News

Les Albertains inquiets pour leurs proches après la signature par Poutine d’un décret de mobilisation

Sergey Abramov, de Calgary, agrippe l’écran de son téléphone, les yeux fixés sur une vidéo de Russie.

On entend un enfant pleurer pour son papa, qui serait envoyé combattre en Ukraine.

Abramov et sa femme Tatiana Artemyeva vivent à Calgary depuis 13 ans. Mais leurs pensées vont à leur famille et à leurs amis restés chez eux en Russie, ainsi qu’à tous ceux qui se trouvent en Ukraine.

Mercredi, le président russe Vladimir Poutine a déclaré une mobilisation partielle des troupes et a réitéré ses menaces d’utiliser l’arme nucléaire en cas de menace sur le territoire russe. Le ministre russe de la Défense a déclaré que 300 000 réservistes seraient appelés à combattre en Ukraine.

Lire la suite:

“Je crains que tous les gars qui ont le même âge que moi – tous mes camarades de classe et d’école – ne soient potentiellement envoyés dans le camion pour être envoyés en Ukraine”, a déclaré Abramov, qui a lui-même reçu une formation lorsqu’il a vivait en Russie.

L’histoire continue sous la publicité

« Ils disent que c’est une ‘mobilisation partielle’ mais c’est un mot délicat. Ce n’est pas partiel », a ajouté Artemyeva.

« Cela peut arriver chez n’importe qui et nous savons comment cela se passe en Russie. Le système judiciaire ne fonctionne pas, il ne peut donc pas protéger les gens.

Artemyeva aide les Ukrainiens depuis le début de la guerre.

“C’est horrible. Nous sommes très inquiets pour beaucoup de nos amis », a-t-elle déclaré. « Personne que nous connaissons ne veut aller participer à cette guerre. Les gens ont juste très peur.

L’annonce de Poutine fait suite à une liste de revers pour le Kremlin dans son offensive contre l’Ukraine, y compris une contre-offensive ukrainienne réussie à Kharkiv, une ville à seulement environ une heure de la frontière russe.

Liza Kanishcheva a grandi à Kharkiv et vit maintenant à Canmore. Ses parents ont fui l’Ukraine en mars et vivent maintenant avec leur fille.

L’histoire continue sous la publicité

“La mobilisation signifie que la guerre va se poursuivre et qu’il va y avoir beaucoup de morts non seulement d’Ukrainiens mais aussi de Russes”, a déclaré Nikolai Kanishcheva en russe, traduit par sa fille.

Lire la suite:

Liza vend des t-shirts et des autocollants et organise des dîners de collecte de fonds.

Elle a collecté suffisamment d’argent pour envoyer trois drones et 14 lampes antidéflagrantes aux pompiers et à ses anciens camarades de classe qui se battent maintenant en première ligne. Elle insiste sur le fait que les menaces de Poutine ne réduiront pas le courage des combattants ukrainiens.

“La structure (de l’armée russe) va se briser à un moment donné, mais nous nous battons pour la vérité”, a déclaré Liza.

Alors que les récentes menaces et la montée en puissance des forces russes alimentent sans aucun doute l’incertitude, l’espoir prévaut toujours chez des personnes comme les parents de Liza.

Les larmes aux yeux, la mère de Liza a déclaré qu’elle espérait revoir sa mère et son fils.

© 2022 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

Articles similaires