News

Le gouvernement décide de rejeter le recours collectif déposé par des employés noirs de la fonction publique

Le gouvernement fédéral a déposé une requête en justice demandant à un juge de rejeter un recours collectif intenté par des employés noirs de la fonction publique pour des motifs de compétence.

Le recours collectif proposé – lancé en décembre 2020 – accuse le gouvernement fédéral de racisme systémique, de discrimination et d’exclusion des employés. Il allègue que, depuis les années 1970, environ 30 000 employés noirs de la fonction publique ont perdu “des opportunités et des avantages accordés à d’autres en raison de leur race”.

La déclaration indique que le procès demande des dommages-intérêts pour indemniser les employés fédéraux noirs pour leurs difficultés mentales et économiques. Les plaignants demandent également un plan pour diversifier la main-d’œuvre fédérale et éliminer les obstacles que les lois sur l’équité en matière d’emploi n’ont pas été en mesure d’éliminer.

Mais une requête déposée au nom du gouvernement fédéral cette semaine indique que le tribunal n’a pas compétence sur l’affaire et que la réclamation devrait plutôt être poursuivie par le biais de griefs de travail.

REGARDER | Des fonctionnaires noirs allèguent une discrimination dans un procès gouvernemental :

Le gouvernement décide de rejeter le recours collectif déposé par des employés noirs de la fonction publique

Des fonctionnaires noirs allèguent une discrimination dans un procès gouvernemental

Des fonctionnaires noirs actuels et anciens ont déposé une plainte contre le gouvernement fédéral alléguant une discrimination qui a conduit à un mauvais traitement et a été négligée pour une promotion.

La motion stipule que toutes les réclamations connexes devraient relever soit de la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral, soit de la Loi canadienne sur les droits de la personne.

Une déclaration du Conseil du Trésor du Canada, qui supervise la main-d’œuvre fédérale, a déclaré que le gouvernement s’efforce de créer une fonction publique inclusive et diversifiée, mais que les problèmes soulevés dans le recours collectif ne devraient pas être traités devant les tribunaux.

“Il existe un processus existant pour traiter le harcèlement et la discrimination dans la fonction publique”, indique le communiqué, ajoutant que la position du gouvernement est cohérente avec les réponses précédentes du gouvernement aux recours collectifs.

Nicholas Marcus Thompson est directeur exécutif du Black Class Action Secretariat, le groupe qui a intenté la poursuite. Il s’est dit “extrêmement déçu” par la motion du gouvernement.

“[The government] a reconnu ces préjudices et maintenant ils s’apprêtent à annuler toute la réclamation, à priver les travailleurs de leur journée devant le tribunal », a déclaré Thompson à CBC.

Thompson a contesté la suggestion du gouvernement selon laquelle les réclamations pourraient être traitées comme des griefs de travail.

“Ces systèmes ne sont pas équipés pour lutter contre la discrimination systémique, et en leur sein … il y a des préjugés inhérents. La discrimination systémique existe dans toutes les institutions”, a-t-il déclaré.

Le député néo-démocrate Matthew Green a qualifié la motion du gouvernement d'”insensible” dans un tweet mardi.

“Ils travaillent depuis des décennies pour écarter les torts qu’ils ont causés en perpétrant le racisme anti-noir au sein de la fonction publique”, a-t-il déclaré.

Le groupe dépose une plainte à l’ONU

La semaine dernière, le secrétariat a déposé une plainte auprès du Rapporteur spécial de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée.

“Avec cette plainte, nous élevons les échecs passés du Canada et son incapacité à agir dans le présent à un organisme international”, a déclaré Thompson lors d’une conférence de presse à Ottawa mercredi dernier.

Thompson a déclaré que le secrétariat espère que le rapporteur spécial de l’ONU enquêtera sur ses revendications et appellera le Canada à respecter ses obligations internationales envers les employés noirs en établissant un plan pour augmenter les opportunités pour les femmes noires au sein du gouvernement et en développant des objectifs spécifiques pour l’embauche et la promotion des travailleurs noirs.

En réponse à la plainte de l’ONU, Mona Fortier, présidente du Conseil du Trésor, a déclaré que beaucoup trop de Canadiens noirs sont encore victimes de discrimination et de haine.

« Le gouvernement s’emploie activement à remédier aux méfaits et à créer une fonction publique diversifiée et inclusive, exempte de harcèlement et de discrimination. Nous avons adopté des lois, créé des programmes de soutien et de développement et publié des données désagrégées, mais nous savons qu’il reste encore beaucoup à faire », a déclaré Fortier. dans une déclaration aux médias la semaine dernière.

Articles similaires