Politique

Le nombre de célibataires, d’unions de fait et de colocataires augmente à mesure que les ménages canadiens évoluent

La composition des ménages canadiens continue de changer, avec des alternatives aux ménages familiaux – comme les colocataires – et les unions de fait qui connaissent toutes des augmentations significatives, selon la dernière publication de données de recensement de Statistique Canada.

“Au cours des dernières décennies, il y a eu une diminution progressive de la part des ménages composés d’une seule famille sans personne supplémentaire”, indique le communiqué de presse. “Les alternatives comme vivre seul, avec des colocataires ou avec des membres de la famille élargie ont gagné en popularité.”

  • Votre loyer a-t-il augmenté récemment ? Nous aimerions connaître les défis auxquels vous êtes confrontés, ainsi que les conseils que vous avez à partager sur la façon de relever ces défis. Envoyez un courriel à ask@cbc.ca

Les ménages composés de colocataires non apparentés ne représentent encore que 4 % des ménages, mais ils constituent également la catégorie de ménages qui connaît la croissance la plus rapide au Canada.

Les 663 835 ménages de colocataires déclarés dans le nouveau recensement représentent une augmentation de 54 % entre 2001 et 2021, et une augmentation de 14 % depuis 2016. Statistique Canada a déclaré que les difficultés associées à la recherche et au paiement d’un logement ont contribué à ce changement dans la composition des ménages.

Le nombre de maisons multigénérationnelles ou de logements multifamiliaux a augmenté de 45 % depuis 2001 et représente maintenant 7 % de tous les ménages au Canada.

Après une tendance à la hausse depuis 20 ans, le nombre de jeunes adultes de 20 à 34 ans vivant avec au moins un parent est resté constant en 2021 à 35 %, soit le même niveau qu’en 2016.

Alors que le nombre de jeunes adultes vivant avec leurs parents était le plus élevé dans les grands centres urbains comme Oshawa, Toronto, Windsor et Hamilton – où près de la moitié des 20 à 34 ans vivaient avec au moins un parent – ​​leur part de ménages dans les villes a diminué légèrement.

Le nombre de 20 à 34 ans vivant avec au moins un parent a diminué de 3 % à Vancouver et de 1 % à Montréal et à Toronto. Statistique Canada a déclaré que le changement aurait pu être causé par le déménagement de jeunes adultes dans des communautés plus petites pendant la pandémie.

Le nombre de ménages d’une personne augmente

Poursuivant une tendance établie, Statistique Canada a déclaré que le nombre de Canadiens vivant seuls a atteint un niveau record de 4,4 millions en 2021, contre 1,7 million en 1981.

En 1941, seulement 6 % des Canadiens vivaient seuls. En 2016, les ménages d’une personne étaient devenus le type de ménage dominant, représentant 28 % du total. Le nombre de ménages d’une personne a de nouveau augmenté en 2021, pour atteindre 29 %.

Les couples avec enfants représentent 25,3 % des ménages, tandis que les couples sans enfants représentent 25,6 % des ménages. Les familles monoparentales représentent 8,7 % des ménages.

Bien que le nombre de Canadiens vivant seuls ait atteint un niveau record, le Canada compte un nombre relativement faible de ménages d’une personne par rapport aux autres pays riches. Tous les autres pays du G7, à l’exception des États-Unis, comptent plus de ménages d’une personne que le Canada.

Statistique Canada a déclaré que la croissance du nombre de ménages d’une personne affectera le marché du logement au fil du temps. Près de six ménages d’une personne sur dix vivent dans des appartements, tandis que 61 % des ménages de deux personnes ou plus vivent dans des maisons individuelles.

Le visage changeant des couples

Le nombre de Canadiens qui font partie d’un couple est demeuré presque inchangé au cours des 100 dernières années; 57 % des Canadiens ont déclaré être en couple en 2021, comparativement à 58 % en 1921. Mais la nature de ces relations a changé.

Le Canada compte maintenant le pourcentage le plus élevé de citoyens en union vivant en union libre du G7 – 23 % – tandis que 77 % des Canadiens en couple déclarent être mariés. La part des couples en union de fait est de 21 % au Royaume-Uni, 18 % en France, 12 % aux États-Unis et à peine 10 % en Italie.

Le nombre de célibataires, d'unions de fait et de colocataires augmente à mesure que les ménages canadiens évoluent
Sébastien Ross et Nancy Mercier, avec leurs enfants Léo, 5 ans, à droite, et Félix, 3 ans, à Montréal le jeudi 6 septembre 2007. Les unions de fait comme les leurs continuent d’augmenter en nombre au Canada. (Ian Barrett/La Presse canadienne)

Le nombre de couples en union libre au Canada a augmenté de 447 % entre 1981 et 2021, tandis que le nombre de couples mariés n’a augmenté que de 26 % au cours de la même période.

Vivre en union de fait est devenu la norme pour les adultes de 20 à 24 ans; 79 % des personnes de ce groupe d’âge déclarent faire partie d’un couple vivant en union libre. La tendance est également à la hausse chez les Canadiens plus âgés, 16 % des Canadiens âgés de 55 à 69 ans vivant en union libre en 2021, comparativement à seulement 13 % en 2016.

Selon Statistique Canada, cette tendance est largement dictée par la province de Québec, où 43 % des couples vivent en union libre. Enlevez le Québec de l’équation et le pourcentage de couples vivant en union libre au Canada chute à 17 % en 2021.

La diversité des sexes

Statistique Canada a recueilli des données sur la diversité des genres pour la première fois lors du recensement de 2021. Elle a révélé que 98,5 % des 8,6 millions de couples au Canada étaient composés d’un homme et d’une femme qui s’identifiaient tous les deux à leur sexe à la naissance.

Un autre 1,1 pour cent identifié comme des couples de même sexe – deux hommes ou deux femmes. Les couples transgenres ou non binaires, dans lesquels au moins un membre était transgenre ou non binaire, représentaient les derniers 0,4 % des couples.

Le recensement a révélé que près de 80 % des couples de même sexe avec enfants sont composés de deux femmes.

“Dans 74 % des familles recomposées composées de couples de même sexe, transgenres ou non binaires, tous les enfants de la famille étaient l’enfant biologique ou adopté d’un seul conjoint ou partenaire dans le couple”, indique le communiqué.

Un regard sur les Forces canadiennes

Statistique Canada a également jeté son premier coup d’œil sur l’armée canadienne en 50 ans et a demandé si les Canadiens étaient des membres actifs servant dans les forces de réserve régulières ou primaires.

Le recensement a révélé qu’au printemps 2021, il y avait 97 625 Canadiens dans les Forces armées canadiennes et 461 240 autres étaient considérés comme des anciens combattants.

Parmi ces anciens combattants, 32 % étaient encore assez jeunes pour faire partie du principal groupe d’âge actif des Canadiens âgés de 25 à 54 ans, tandis que 41,8 % des anciens combattants avaient plus de 65 ans.

Le recensement a révélé que seulement un membre actif sur cinq était une femme — 19,3 %, comparativement aux 47,3 % de femmes qui composent la main-d’œuvre non militaire du Canada. Le Canada figure toujours parmi les cinq pays ayant le pourcentage le plus élevé de femmes servant dans l’armée (les autres sont la Hongrie, la Grèce, les États-Unis et la Bulgarie).

Articles similaires