Politique

La Suède précise qu’il y a quatre fuites dans les pipelines Nord Stream – POLITICO

Les garde-côtes suédois ont confirmé jeudi qu’il y avait quatre fuites dans les pipelines Nord Stream endommagés, dont deux dans la zone économique exclusive suédoise et deux dans la zone économique exclusive danoise.

Jenny Larsson, un officier des garde-côtes suédois, a déclaré: “Nous connaissons ces deux-là, qui se trouvent dans la zone économique suédoise, depuis que nous avions notre première unité sur place, donc ils se sont probablement produits en même temps. [as each other]”, s’adressant à la radio nationale Sveriges Radio.

Trois fuites ont été signalées plus tôt cette semaine, et le responsable suédois a déclaré qu’une quatrième fuite avait également été découverte à l’époque.

Dans la zone économique suédoise, la fuite la plus importante a “environ 900 m de diamètre et se situe au-dessus du Nord Stream 1. La seconde est une fuite plus petite et se situe au-dessus du Nord Stream 2. Elle mesure environ 200 m de diamètre”, a déclaré Larsson.

Bien qu’il existe un consensus parmi les pays de l’UE sur le fait que les fuites sont intentionnelles – avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen condamner le “sabotage” et la “perturbation délibérée des infrastructures énergétiques européennes actives” – le bloc reste prudent pour désigner un coupable.

Au lieu de cela, des pays comme l’Allemagne et le Danemark tirent la sonnette d’alarme sur le besoin accru de surveillance des infrastructures critiques de l’UE.

S’adressant à BBC Radio 4 jeudi, l’ambassadeur allemand à le Royaume-Uni Miguel Berger a déclaré : “Il est également clair qu’un acteur non étatique n’aurait pas pu faire cela.”

Pressé de savoir si Berlin pense que la Russie est à l’origine des fuites, l’ambassadeur a déclaré: “Je pense que nous ne pouvons rien exclure dans l’état actuel.”

“Je pense que maintenant, la conclusion pour nous tous est qu’en est-il de notre infrastructure critique: câbles sous-marins, pipelines, réseaux téléphoniques … Tout cela nécessite une surveillance supplémentaire”, a-t-il ajouté.

“Il est clair que nous devons tous être très conscients de nos infrastructures critiques”, a fait écho le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod, qui s’est entretenu avec Sky News jeudi matin.

Fatih Birol, le chef de l’Agence internationale de l’énergie, est un autre fonctionnaire sur la pointe des pieds à Moscou. Lors d’une conférence sur les énergies renouvelables jeudi à Paris, il a déclaré que même si “on ne sait pas encore qui a fait” les fuites, il était “très évident” qui était derrière le sabotage – mais n’a pas nommé son suspect.




Source link

Articles similaires