Politique

Le 14 juillet, Macron met en garde la France sur l’approvisionnement en gaz, promet des progrès sur les retraites – POLITICO

Le président français Emmanuel Macron a promis jeudi de poursuivre les réformes au cours de son second mandat, malgré un revers humiliant lors des élections législatives du mois dernier. Mais il a utilisé son interview télévisée annuelle du 14 juillet pour avertir des temps difficiles à venir en raison de la guerre en Ukraine.

“Nous devons nous préparer à un scénario où la Russie coupera tout le gaz”, a déclaré Macron aux diffuseurs TF1 et France 2 lors de la fête nationale de la France. “C’est probable.”

Macron a déclaré qu’il présenterait prochainement un plan détaillé de réduction de la consommation d’énergie en France. Il a appelé les entreprises et les consommateurs à réduire leur consommation d’énergie, alors que les dirigeants européens s’inquiètent de la perspective de nouvelles réductions de l’approvisionnement en gaz russe.

S’exprimant dans les jardins de l’Elysée, Macron a déclaré que la France avait pour objectif de se passer du gaz russe dès que possible. Il a accusé la Russie d’utiliser les livraisons d’énergie à l’Occident comme “une arme de guerre” et a averti que la guerre en Ukraine n’avait pas de fin en vue.

Macron s’est également concentré sur les réformes des prestations et des retraites qui ont suscité une large opposition, y compris des manifestations de masse de la gauche et des syndicats.

Il a confirmé le calendrier du paquet de réformes des retraites – qui pourrait inclure le relèvement de l’âge de la retraite – en disant qu’il sera en place d’ici l’été 2023. Cela pourrait être un pari risqué pour le président étant donné sa majorité parlementaire perdue et la baisse du soutien public.

À peine trois mois après avoir été réélu, Marcon est tombé à son plus bas niveau de popularité depuis mars 2020. Son parti La République en marche est arrivé premier aux élections législatives de juin, mais a vu sa majorité à l’Assemblée nationale anéantie au milieu de gros gains pour les radicaux partis de droite et de gauche.

Signe de sa faiblesse parlementaire, les législateurs ont rejeté mardi une proposition visant à donner au gouvernement le pouvoir d’exiger que les voyageurs présentent des laissez-passer d’immunité COVID-19.

Macron a défendu son programme lors de l’interview d’une heure. Il a promis d’accélérer les réformes du travail affectant les prestations et les règles d’indemnisation des chômeurs – une autre question politique très sensible.

“Je veux, dès cet été, qu’on puisse accélérer sur la réforme du travail”, a déclaré Macron, avec des avancées attendues en septembre. Le « plein emploi » est une priorité, a-t-il insisté.

Des journalistes ont pressé le président au sujet de la soi-disant affaire Uber Files, où des fuites de documents internes de la société de covoiturage semblaient révéler des échanges privilégiés entre Macron et des hauts responsables d’Uber alors qu’il était ministre de l’Économie de 2014 à 2016.

Macron a maintenu ses relations avec l’entreprise, insistant sur le fait qu’il n’avait aucun regret quant à une réforme du marché des taxis à l’époque et affirmant que l’action du gouvernement avait “ouvert le marché de manière équilibrée”.

Pauline de Saint Rémy reportage contribué.




Source link

Articles similaires