News

Le nouveau programme de lutte contre les dépendances à Fredericton donne des résultats positifs – Nouveau-Brunswick

De nouvelles données provenant de patients du River Stone Recovery Centre à Fredericton indiquent des résultats positifs du traitement par agonistes opioïdes injectables, une première du genre dans la province.

Les résultats d’une enquête auprès des patients révélés jeudi après-midi ont détaillé comment les patients ont signalé une amélioration de leur santé mentale et physique, moins de conflits, plus de temps pour poursuivre leurs objectifs et des améliorations dans les relations depuis le début de l’iOAT.

« Il n’y a absolument aucune solution miracle pour les troubles liés à l’utilisation d’opiacés. Ce serait bien si les gens pouvaient simplement s’abstenir, mais s’ils le pouvaient, ils l’auraient déjà fait », a déclaré la Dre Sara Davidson, directrice médicale du centre.

Lire la suite:

Les visages de la crise de l’itinérance au Nouveau-Brunswick : « Nous sommes traités comme des inférieurs »

Contrairement à un site de prévention des surdoses, les patients se voient prescrire des médicaments et les injectent sous la supervision de la clinique jusqu’à trois fois par jour.

L’histoire continue sous la publicité

Le programme, qui a ouvert ses portes en octobre 2020, compte actuellement plus de 60 patients. Parmi ceux qui ont commencé le traitement iOAT au début du programme, 88 % sont toujours à River Stone.

Selon le personnel, il y a eu une réduction significative des accusations criminelles contre les patients, qui peuvent désormais accéder aux médicaments prescrits et éviter les symptômes de sevrage.

“Ils me disent que l’IOAT leur donne une raison de se lever le matin et une routine à suivre”, a déclaré Christine Cross, coordinatrice des données et de la recherche chez River Stone.

Lire la suite:

La demande accrue oblige le centre de traitement des dépendances de Saint John, au Nouveau-Brunswick, à avoir besoin d’un nouveau logement

Les réponses montrent que si de nombreux patients continuent de consommer des opioïdes illicites au cours des premiers mois de traitement, moins d’un quart déclarent en consommer après 18 mois. Cross a noté que certaines personnes correspondent aux stéréotypes, mais ce n’est pas toujours le cas.

«Beaucoup ont été sans abri, beaucoup viennent d’enfances très traumatisantes, il leur est arrivé beaucoup de mauvaises choses. Nous avons aussi des professionnels. Nous avons des gens qui n’ont jamais cessé de travailler », a-t-elle noté.

Un obstacle permanent pour les toxicomanes peut être de trouver un logement stable. Selon les patients, seuls 20% ont un logement au cours des trois premiers mois de leur séjour à l’IOAT.

L’histoire continue sous la publicité

Davidson a déclaré qu’il prévoyait de continuer à faire pression sur le gouvernement Higgs pour qu’il fournisse des logements adéquats.

De plus, elle espère apporter le modèle à d’autres endroits au Nouveau-Brunswick, où la consommation de drogues intraveineuses est la deuxième plus élevée parmi toutes les provinces.

«J’aimerais que nous puissions étendre les services IOAT à travers la province parce qu’il y a un certain nombre de personnes qui se trouvent dans des communautés plus rurales qui ont des difficultés, et certains participants m’ont dit récemment qu’ils connaissaient environ 20 personnes dans une autre petite communauté. ils savent que cela sauterait facilement sur un programme comme celui-ci », a déclaré Davidson.


Cliquez pour lire la vidéo : « Le centre de traitement de la toxicomanie de Saint John se refait une beauté après avoir été financé »


Le centre de traitement de la toxicomanie de Saint John se refait une beauté après le financement


&copy 2022 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

Articles similaires