Politique

Le revenu après impôt des ménages augmente et l’inégalité des revenus diminue, selon les nouvelles données du recensement

L’inégalité des revenus et le nombre de personnes à faible revenu ont diminué de manière significative en 2020, par rapport à cinq ans plus tôt, et le revenu des ménages après impôt a connu une augmentation marquée, en particulier dans les ménages monoparentaux, selon les nouvelles données du recensement publiées aujourd’hui par Statistique Canada.

Le revenu médian des ménages après impôt a augmenté de 9,8 % de 2015 à 2020, doublant le taux de croissance enregistré par les ménages canadiens de 2010 à 2015, lorsque le revenu après impôt a augmenté à moins de la moitié de ce taux (4,5 %).

Selon Statistique Canada, l’augmentation du revenu médian a été largement attribuable aux transferts du gouvernement fédéral pendant la pandémie, en particulier pour les familles à faible revenu.

“La croissance du revenu après impôt a été plus rapide pour les ménages à faible revenu, reflétant une plus grande contribution de l’Allocation canadienne pour enfants et des prestations de secours en cas de pandémie aux revenus des familles à faible revenu”, a déclaré l’agence fédérale.

Dans les familles monoparentales dirigées par une femme, qui représentent 80 % des ménages monoparentaux, le revenu médian après impôt a augmenté de 22,8 % de 2015 à 2020, principalement en raison de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) et de ses bonifications. pendant la pandémie.

Il n’en était pas de même pour toutes les provinces. Alors que l’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique ont tous enregistré des augmentations à deux chiffres du revenu après impôt, l’Alberta et Terre-Neuve ont toutes deux enregistré des baisses du revenu après impôt de 4,6 et 1,3 %, respectivement.

Terre-Neuve était la valeur aberrante du Canada atlantique, car le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard ont tous connu des augmentations importantes de leur revenu après impôt en 2020 par rapport à 2015, avec des augmentations de 9,2, 8,3 et 10,3 %, respectivement.

Les prestations gouvernementales sont essentielles à l’augmentation des revenus

Statistique Canada explique qu’en 2020, en grande partie en raison des blocages de la COVID-19 et de leur impact sur les salaires, les revenus moyens ont en fait diminué au point où les ménages au Canada gagnaient à peu près le même qu’en 2015, mais ce revenu a été stimulé par les avantages de la pandémie et le CCB.

En 2020, par exemple, le montant médian des prestations fédérales ou provinciales en cas de pandémie reçues par une famille canadienne était de 10 000 $, tandis que l’ACE médiane versée à une famille en 2020 était de près de 6 000 $ par année, comparativement à un peu plus de 4 000 $ en 2015.

Les transferts et prestations gouvernementaux ont fait une différence significative pour les ménages familiaux avec enfants, qui ont vu leur revenu médian après impôt augmenter de 10,5 % en 2020 par rapport à 2015, tandis que les couples sans enfants ont enregistré une augmentation de 6,8 % au cours de la même période.

Également au cours de la même période, la proportion de Canadiens vivant avec un faible revenu a chuté à 11,1 % en 2020, contre 14,4 % en 2015, principalement en raison des prestations de la pandémie pour la population en âge de travailler et de l’ACE.

Les personnes âgées à faible revenu, cependant, ne s’en sont pas aussi bien tirées; la proportion de personnes âgées vivant avec un faible revenu est passée à 15 % en 2020, en légère hausse par rapport à 14,4 % en 2015.

Les personnes âgées ont également connu la plus forte baisse du revenu médian, le revenu médian des Canadiens de plus de 65 ans ayant diminué de 32,2 % pour les hommes et de 23,8 % pour les femmes. La baisse du revenu médian des hommes de moins de 65 ans n’a diminué que de 2,7 %, tandis que le revenu médian des femmes de moins de 65 ans n’a diminué que de 2,4 %.

Les inégalités diminuent en Alberta, mais demeurent élevées dans l’ensemble

Alors que le revenu après impôt a augmenté de manière significative en 2020 par rapport à 2015, l’inégalité des revenus a diminué dans tout le pays, l’Alberta enregistrant la plus forte baisse, principalement en raison des avantages de la pandémie.

Même si l’Alberta a connu la plus forte baisse, l’inégalité des revenus dans la province demeure l’une des plus élevées au Canada, avec l’Ontario, la Colombie-Britannique et le Nunavut.

L’inégalité était la plus faible à l’Î.-P.-É., au N.-B., au Yukon et au Québec, suivant la tendance générale selon laquelle les régions où le revenu médian des ménages était plus élevé affichaient également une inégalité de revenu plus élevée.

Les grands centres urbains ont affiché une plus grande inégalité de revenu que les petits centres de population, Toronto, Calgary et Vancouver ayant la plus grande inégalité par rapport à Québec, Drummondville et Saguenay (toutes deux également au Québec), qui avaient la plus faible.

L’impact des paiements liés à la pandémie

L’impact des paiements de soutien en cas de pandémie sur le revenu médian après impôt était important, a déclaré Statistique Canada, avec 68,4%, soit 20,7 millions d’adultes, recevant un soutien d’un programme provincial ou fédéral en cas de pandémie, ou un complément à un programme existant.

Statistique Canada a déclaré que 27,6 % des adultes canadiens ont touché des prestations d’un programme fédéral, comme la Prestation canadienne d’intervention d’urgence (CERB), recevant en moyenne 8 000 $ en 2020.

Un autre 55,9 % des adultes canadiens ont reçu des paiements par le biais de suppléments à des programmes existants, comme l’ACE ou le crédit d’impôt pour la TPS, tandis que plus de 90 % des aînés ont vu des suppléments à des programmes comme le Supplément de revenu garanti.

Statistique Canada a déclaré que 4,2 millions d’adultes canadiens ont également reçu des paiements de soutien des gouvernements provinciaux ou territoriaux par le biais de programmes de secours pandémiques localisés.

Articles similaires