News

Le Tricolore s’excuse après que Carey Price ait montré son soutien au groupe de pression sur les armes à feu

Les Canadiens de Montréal ont présenté des «excuses sincères» après que le gardien Carey Price a publié une photo de lui avec une arme à feu sur les réseaux sociaux et un message en faveur d’un groupe de pression sur les armes à feu qui a récemment utilisé «POLY» comme code de réduction promotionnel.

Price a dit qu’il n’était pas au courant du massacre de Polytechnique de 1989 ou de son prochain anniversaire.

Price a publié le message samedi, quelques jours seulement avant l’anniversaire du massacre du 6 décembre. Dans ce document, Price a partagé son soutien à un groupe de pression, la Coalition canadienne pour les droits des armes à feu (CCFR), à la suite des modifications apportées à la législation fédérale sur le contrôle des armes à feu, le projet de loi C-21, la semaine dernière.

Les amendements semblaient pousser le projet de loi plus loin en incluant un certain nombre d’armes à feu utilisées pour la chasse – une décision qui a été rapidement condamnée par les défenseurs des armes à feu et que le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que le gouvernement envisageait de rectifier.

“J’aime ma famille, j’aime mon pays et je tiens à mon voisin. Je ne suis pas un criminel ni une menace pour la société. [Prime Minister Justin Trudeau] essaie de faire est injuste. je soutiens le [CCFR] pour garder mes outils de chasse », a écrit Price.

Mais la publication est également intervenue un jour après que l’une des survivantes de la fusillade de Polytechnique, Nathalie Provost, a dénoncé le CCFR pour avoir créé le code promotionnel “POLY” offrant aux clients 10% de réduction sur la marchandise.

Provost, qui est également porte-parole du groupe de contrôle des armes à feu PolySeSouvient, créé par des survivants du massacre, a qualifié le code de réduction “d’incroyablement irrespectueux”.

Provost a été abattu quatre fois par le tireur qui a tué 14 étudiantes et blessé 13 autres ce jour-là.

L’équipe s’excuse pour le message

Lundi soir, Prix ​​tweeté qu’il n’a fait la publication sur Instagram qu’en réaction aux modifications du projet de loi C-21.

“Mes opinions sont les miennes et je les crois. La seule raison pour laquelle j’aborde cette question est parce que c’est ce qui est soulevé maintenant et non par manque de respect envers qui que ce soit”, a écrit Price. “Non je [don’t] d’accord avec le code promotionnel non plus.”

Dans une déclaration plus tôt dans la journée, France Margaret Bélanger, présidente du Groupe CH, la société propriétaire de l’équipe de hockey des Canadiens de Montréal, a déclaré que le groupe avait partagé avec Price des réactions négatives à la publication.

«Il n’était pas au courant des événements tragiques du 6 décembre 1989, ni des récentes initiatives de marketing de la coalition», a déclaré Bélanger à Radio-Canada dans un courriel.

Le Tricolore s'excuse après que Carey Price ait montré son soutien au groupe de pression sur les armes à feu
Le gardien des Canadiens de Montréal, Carey Price, a publié une photo de lui avec une arme à feu et le message “J’aime ma famille, j’aime mon pays et je tiens à mon voisin”. Je ne suis pas un criminel ni une menace pour la société. Ce que @justinpjtrudeau essaie de faire est injuste.’ (Carey Price/Instagram)

Lundi soir, l’équipe a publié une déclaration sur le message de Price.

“Les Canadiens de Montréal souhaitent exprimer leurs sincères excuses à tous ceux qui ont été offensés ou contrariés par le discours qui a surgi à ce sujet ces derniers jours”, indique le communiqué.

La déclaration a également reconnu la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes – disant que les pensées de l’équipe vont aux 14 femmes décédées il y a 33 ans, à leurs proches et à leurs survivantes.

L’équipe a déclaré avoir fait un don à la campagne de la Semaine de la rose blanche pour envoyer 14 filles défavorisées au camp scientifique d’été de Polytechnique Montréal, Folie Technique.

L’entraîneur dit que le timing est malheureux

L’entraîneur des Canadiens, Martin St-Louis, a déclaré que le moment de la publication de Price sur Instagram était malheureux, mais qu’il ne croyait pas que le joueur voulait dire de la malveillance.

“Je ne suis pas sûr que Carey connaisse toute l’histoire [of the Montreal massacre]. Je m’en souviens clairement; J’étais pensionnaire au Collège Notre-Dame. J’avais 14 ans et ça m’a vraiment secoué”, a déclaré St-Louis aux journalistes lundi après-midi.

Le collège privé est à côté du campus de l’Université de Montréal où se trouve Polytechnique, l’école de génie de l’université et où la fusillade de masse a eu lieu.

“Je ne suis pas sûr que les gens à l’extérieur du Québec soient au courant. Carey est un gars sensible, c’est un gars de famille. Je ne pense pas que le message ait été fait avec des intentions malveillantes”, a ajouté St-Louis.

Price, qui a 35 ans, est né en 1987, deux ans avant le tournage. Il a grandi dans une communauté éloignée de la Colombie-Britannique appelée Anahim Lake, une région habitée par la Première Nation Ulkatcho. Price joue pour les Canadiens de Montréal depuis 2005.

Législation controversée sur le contrôle des armes à feu

Quant à la relation entre Price et le groupe de défense des armes à feu, Bélanger a déclaré: “Je pense que Carey est le mieux placé pour répondre à cette question.”

S’exprimant à Ingersoll, en Ontario, Trudeau a tenté de rassurer les propriétaires d’armes à feu lundi en promettant que la législation est en cours de révision pour s’assurer qu’elle ne cible pas l’utilisation légitime des armes à feu.

REGARDER | Le premier ministre Justin Trudeau répond au rejet des amendements C-21 :

Le Tricolore s'excuse après que Carey Price ait montré son soutien au groupe de pression sur les armes à feu

“Nous n’allons pas chasser des carabines ou des fusils de chasse”, déclare le Premier ministre

En réponse aux critiques du projet de loi C-21, Trudeau réaffirme son engagement à s’attaquer aux «armes les plus dangereuses» et affirme que le gouvernement écoute les commentaires pour s’assurer qu’il «ne capture pas les armes qui sont principalement des armes de chasse».

Il a fait ces commentaires en réponse au refus généralisé d’apporter des modifications importantes au projet de loi C-21, un projet de loi initialement conçu pour interdire les armes de poing que les libéraux tentent de modifier. avec une nouvelle liste d’armes d’épaule pour être banni.

On ne sait pas si l’arme à feu que Price tient sur la photo qu’il a publiée est incluse ou non dans cette liste.

Le chef du Bloc Québécois Yves-François Blanchet dit sur Twitter que Price avait été convaincu “que le but ou l’effet du contrôle des armes à feu est de nuire à la chasse sportive, ce qui est incorrect”.

Articles similaires