News

La Russie, l’Iran et le Myanmar sanctionnés par le Canada pour les droits humains – National

Le Canada a imposé vendredi de nouvelles sanctions à la Russie, à l’Iran et au Myanmar, invoquant des violations présumées des droits de l’homme par leurs gouvernements.

Les mesures comprenaient des sanctions contre 33 hauts responsables russes actuels ou anciens et six entités impliquées dans des “violations systématiques des droits de l’homme” présumées contre des citoyens russes qui ont protesté contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré le ministère canadien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Depuis l’invasion de la Russie le 24 février, le Canada a imposé des sanctions à plus de 1 500 personnes et entités de Russie, d’Ukraine et de Biélorussie.

Lire la suite:

Des sanctions ont également été imposées à 22 personnes en Iran, parmi lesquelles des hauts responsables du système judiciaire, du système pénitentiaire et des forces de l’ordre, ainsi que des dirigeants politiques, tels que des hauts responsables du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, et des personnalités de médias dirigés par l’État, ajoute la déclaration.

L’histoire continue sous la publicité

Les sanctions contre l’Iran sont intervenues un jour après que l’Iran a pendu un homme reconnu coupable d’avoir blessé un agent de sécurité avec un couteau et d’avoir bloqué une rue à Téhéran, selon l’agence de presse semi-officielle Tasnim, la première exécution de ce type suite aux récents troubles antigouvernementaux. Des manifestations à l’échelle nationale ont éclaté après la mort de Mahsa Amini, une Iranienne kurde de 22 ans, en garde à vue le 16 septembre.

«Il reste encore du travail à faire, mais le Canada ne cessera jamais de défendre les droits de la personne», a déclaré la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly.


Cliquez pour lire la vidéo :


Le gouvernement de l’Alberta saisit des condos à Calgary pour une banque russe sanctionnée pour la guerre en Ukraine


En plus de l’Iran et de la Russie, le Canada a également imposé des sanctions à 12 personnes et trois entités au Myanmar qui remplissent des fonctions clés au nom de l’armée du Myanmar, facilitent les flux d’armes vers l’armée et permettent la violence de l’armée, a déclaré le Canada.

L’armée a pris le pouvoir lors d’un coup d’État au Myanmar l’année dernière. Les militants des droits de l’homme affirment que la junte utilise désormais régulièrement la peine de mort comme un “outil politique”.

L’histoire continue sous la publicité

Plus de 16 500 personnes ont été arrêtées et plus de 13 000 d’entre elles sont toujours détenues depuis le coup d’État, selon une organisation de défense des droits humains qui documente les violations commises par l’armée birmane.

Articles similaires