News

Le premier manifestant exécuté en Iran identifié comme étant Mohsen Shekari

Dubaï, Émirats Arabes Unis –

L’Iran a déclaré jeudi avoir exécuté un prisonnier condamné pour un crime qui aurait été commis lors des manifestations nationales en cours dans le pays, la première peine de mort de ce type prononcée par Téhéran.

L’exécution de Mohsen Shekari intervient alors que d’autres détenus risquent également la peine de mort pour leur implication dans les manifestations, qui ont commencé à la mi-septembre, d’abord comme un tollé contre la police des mœurs iranienne. Les protestations se sont étendues à l’un des défis les plus sérieux lancés à la théocratie iranienne depuis la révolution islamique de 1979.

Les militants avertissent que d’autres pourraient également être mis à mort dans un avenir proche, affirmant qu’au moins une douzaine de personnes ont jusqu’à présent été condamnées à mort pour leur implication dans les manifestations.

L’exécution “doit susciter de vives réactions, sinon nous serons confrontés à des exécutions quotidiennes de manifestants”, a écrit Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur du groupe Iran Human Rights basé à Oslo. “Cette exécution doit avoir des conséquences pratiques rapides au niveau international.”

L’agence de presse Mizan, dirigée par la justice iranienne, a déclaré que Shekari avait été condamné par le tribunal révolutionnaire de Téhéran, qui détient généralement des affaires à huis clos. Les tribunaux ont été internationalement critiqués pour ne pas avoir permis aux personnes jugées de choisir leurs propres avocats ou même de voir les preuves à leur encontre.

Shekari a été accusé d’avoir bloqué une rue à Téhéran et d’avoir agressé à la machette un membre des forces de sécurité, qui a eu besoin de points de suture pour ses blessures, a indiqué l’agence.

Le rapport Mizan a également allégué que Shekari avait déclaré qu’une connaissance lui avait offert de l’argent pour attaquer les forces de sécurité.

Le gouvernement iranien essaie depuis des mois d’alléguer – sans fournir de preuves – que des pays étrangers ont fomenté les troubles. Les manifestants disent qu’ils sont en colère contre l’effondrement de l’économie, la police musclée et le pouvoir enraciné du clergé islamique du pays.

Mizan a déclaré que Shekari avait été arrêté le 25 septembre, puis condamné le 20 novembre pour “moharebeh”, un mot farsi signifiant “faire la guerre à Dieu”. Cette accusation a été portée contre d’autres au cours des décennies depuis 1979 et est passible de la peine de mort. Mizan a déclaré que l’appel de l’avocat de Shekari contre la condamnation avait échoué.

Après son exécution, la télévision d’État iranienne a diffusé un reportage fortement édité montrant la salle d’audience et des parties du procès de Shekari, présidé par le juge Abolghassem Salavati.

Salavati fait face à des sanctions américaines pour avoir infligé des punitions sévères.

“Salavati à lui seul a condamné plus de 100 prisonniers politiques, militants des droits de l’homme, travailleurs des médias et autres personnes cherchant à exercer la liberté de réunion à de longues peines de prison ainsi qu’à plusieurs peines de mort”, a déclaré le Trésor américain en le sanctionnant en 2019.

“Les juges de ces tribunaux révolutionnaires, y compris Salavati, ont agi à la fois en tant que juge et procureur, privé les prisonniers de l’accès à des avocats et intimidé les accusés.”

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a condamné l’exécution de Shekari dans un message sur Twitter, affirmant que “le mépris du régime iranien pour l’humanité est sans limite”.

James Cleverly, le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, s’est décrit comme “indigné” et a déclaré : “Le monde ne peut pas fermer les yeux sur la violence odieuse commise par le régime iranien contre son propre peuple”.

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que “l’exécution est un nouvel exemple des violations graves et inacceptables des droits et libertés fondamentaux commises par les autorités iraniennes”.

L’Iran a été secoué par des manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, 22 ans, décédée après avoir été détenue par la police des mœurs du pays. Au moins 475 personnes ont été tuées lors des manifestations dans le cadre d’une répression sécuritaire brutale, selon Human Rights Activists in Iran, un groupe qui surveille les manifestations depuis leur début. Plus de 18 000 ont été arrêtés par les autorités.

L’Iran est l’un des meilleurs bourreaux du monde. Il exécute généralement les prisonniers par pendaison. Déjà, Amnesty International a déclaré avoir obtenu un document signé par un haut responsable de la police iranienne demandant que l’exécution d’un prisonnier soit “terminée” dans les plus brefs délais “et que sa condamnation à mort soit exécutée en public comme” un geste réconfortant envers les forces de sécurité.”‘


——


L’écrivain de l’Associated Press Frank Jordans à Berlin a contribué à ce rapport

Articles similaires