News

Le gouvernement fédéral accorde un contrat à la GRC à une entreprise ayant des liens avec la Chine

Le gouvernement fédéral a attribué un contrat pour la fourniture et l’entretien des équipements de communication de la GRC à une entreprise liée au gouvernement chinois, a appris Radio-Canada.

Le contrat prévoit que des experts en sécurité soulèvent des inquiétudes quant à l’accès potentiel des Chinois aux communications et aux données de la GRC.

Le 6 octobre 2021, le gouvernement fédéral a accordé à Sinclair Technologies un contrat d’une valeur de 549 637 $ pour un système de filtrage des radiofréquences (RF). L’un des objectifs du système est de protéger les communications radio terrestres de la GRC contre les écoutes clandestines.

Bien que Sinclair Technologies soit basée en Ontario, la société est contrôlée par Hytera Communications de Shenzen, en Chine, depuis 2017, lorsque Hytera a acheté Norsat International, la société mère de Sinclair.

Le gouvernement chinois détient environ 10 % d’Hytera Communications par l’intermédiaire d’un fonds d’investissement.

La Commission fédérale des communications des États-Unis (FCC) Hytera mis sur liste noire en 2021. La FCC affirme que la société est l’une des nombreuses entreprises chinoises qui présentent “un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis ou la sécurité et la sûreté des citoyens américains”.

En conséquence, les ventes et les importations d’équipements Hytera sont interdites aux États-Unis.

La société chinoise de télécommunications Huawei figure également sur la liste. Le Canada a banni Huawei de son réseau 5G cette année.

Hytera Communications fait face à 21 accusations dans une affaire d’espionnage américaine. Le ministère de la Justice des États-Unis a accusé la société d’avoir conspiré pour voler des secrets commerciaux à la société de télécommunications américaine Motorola.

L’acte d’accusation allègue que Hytera a recruté et embauché des employés de Motorola pour obtenir des informations commerciales confidentielles entre 2007 et 2020. Hytera Communications a nié toutes les accusations portées dans l’acte d’accusation.

Le principal concurrent de Sinclair Technologies pour le contact avec la GRC était Comprod, une entreprise québécoise de technologie des communications.

Jawad Abdulnour, vice-président de la R&D et de l’ingénierie de Comprod, a déclaré que Sinclair Technologies peut rendre l’équipement moins cher qu’auparavant, car certains de ses composants sont désormais fabriqués en Chine, et non au Canada.

“C’est très frustrant, décevant et inquiétant”, a déclaré Abdulnour dans une interview.

“Comment se fait-il qu’une agence gouvernementale accepte simplement le plus bas soumissionnaire et accorde des contrats à des entreprises comme celle-là alors que nous parlons de sécurité nationale?”

Le gouvernement fédéral accorde un contrat à la GRC à une entreprise ayant des liens avec la Chine
Un panneau à l’extérieur du bureau de Sinclair Technologies à Aurora, en Ontario. Depuis 2017, la société est contrôlée par la société chinoise de télécommunications Hytera, qui appartient en partie au gouvernement chinois. (Marc Godbout/Radio Canada)

Radio-Canada a confirmé — par l’intermédiaire de plusieurs sources au courant du processus qui n’étaient pas autorisées à s’exprimer publiquement sur le sujet — que la différence entre les offres de Sinclair et de Comprod était inférieure à 60 000 $.

Un porte-parole de la GRC a déclaré à Radio-Canada dans un communiqué de presse que les travaux d’installation des systèmes ont commencé en Ontario et en Saskatchewan.

« La plupart du temps, les équipes de soutien radio de la GRC effectuent elles-mêmes l’installation », a déclaré le cap. Kim Chamberland dans un courriel.

Mais l’appel d’offres du contrat exige que l’entrepreneur fournisse des services de maintenance et de soutien technique après l’installation du système.

Chamberland a déclaré à Radio-Canada que la GRC est convaincue que le système restera sécurisé.

“Toutes les informations, y compris les fréquences radio, sont partagées en toute sécurité et uniquement avec ceux qui ont le niveau de sécurité approprié”, a-t-elle écrit.

“Tous les entrepreneurs qui ont accès aux réseaux et aux emplacements de la GRC doivent obtenir une habilitation de sécurité selon les travaux à effectuer.”

Un porte-parole de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), le ministère qui a attribué le contrat, a déclaré en réponse aux questions de Radio-Canada que SPAC n’avait pas pris en considération les problèmes de sécurité et la propriété de Sinclair lors du processus d’appel d’offres.

Sinclair Technologies a refusé de répondre aux questions de Radio-Canada pour savoir si son équipement contient des composants fabriqués en Chine et si Hytera peut accéder aux fréquences radio de la GRC.

“En raison de la confidentialité des clients, nous ne sommes pas en mesure de fournir de commentaires et nous déclinons respectueusement votre invitation à un entretien”, a déclaré Wee Er, directeur général exécutif de Sinclair Technologies, dans un e-mail.

Des experts soucieux de la sécurité

Conor Healy est un Canadien maintenant basé à Washington qui est directeur de la recherche gouvernementale à l’IPVM, un groupe de recherche sur la sécurité et la surveillance. Il a dit qu’il craignait de donner à une entreprise appartenant à Hytera l’accès aux communications sensibles de la GRC.

“Si je travaillais pour une agence de renseignement, c’est exactement le genre de système auquel je voudrais avoir accès”, a déclaré Healy.

Healy a déclaré que les risques comprennent l’écoute clandestine, la collecte de données de communication et le brouillage ou l’arrêt du système de communication radio.

Margaret McCuaig-Johnston, chercheuse principale à l’Université d’Ottawa, ancienne haut fonctionnaire fédéral et spécialiste des sciences et technologies chinoises, a déclaré que le gouvernement devrait résilier le contrat.

“Vous devez être naïf”, a déclaré McCuaig-Johnston. “C’est comme donner la clé de la sécurité du Canada à des acteurs chinois.

“Il ne s’agit pas seulement de se débarrasser du contrat. Il s’agit aussi d’arracher ce qui a déjà été installé.”

La décision d’octobre 2021 du gouvernement fédéral fait de Sinclair un fournisseur privilégié pour une durée de trois ans. L’accord prévoit la possibilité d’une option de prolongation de deux ans.

Articles similaires