Divertissement

Le syndicat des acteurs cible les agences de publicité pour un conflit de travail en cours

TORONTO – Des acteurs commerciaux syndiqués demandent à deux grandes agences de publicité de signer une entente qui garantirait un salaire minimum, des avantages sociaux et définirait les conditions de travail.

L’Alliance des artistes canadiens du cinéma, de la télévision et de la radio a organisé des rassemblements lundi devant les bureaux de Toronto de Leo Burnett et les bureaux de Vancouver de Cossette, affirmant que les entreprises avaient refusé de renouveler les conditions de travail couvertes par l’Entente commerciale nationale (ENC).

L’ACTRA affirme que les deux entreprises sont parmi les plus importantes représentées par l’Institut des agences canadiennes (ICA) dans une bataille pour renouveler un accord de travail qui a expiré le 1er juin.

Le syndicat affirme que l’ICA, qui représente 16 agences de publicité, de marketing, de médias et de relations publiques, a plaidé pour le droit de se retirer de l’accord, qui couvre les travailleurs à la caméra et hors caméra.

Le président de l’ICA, Scott Knox, a déclaré dans un communiqué que le renouvellement proposé de la NCA “est injuste pour les agences signataires qui sont obligées d’utiliser les talents de l’ACTRA à des conditions inégales par rapport aux agences non signataires”.

Cory Doran, président du comité de voix d’ACTRA Toronto, affirme que l’ICA demande une réduction de salaire de 60 %.

L’ACTRA a conclu un accord en mai avec l’Association canadienne des annonceurs (ACA), qui représente plus de 300 entreprises et divisions pour des marques telles que A&W, BMO, L’Oréal, McDonald’s et Coca-Cola. L’accord comprend une augmentation de 2 % de tous les frais et tarifs jusqu’en juin 2023.

Mais en l’absence d’un accord avec l’ICA, Doran dit que les membres ne peuvent pas travailler avec les marques impliquées dans l’impasse, qui fait suite à un ralentissement induit par la pandémie.

“J’ai dû parler avec beaucoup de membres inquiets, ils sont expulsés”, explique Doran, un acteur depuis près de 20 ans avec un travail commercial pour des marques telles que Tim Hortons, Ford et Canadian Tire.

«Ce sont des familles, ce sont des gens avec des enfants, et aucun d’entre eux ne peut travailler pour le moment. Ils ne sont pas autorisés à travailler dans ces entreprises. Beaucoup d’entre eux ont été les visages ou les voix de ces campagnes de produits pendant des années.

Une campagne de relations publiques présente des appels vidéo de membres de l’ACTRA, dont Jean Yoon de « Kim’s Convenience », la star de scène et de cinéma Jayne Eastwood et l’acteur Paul Constable, connu pour une série de publicités Canadian Tire.

Les honoraires commerciaux d’un acteur dépendent de plusieurs facteurs, notamment l’importance du rôle, s’il s’agit d’une partie parlante ou silencieuse, s’il s’agit d’une caméra ou d’une voix off, ainsi que de l’heure de la journée et de la durée de diffusion de la publicité.

La NCA garantit environ 3 200 $ à la star d’une publicité télévisée nationale diffusée pendant 13 semaines, mais les agents et les artistes peuvent négocier davantage.

L’ACTRA représente plus de 28 000 membres à travers le pays.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 11 juillet 2022.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Articles similaires