News

Le prêtre anti-avortement Pavone défroqué pour des messages blasphématoires

CITÉ DU VATICAN –

Le Vatican a défroqué un prêtre américain anti-avortement, Frank Pavone, pour ce qu’il a qualifié de “communications blasphématoires sur les réseaux sociaux” ainsi que de “désobéissance persistante” de son évêque.

Une lettre aux évêques américains de l’ambassadeur du Vatican aux États-Unis, Mgr Christophe Pierre, obtenue dimanche, a déclaré que la décision contre Pavone, qui dirige le groupe anti-avortement Priests for Life, avait été prise le 9 novembre, et qu’il n’y avait aucune chance pour un recours.

Pavone avait fait l’objet d’une enquête par son diocèse d’Amarillo, au Texas, pour avoir placé un fœtus avorté sur un autel et en avoir publié une vidéo sur deux sites de médias sociaux en 2016. Il publie fréquemment sur la politique américaine et l’avortement, et la vidéo de le fœtus avorté était accompagné d’un post disant qu’Hillary Clinton et la plateforme démocrate autoriseraient la poursuite de l’avortement et que Donald Trump et la plateforme républicaine veulent protéger les enfants à naître.

Pavone reste un fervent partisan de Trump : son identifiant Twitter le montre portant un chapeau “MAGA” avec une photo de fond mettant en vedette l’ancien président américain, que de nombreux conservateurs louent pour ses candidats à la Cour suprême qui ont annulé la décision historique garantissant un droit constitutionnel à l’avortement en les États Unis.

Dans un tweet dimanche, Pavone a semblé provocant, comparant son sort à celui de l’enfant à naître.

“Donc dans toutes les professions, y compris la prêtrise, si vous défendez les .à naître, vous serez traités comme eux ! La seule différence est que lorsque nous sommes “avortés”, nous continuons à parler haut et fort.”

Ses partisans ont immédiatement dénoncé la mesure, y compris l’évêque de Tyler, au Texas, Joseph Strickland, qui a qualifié de “diabolique” le soutien du président américain Joe Biden au droit à l’avortement.

“Le blasphème est que ce saint prêtre est annulé alors qu’un président pervers promeut le déni de la vérité et le meurtre de l’enfant à naître à chaque tournant, les responsables du Vatican promeuvent l’immoralité et le déni du dépôt de la foi et les prêtres promeuvent la confusion des sexes dévastant des vies… mal”, a tweeté Strickland.

Pavone avait fait appel au Vatican au sujet des restrictions imposées à son ministère en 2011 par l’évêque Amarillo, avait réussi à assouplir les restrictions et avait déménagé loin du Texas tout en restant actif avec Priests for Life.

Dans sa lettre, Pierre citait des informations de la Congrégation pour le Clergé selon lesquelles Pavone avait été laïcisé — il ne peut plus se présenter comme prêtre — après avoir été reconnu coupable dans une procédure canonique « de communications blasphématoires sur les réseaux sociaux et de désobéissance persistante à les instructions légitimes de son évêque diocésain ». La lettre a été rapportée pour la première fois par Catholic News Agency.

Le communiqué indique que Pavone a eu « amplement l’occasion de se défendre » ainsi que de se soumettre à son évêque. “Il a été déterminé que le père Pavone n’avait aucune justification raisonnable pour ses actions.”

La déclaration concluait que puisque Priests for Life n’est pas une organisation catholique, il appartiendrait au groupe de déterminer s’il pouvait continuer son rôle “en tant que laïc”.

La laïcisation, ou être réduit à l’état laïc, est l’une des sanctions les plus sévères du droit canonique de l’Église.

Articles similaires