News

Le candidat à la mairie de Winnipeg, Don Woodstock, blâme les hommes autochtones pour la violence contre les femmes autochtones

Avertissement : Cette histoire contient des commentaires offensants.

Certains candidats à la mairie de Winnipeg condamnent le candidat Don Woodstock pour avoir pris la parole lors d’un forum sur les questions féminines et déclaré que les hommes autochtones sont la cause de la violence contre les femmes autochtones.

Woodstock, propriétaire d’une entreprise de sécurité qui se présente pour la deuxième fois à la mairie, a déclaré jeudi soir à un auditoire d’environ 60 travailleurs de campagne à la mairie et citoyens ordinaires qu’il pensait que les « hommes autochtones » étaient la raison pour laquelle la violence était commise contre les femmes autochtones.

Woodstock a fait ces commentaires jeudi soir lors d’un forum organisé par le Conseil des femmes de Winnipeg et tenu à l’unité John Osborn des vétérans de l’armée de l’air de la marine, à Polo Park.

Tous les candidats ont reçu les mêmes questions, à l’avance, sur la façon dont ils amélioreraient la sécurité publique, le transport en commun de Winnipeg et le logement pour les femmes dans cette ville.

Lorsque ce fut au tour de Woodstock d’aborder la question de la sécurité, il a déclaré que les hommes « autochtones » ne respectaient pas les femmes autochtones, et c’est pourquoi il y a de la violence contre les femmes autochtones.

Après le forum, il a répété ses commentaires.

REGARDER | Don Woodstock accuse les hommes autochtones :

Le candidat à la mairie de Winnipeg, Don Woodstock, blâme les hommes autochtones pour la violence contre les femmes autochtones

Un candidat à la mairie condamné pour des propos sur les hommes autochtones

L’espoir à la mairie de Winnipeg, Don Woodstock, a été vertement réprimandé jeudi soir après avoir déclaré à un forum de candidats que les hommes autochtones sont en grande partie responsables de la violence contre les femmes autochtones.

« À mon avis, d’après ce que j’ai vu et ce que j’entends, les hommes et les jeunes autochtones doivent venir à la table pour résoudre ce problème de femmes autochtones disparues et assassinées. C’est le lien », a déclaré Woodstock.

“Dans la plupart des cas, si vous leur parlez, les écoutez et écoutez comment ils voient et valorisent les femmes, ce n’est pas la même chose que la façon dont je vois et valorise les femmes.”

Woodstock a poursuivi en disant que les hommes autochtones ont trop de partenaires sexuels et romantiques.

“Pourquoi certains jeunes se considèrent-ils comme la seule chose qui est bonne pour eux, c’est d’avoir plusieurs épouses, plusieurs amoureux, plusieurs mères, plusieurs familles ?” a-t-il demandé, ajoutant qu’il ne croyait pas que son opinion soit controversée. “Je vous donne ma vision de ce que j’ai vu.”

Les autres candidats à la mairie Jenny Motkaluk, Rick Shone et Shaun Loney ont condamné les commentaires de Woodstock comme étant racistes.

La candidate Rana Bokhari est brièvement sortie lorsque Woodstock a fait ses commentaires.

“Honteux, irrespectueux, complètement inexact”

“Je ne pense pas que j’avais besoin de m’asseoir ici et de l’écouter cracher ce commentaire absolument honteux, irrespectueux, complètement inexact, factuellement incorrect, perpétuant plus de violence contre les femmes”, a-t-elle déclaré, ajoutant que Woodstock aurait dû être invité à quitter le forum.

“Lorsque vous victimisez certaines des personnes les plus vulnérables de la ville, vous devriez y aller. Ce n’est pas l’endroit pour vous.”

L’organisatrice du forum, Brenda Buleziuk, s’est dite déçue.

“Cela m’attriste d’entendre des gens parler encore comme ça, comme s’ils étaient encore à l’âge des ténèbres”, a-t-elle déclaré.

Robert-Falcon Ouellette, le seul candidat autochtone au forum, est arrivé trop tard pour entendre le commentaire de Woodstock.

« Un véritable homme autochtone qui respecte ce que signifie être autochtone et suit la philosophie autochtone et le mode de vie guerrier a beaucoup de respect pour toute la famille », a-t-il déclaré.

Le candidat à la mairie de Winnipeg, Don Woodstock, blâme les hommes autochtones pour la violence contre les femmes autochtones
Le candidat à la mairie Rick Shone, debout, prend la parole lors d’un forum des candidats organisé par le Council of Winnipeg Women. Dix des 11 candidats de Winnipeg étaient présents. (Travis Golby/CBC)

Le forum de jeudi a réuni 10 des 11 candidats à la mairie de Winnipeg : Idris Adelakun, Bokhari, Chris Clacio, Scott Gillingham, Loney, Motkaluk, Glen Murray, Ouellette, Shone et Woodstock.

Seul Kevin Klein, le conseiller sortant de Charleswood-Tuxedo-Westwood, a choisi de ne pas y assister.

La plupart des candidats qui ont pris part au forum ont utilisé leur temps au micro pour faire des déclarations passionnées sur la nécessité de protéger les femmes, les réfugiés, la communauté LGBT et les autres Winnipegois vulnérables.

Mais il y avait aussi la politique conventionnelle. Motkaluk a accusé Murray, l’ancien maire de la ville, et Gillingham, le conseiller sortant de St. James, de ne pas avoir amélioré Winnipeg pendant leur mandat.

Murray et Gillingham ont également relancé un différend de juillet, lorsque l’ancien maire a accusé le conseiller d’avoir lancé un programme d’aide aux réfugiés.

Deux candidats ont également méprisé Winnipeg Transit. Motkaluk a déclaré que les bus de la ville sont si dangereux qu’elle ne permettrait pas à sa fille adolescente de prendre le bus.

Shone a déclaré que sa femme, une policière, avait été agressée alors qu’elle attendait le bus.

Il y a au moins 10 autres débats prévus avant le jour du scrutin le 26 octobre.

Articles similaires