News

Le Kenya sur les nerfs alors que le décompte des élections des médias s’arrête soudainement

NAIROBI, Kenya – Alors que les résultats de l’élection présidentielle du cliffhanger au Kenya affluaient, les clients d’un restaurant à Eldoret, à 150 miles au nord de Nairobi, la capitale, ont regardé six écrans de télévision jeudi soir qui montraient les décomptes concurrents des médias kenyans. .

Avec 90% des voix comptées, les deux principaux prétendants, William Ruto et Raila Odinga, n’étaient séparés que de quelques milliers de voix. Chacun avait environ 49 pour cent des voix.

“Les gens sont tellement tendus”, a déclaré Kennedy Orangi, une infirmière de l’hôpital brandissant deux téléphones portables, “qu’ils ne peuvent même pas penser correctement”.

Puis les décomptes se sont arrêtés.

Soudain, des millions de Kényans, qui étaient rivés à leurs télévisions, radios et téléphones depuis le vote de mardi, étaient dans l’ignorance des derniers résultats d’une course présidentielle au coude à coude qui s’est emparée du pays et est scruté bien au-delà .

Vendredi, les agences de presse kenyanes ont donné diverses explications pour arrêter leurs comptages, notamment des craintes de piratage et une volonté de “synchroniser” leurs résultats.

Mais pour de nombreux Kenyans, il semblait qu’ils avaient froid aux yeux et hésitaient à déclarer le vainqueur dans une bataille politique à enjeux élevés qui oppose M. Ruto, le vice-président du pays, à M. Odinga, un vétéran politique faisant sa cinquième course. pour la présidence.

Maintenant, les électeurs doivent continuer leur attente acharnée. Les responsables disent que ce sera probablement dimanche, au plus tôt, avant que la commission électorale ne puisse déclarer un vainqueur officiel de la course – et savoir si l’un ou l’autre des candidats peut franchir le seuil de 50% nécessaire pour éviter un second tour.

Les enjeux de cette élection sont élevés pour le Kenya, une puissance d’Afrique de l’Est avec une histoire récente d’élections turbulentes. Mais cela se répercute également au-delà, comme un test décisif pour la démocratie à une époque où l’autoritarisme progresse à travers l’Afrique et le monde.

“Le Kenya est un point d’ancrage pour la stabilité, la sécurité et la démocratie – pas seulement dans la région ou sur ce continent, mais dans le monde entier”, ont déclaré les ambassades des États-Unis et de 13 autres pays occidentaux dans un communiqué à la veille de l’élection. .

Brûlée par les critiques de ses échecs lors des votes précédents, la commission électorale nationale s’est donné beaucoup de mal pour en faire une élection exemplaire.

Avec un budget de plus de 370 millions de dollars, l’un des coûts par électeur les plus élevés au monde, la commission s’est procuré des bulletins de vote imprimés en Europe qui avaient plus de caractéristiques de sécurité que les billets de banque du Kenya. Il a déployé la technologie biométrique pour identifier les électeurs par leurs empreintes digitales et leurs images.

La commission électorale “a fait un travail très professionnel”, a déclaré Johnnie Carson, un ancien ambassadeur américain au Kenya qui fait office d’observateur électoral. Le système biométrique “a mieux fonctionné que beaucoup de gens ne l’avaient prévu et s’est avéré être un modèle utile sur lequel s’appuyer”.



Ce que nous considérons avant d’utiliser des sources anonymes.
Comment les sources connaissent-elles l’information ? Quelle est leur motivation pour nous dire? Ont-ils fait leurs preuves par le passé ? Pouvons-nous corroborer les informations ? Même avec ces questions satisfaites, le Times utilise des sources anonymes en dernier recours. Le journaliste et au moins un éditeur connaissent l’identité de la source.

La commission a commencé à publier en ligne les résultats de plus de 46 000 bureaux de vote dans les heures qui ont suivi la fermeture des bureaux de vote mardi, une mesure de transparence radicale destinée à conjurer les craintes d’un éventuel trucage des votes.

Mais dans le décompte, les choses ne se sont pas entièrement déroulées comme prévu.

La décision de la commission électorale de publier les résultats en ligne – permettant aux médias d’information de faire le premier décompte non officiel des résultats – s’est avérée problématique. Les organisations médiatiques ont compté dans différentes séquences, ce qui a conduit à des rapports contradictoires sur qui était en tête.

Cela a attiré les critiques d’observateurs internationaux et locaux comme la Commission des droits de l’homme du Kenya, qui a déclaré que des décomptes divergents étaient provoquant “confusion, anxiété, peur, troubles.”

Au fur et à mesure que les chiffres roulaient, il est devenu clair que la course entre M. Ruto et M. Odinga était beaucoup plus serrée que la plupart des Kenyans ne l’avaient prévu. À l’approche des élections de mardi, plusieurs sondages ont montré à M. Odinga une avance confortable.

Après l’élection, le décompte officiel de la commission a été lent, car les agents électoraux ont dû transporter des feuilles de résultats papier des 46 229 bureaux de vote au centre national de dépouillement à Nairobi. Ensuite, les employés de la commission devaient vérifier les papiers par rapport à la base de données en ligne d’images des mêmes feuilles.

Ces retards signifiaient que jeudi soir, il devenait clair que la première indication d’un gagnant proviendrait probablement des médias d’information – et non de la commission électorale – une décision politiquement sensible dans un pays où les médias peuvent être soumis à une ingérence brutale du gouvernement. .

Felix Odhiambo Owuor, directeur exécutif de l’Electoral Law and Governance Institute for Africa, une organisation à but non lucratif qui a aidé à rédiger des lignes directrices sur le rôle des médias dans l’élection, a déclaré dans une interview que les groupes de médias se sont retirés pour éviter une situation délicate.

« Je pense qu’ils ont simplement décidé qu’il valait mieux attendre » que la commission électorale du Kenya « rattrape son retard », a-t-il déclaré.

D’autres ont souligné la pression directe du gouvernement pour mettre fin au décompte. Trois journalistes du Nation Media Group, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat pour discuter de questions internes sensibles, ont déclaré que des responsables gouvernementaux avaient fait pression sur leurs rédacteurs en chef pour qu’ils arrêtent le décompte car, leur a-t-on dit, cela créait de la confusion parmi le public.

Vendredi, dans un article dans le journal NationMutuma Mathiu, rédacteur en chef du Nation Media Group, a décrit à quel point le décompte était devenu une tâche difficile.

« Nous ne comptons pas seulement des chiffres. Nous essayons également de rester en sécurité et ouverts, pas nous-mêmes en faillite, de rester à l’écart des groupes d’influence et de fournir de bonnes données propres », a-t-il écrit.

Dans un déclarationDavid Omwoyo, le chef du Conseil gouvernemental des médias du Kenya, a déclaré que “personne n’a demandé à quiconque d’arrêter le décompte et la projection des résultats”.

Les seuls décomptes non officiels ont été effectués par des organes de presse étrangers – la BBC et un effort conjoint de Reuters et Google. Mais ils étaient basés sur un ensemble de résultats de circonscription qui, à minuit vendredi, n’étaient complets qu’à 75%.

Cela pourrait laisser les Kenyans attendre les résultats définitifs, pour savoir qui est leur prochain président, ou si le pays se dirige vers un second tour et devra répéter tout l’exercice anxieux d’ici un mois.

Declan Walsh rapporté de Nairobi, et Abdi Latif Dahir signalé à Eldoret, au Kenya.

Articles similaires