Sports

Le double champion australien Azarenka soutient Djokovic après des doutes sur sa blessure

Victoria Azarenka est entrée au bâton pour Novak Djokovic, affirmant que les joueurs de tennis ne sont “pas des méchants” après avoir atteint les demi-finales de l’Open d’Australie pour la première fois en une décennie.

Elle a battu la troisième tête de série Jessica Pegula 6-4, 6-1 mardi pour revenir en demi-finale à Melbourne Park pour la première fois depuis ces triomphes en 2012 et 2013.

Les ischio-jambiers de Djokovic ont été une source de discorde parmi les commentateurs et les fans, certains accusant l’ancien n ° 1 mondial d’avoir simulé la blessure malgré le fait que la star serbe ait manqué plusieurs entraînements avant le tournoi.

EN SAVOIR PLUS :Super-maman trouve que le “vintage” est le meilleur en 10 ans

LIRE LA SUITE: L’Australien fulmine face à la “controverse” sur la blessure de Djokovic

LIRE LA SUITE: Une star dévastée explique son abandon en milieu de match

Comment Azarenka a vaincu la « peur », « l’anxiété »

L’ancienne No.1 mondiale Azarenka a déclaré qu’elle comprenait ce que ressentait Djokovic.

Elle a été critiquée lorsqu’elle a pris un temps mort médical lors de sa dernière demi-finale à Melbourne Park en 2013, retardant son match contre Sloane Stephens de 10 minutes.

La Biélorusse, qui a maintenant 33 ans, est revenue pour battre Stephens et a continué à défendre son titre.

Elle a dit: “Savez-vous ce qui s’est passé il y a 10 ans? C’est le truc.

“C’était l’une des pires choses que j’ai vécues dans ma carrière professionnelle, la façon dont j’ai été traité après ce moment, la façon dont j’ai dû m’expliquer jusqu’à 22h30 du soir parce que les gens ne voulaient pas me croire. En fait, je peux faire écho à ce que Novak a dit l’autre jour.

Regardez l’Open d’Australie en direct et gratuitement sur Nine Network : Channel 9, 9Gem et 9MAINTENANT.

“Il y a parfois un désir incroyable pour un méchant et une histoire de héros qui doit être écrite. Mais nous ne sommes pas des méchants, nous ne sommes pas des héros, nous sommes des êtres humains ordinaires qui traversent tellement de choses.

“Les suppositions et les jugements, tous ces commentaires, ne sont que s — parce que personne n’est là pour voir toute l’histoire. Peu importait le nombre de fois où j’ai raconté mon histoire, elle n’a pas traversé.

“En fait, c’est drôle que tu dises ça parce que j’y pensais. Il m’a fallu 10 f—– ans pour m’en remettre. Je m’en suis enfin remis.”

Après le match, Azarenka – la personne – a expliqué comment, loin du tribunal ces derniers mois, elle avait réussi à apprendre un nouvel état d’esprit en, selon ses propres termes, « en essayant d’être neutre, de ne pas devenir négative ; accepter l’anxiété que j’ai; accepter la peur que j’ai.

Novak écarte la question des blessures

Et cela aussi, a-t-elle expliqué, lui a permis de faire face à la peur de l’échec et de jouer à nouveau au mieux de ses capacités considérables, ce qu’elle a certainement fait contre Pegula, qui n’avait pas perdu un set dans le tournoi et n’avait cédé que 18 matchs en quatre matches.

Les deux – sa vie professionnelle et personnelle – “sont définitivement liés”, a déclaré Azarenka.

« Je ne pense pas que l’un va sans l’autre. J’ai l’impression qu’un court de tennis – probablement pour tout le monde, mais pour moi, surtout – déclenche beaucoup de ces peurs, beaucoup d’anxiété », a-t-elle poursuivi. « C’est un peu comme une toile ouverte. Quand tout arrive à un moment de haute pression, un moment de stress élevé, des émotions étranges arrivent sur le terrain. Parfois, comme, ‘À quoi … pensez-vous sur le terrain?’ “

Un tournant décisif, qui l’a aidée à réaliser qu’elle devait affronter ce qui la tracassait, est survenu lorsqu’elle a cassé quelques raquettes après une défaite lors d’un tournoi en octobre.

« Je ne pense pas que vous le reconnaissez tout de suite. Je pense que cela s’accumule jusqu’à ce que vous atteigniez une sorte de mauvais endroit où rien n’a de sens. Vous vous sentez un peu perdu », a déclaré Azarenka.

« J’étais au point où je ne pouvais rien trouver qui me fasse du bien. Pas comme une seule phrase.

L’adversaire en demi-finale d’Azarenka, tête de série n°24, sera la n°22 Elena Rybakina, la championne en titre de Wimbledon, qui a battu la gagnante de Roland-Garros 2017 Jelena Ostapenko 6-2, 6-4.

Rybakina – qui est née à Moscou mais représente le Kazakhstan depuis 2018 parce qu’il a proposé de financer sa carrière de tennis – a frappé 11 as pour porter son total de tête du tournoi à 35.


Source link

Articles similaires