News

Le haut commandant défend les exigences de l’armée en matière de vaccins et dit qu’un “ajustement” est en cours

Le plus haut commandant militaire du Canada a déclaré qu’il “modifierait” le mandat de vaccination des forces armées au cours des prochaines semaines, mais a défendu les exigences en matière de vaccins comme nécessaires pour que l’armée soit prête à répondre à toute urgence.

“C’est une institution qui ne ressemble à aucune autre parce que nous devons être prêts sur le plan opérationnel, nous sommes la police d’assurance de la nation”, a déclaré le chef d’état-major de la Défense, le général Wayne Eyre, à La Presse canadienne en entrevue.

“Nous devons nous rendre dans des endroits dangereux et fermer des quartiers confinés, nous devons nous déployer à l’étranger, où il y a potentiellement une menace accrue avec la pandémie. Nous ne connaissons pas non plus la trajectoire de cette pandémie, où elle va aller dans le futur. “

Lorsque Eyre a ordonné à toutes les troupes de se faire vacciner contre le COVID-19 en octobre dernier, il a déclaré que c’était à la fois pour protéger la force et “faire preuve de leadership” alors que le gouvernement libéral adoptait des mandats de vaccination dans l’ensemble de la fonction publique fédérale.

Le mandat militaire persiste alors que d’autres tombent

Le mandat de vaccination de service public a été suspendu en juin mais celui de l’armée persiste, ce qui a intensifié les critiques à l’égard de la politique de l’armée.

Le ministère de la Défense nationale a déclaré que plus de 98 % des soldats canadiens se sont conformés à l’ordre. La ministre de la Défense Anita Anand a été informée en juin que 1 137 personnes n’étaient toujours pas vaccinées.

Ceux qui refusent la vaccination courent le risque d’être expulsés de force de l’armée. Le département indique que 241 soldats non vaccinés ont été évincés avec des mesures disciplinaires initiées contre des centaines d’autres.

Eyre a déclaré qu’il essayait de trouver le “sweet spot” entre les exigences médicales, juridiques, opérationnelles et éthiques de l’armée.

“Nous devons maintenir notre viabilité opérationnelle à l’avenir”, a-t-il déclaré. “Donc, au cours des prochaines semaines, nous allons peaufiner la politique, nous publierons quelque chose de modifié. Mais nous devons également réaliser qu’il s’agit d’un environnement dynamique, et que les choses peuvent changer, la trajectoire de la pandémie peut Nous devons donc également maintenir cette flexibilité. »

Il a ajouté que non seulement les militaires ont été appelés à aider les communautés à travers le Canada qui ont été touchées par la pandémie, mais que les exigences en matière de vaccins existent toujours dans de nombreux pays et armées alliés et étrangers.

L’armée américaine exige toujours que toutes les troupes soient vaccinées, tout comme certaines installations et bases de l’OTAN.

“Il va y avoir des exigences opérationnelles où opérer avec des alliés, (la vaccination) va être essentielle”, a-t-il déclaré. “Mais à mesure que nous avançons, les options sont développées en tenant compte de ces quatre facteurs dont j’ai parlé et en trouvant le bon équilibre.”

Le haut commandant défend les exigences de l'armée en matière de vaccins et dit qu'un "ajustement" est en cours
Le général Wayne Eyre a déclaré que l’armée canadienne modifierait bientôt sa politique de vaccination contre la COVID-19. (Patrick Doyle/La Presse canadienne)

Les commentaires d’Eyre semblent contredire une ébauche d’une politique révisée sur les vaccins obtenue par le Ottawa Citizen le mois dernier, qui suggérait que les exigences en matière de vaccins pour le personnel militaire seraient levées.

Le projet de document, qui, selon les responsables, n’a pas été approuvé par Eyre, a déclaré que le personnel militaire ainsi que les nouvelles recrues n’auraient plus à attester de leur statut vaccinal.

Le document a également noté les difficultés juridiques potentielles à venir pour traiter avec les personnes qui ont été expulsées de l’armée en raison du mandat du vaccin, suggérant qu’elles pourraient être forcées de demander leur réenrôlement.

En revanche, d’autres fonctionnaires fédéraux non vaccinés ont été mis en congé sans solde mais autorisés à reprendre leur travail lorsque le mandat a été suspendu.

La politique a fait face à des défis

Le mandat militaire a été contesté sans succès à plusieurs reprises devant la Cour fédérale, le plus récemment le mois dernier.

Phillip Millar, l’avocat de London, en Ontario, qui a comparu devant le tribunal pour demander une injonction au nom des militaires non vaccinés, a déclaré que le tribunal avait finalement décidé qu’il ne pouvait pas se prononcer sur la question tant que la nouvelle politique n’était pas publiée.

Millar, qui représente également James Topp, un réserviste de l’armée chargé de s’exprimer publiquement contre les mandats fédéraux de vaccination tout en portant son uniforme, a déclaré qu’il était déçu de la décision étant donné le manque de calendrier pour la nouvelle politique.

“L’armée traîne délibérément les pieds dans cette nouvelle direction parce qu’elle veut juste expulser les gens”, a affirmé Millar, ajoutant : “C’est évidemment une politique politique, pas une politique opérationnelle”.

Eyre ne dirait pas si les membres des Forces armées sont toujours expulsés ou si ces libérations ont été suspendues en attendant les résultats de son examen.

Le ministère de la Défense affirme qu’il y a eu plus de 9 500 cas de COVID-19 parmi le personnel militaire, dont 113 cas actifs au 1er août. Il n’a pas précisé s’il y a eu des décès associés à la maladie.

Articles similaires