chose qui compte maintenant plus que jamais, dit Thomson.

« Le gouvernement peut démontrer son engagement à soutenir la santé mentale des Canadiens en éliminant la taxe sur les services de psychothérapie.

Articles similaires