Sports

L’ancien entraîneur des Whitecaps de Vancouver, Birarda, s’excusera pour les délits sexuels: avocat

VANCOUVER – Un ancien entraîneur des Whitecaps de Vancouver et des équipes nationales de soccer junior du Canada devrait présenter aujourd’hui des excuses publiques devant le tribunal pour crimes sexuels.

Bob Birarda, 55 ans, a plaidé coupable en février à trois chefs d’agression sexuelle et à un chef d’attouchement sexuel pour des infractions impliquant quatre personnes différentes entre 1988 et 2008.

L’avocat de Birarda, Bill Smart, a déclaré lors d’une audience de détermination de la peine devant un tribunal provincial de North Vancouver que l’ancien entraîneur ferait une déclaration devant le tribunal aujourd’hui.

Smart soutient que Birarda devrait faire face à une peine totale d’un an pour les infractions, consistant en huit mois de prison et une ordonnance de quatre mois de prison avec sursis.

La Couronne a recommandé une peine d’emprisonnement de deux ans moins un jour, une peine cumulative pour les infractions, plus trois ans de probation.

Chacun des cas concernait les interactions de Birarda avec des joueurs de football de moins de 18 ans, l’écart d’âge augmentant avec le temps de quatre ou cinq ans à 23 ans.

Birarda a été congédié par les Whitecaps et Canada Soccer en octobre 2008.

Smart dit que Birarda a reconnu sa culpabilité et a coopéré avec les procureurs de la Couronne.

“Il s’agit d’une peine appropriée compte tenu d’un certain nombre de facteurs atténuants, notamment le fait que M. Birarda n’a pas de casier judiciaire, il a sincèrement des remords et comprend clairement le préjudice profond qu’il a causé à ses victimes et le caractère répréhensible de ses actes”, a déclaré Smart.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 2 septembre 2022.

L'ancien entraîneur de soccer des Whitecaps de Vancouver, Bob Birarda, arrive à la cour provinciale pour une audience de détermination de la peine, à North Vancouver, en Colombie-Britannique, le mercredi 8 juin 2022.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Articles similaires