News

Le premier ministre de la N.-É. espère que des « milliers » de réfugiés ukrainiens viendront dans la province – Halifax

Une Néo-Écossaise tente de recueillir des dons personnels qui pourraient aider une famille ukrainienne qui devrait arriver dans la province le mois prochain.

Polina Kogan, une résidente d’Halifax, s’est connectée avec un autre membre de la communauté sur Facebook qui accueille une mère et ses deux fils.

“Ils ont tout perdu”, dit Kogan. “J’essaie de rassembler des jouets pour les enfants, des vêtements, des meubles, des choses comme ça.”

Kogan, qui est né au Kazakhstan, dit qu’il a été déchirant de voir la guerre se dérouler.

« C’est affreux, ce qui se passe, alors j’essaie d’aider de différentes manières », dit-elle. “Je ne peux pas faire grand-chose.”

Lire la suite:

L’histoire continue sous la publicité

Mais lorsque la famille arrivera, elle espère aider à la traduction et à la documentation, sachant à quel point les effets de la guerre peuvent être dévastateurs.

“Je suis juif, donc ma famille a tout perdu pendant la Seconde Guerre mondiale, et beaucoup de gens sont morts dans l’Holocauste, et j’ai vraiment l’impression que l’histoire se répète.”

C’est ce qui l’a amenée à aider de toutes les manières possibles.

Le premier ministre dit que des « milliers » pourraient venir en N.-É.

La branche néo-écossaise du Congrès des Ukrainiens canadiens a été accueillie à l’Assemblée législative provinciale cette semaine, remerciant les Néo-Écossais d’être disposés à aider.

“Ses gens sont incroyables”, a déclaré jeudi aux journalistes Andre Mereschuk, président de la section locale. “Nous recevons des tonnes d’e-mails pour proposer des offres d’hébergement, financières, alimentaires.”

La province avait précédemment annoncé qu’elle ferait un don de 100 000 $ à la Fondation Canada-Ukraine.

Le premier ministre Tim Houston dit qu’il y a environ 9 000 Néo-Écossais ukrainiens qui peuvent, espérons-le, aider à accueillir ceux qui fuient le pays déchiré par la guerre.

“Leurs bras sont ouverts, ils savent que la province est très favorable aux personnes qui déménagent en Nouvelle-Écosse et fuient cette terrible tragédie”, a-t-il déclaré aux journalistes.

Lire la suite:

L’histoire continue sous la publicité

Lorsqu’on lui a demandé si des centaines ou des milliers de personnes pourraient déménager dans les Maritimes, Houston a répondu : « J’espère que c’est par milliers.

Mais des défis financiers et logistiques subsistent.

“Beaucoup de questions à ce sujet, c’est la garde d’enfants, comment transférer pour prendre un vol vers le Canada”, a déclaré Mereschuk.

Et malgré la promesse d’Ottawa d’accélérer les approbations de visa, il dit que la prise d’empreintes digitales a ralenti le processus pour certains.

Mereschuk espère que le programme de visas pourra être étendu pour aider davantage de personnes dans le besoin.

© 2022 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

Articles similaires