News

Le Sénégal accuse la police d’avoir “sauvagement tabassé” l’un de ses diplomates d’Ottawa

GATINEAU, QUÉ. — Le Sénégal accuse la police canadienne d’avoir « sauvagement battu » l’un de ses diplomates en début de semaine. Le service de police de Gatineau (SPVG) dit plutôt avoir fait face à « une personne agressive » qui aurait blessé deux policiers.

Dans un communiqué daté de jeudi et rendu public vendredi, le ministère des Affaires étrangères du Sénégal fait état “d’une descente d’une rare violence de la police canadienne le 2 août au domicile d’un diplomate sénégalais en poste à l’ambassade du Sénégal à Ottawa”.

Le document indique qu’elle a été « menottée et sauvagement battue au point qu’elle avait des difficultés à respirer, ce qui a conduit à son évacuation en ambulance vers l’hôpital ».

Le SPVG explique, dans un communiqué publié vendredi soir, que les policiers sont venus “assister un huissier avec un ordre d’exécution” mardi vers 13h30.

La personne était “agressive et refusait de coopérer”, et la police est intervenue pour expliquer le processus. C’est à ce moment qu’une “policière a été frappée au visage et blessée”, a indiqué le SPVG.

“La police a alors décidé d’arrêter la personne afin de mettre fin à l’infraction, pour la sécurité des personnes présentes. La personne a résisté à l’arrestation et a mordu un deuxième agent. La personne a ensuite été amenée au sol pour être contrôlée”, a déclaré la police. expliqué.

L’huissier a alors pu rendre son ordonnance alors que la personne était “détenue à l’arrière du véhicule de patrouille, sous la surveillance d’une policière”.

“A aucun moment, la personne n’a mentionné avoir été blessée ou avoir des douleurs lorsqu’elle a été interrogée”, a ajouté le SPVG.

Selon la police, les ambulanciers sont intervenus auprès de cette même personne vers 15 h et ont appelé le SPVG pour obtenir de l’aide.

Le Sénégal accuse la police de “violences physiques et morales humiliantes (sur la diplomate), devant témoins, et en présence de ses enfants mineurs”.

Le pays indique avoir convoqué jeudi le chargé d’affaires de l’ambassade du Canada à Dakar au ministère sénégalais des Affaires étrangères. “Une note de protestation a été signifiée aux autorités canadiennes”, est-il ajouté.

Le gouvernement sénégalais demande une enquête et des poursuites contre les auteurs de cet attentat, affirmant qu’il s’agit d’une “violation flagrante de la convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques”.

Le SPVG souligne pour sa part avoir fait appel aux autorités provinciales et fédérales. Un dossier a été acheminé “au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) afin que soient déposées des accusations de voies de fait sur un policier et d’entrave au travail des policiers”.

« Compte tenu du contexte et de l’allégation selon laquelle une personne aurait été blessée lors de l’intervention policière, la direction du SPVG a discuté de la situation avec le ministère de la Sécurité publique », ajoute le service de police.

“Puisque des poursuites judiciaires pourraient s’ensuivre”, le SPVG indique qu’il ne fera aucun autre commentaire et qu’il collaborera à toute action ou enquête ultérieure.

Cet article de La Presse canadienne a été publié pour la première fois en français le 6 août 2022.

Articles similaires