Sante

Les cas de COVID-19 en Nouvelle-Écosse ont atteint un niveau record, mais la province exclut de ramener les restrictions

La Nouvelle-Écosse n’a pas l’intention de réintroduire des restrictions de santé publique alors même que les cas de COVID-19 ont atteint un niveau record dans la province jeudi.

Lors d’un briefing diffusé en direct, le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la province, a déclaré que son engagement à protéger la santé des Néo-Écossais n’avait pas faibli, mais qu’il était temps de passer des mesures restrictives.

“Il y aura toujours des gens qui penseront que nous allons trop vite et qui voudront s’accrocher aux mesures que nous avons utilisées au cours des deux dernières années”, a déclaré Strang.

“Il y a aussi beaucoup de gens qui ont l’impression que nous nous sommes accrochés à eux trop longtemps.”

Regardez le briefing complet :

Jeudi, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, a déclaré qu’il y avait 1 300 cas quotidiens de PCR positifs, éclipsant le précédent record de 1 184 tests positifs le 2 janvier 2022.

Dans sa mise à jour hebdomadaire des données sur le COVID-19, la province a signalé un total de 6 991 tests PCR positifs, soit une moyenne de près de 1 000 nouveaux cas de COVID-19 par jour. Ce total n’inclut pas les tests rapides positifs.

Il y a également eu huit autres décès dus au COVID-19 entre le 31 mars et le 6 avril, et 57 Néo-Écossais sont actuellement hospitalisés en raison du COVID-19.

La Dre Shelley Deeks, médecin hygiéniste en chef adjointe de la Nouvelle-Écosse, a également pris la parole lors de la séance d’information. Elle a déclaré que les hospitalisations et les décès dus au COVID-19 n’avaient pas atteint un point préoccupant.

“Le nombre d’hospitalisations en proportion de tous les tests positifs totaux est encore assez faible”, a-t-elle déclaré.

“Plus de trois fois moins que lors de la première vague et cela est largement dû à l’impact des vaccins.”

Deeks dit que la proportion actuelle de décès par rapport aux cas positifs est presque 10 fois inférieure à ce qu’elle était lors de la première vague.

Strang a également été interrogé lors de la séance d’information sur le contraste entre les messages de prudence de la santé publique et le gouvernement provincial encourageant les Néo-Écossais à “revenir là-bas”.

“Les conseils de santé publique et mes conseils sont que les gens soient dehors, fassent leurs choix judicieusement, suivent attentivement les précautions”, a-t-il déclaré.

“Nous devons apprendre que le COVID fait partie de notre environnement et qu’il sera là pendant longtemps.”

La Nouvelle-Écosse a levé presque toutes les restrictions liées au COVID-19 il y a plus de deux semaines. Certaines restrictions subsistent, notamment l’isolement obligatoire de sept jours pour toute personne dont le test est positif et le port continu du masque dans les établissements de santé, les prisons et les tribunaux. Les élèves doivent également encore porter des masques à l’école pendant encore quelques semaines.

Houston a déclaré aux journalistes jeudi après-midi qu’il n’était pas prêt à réintroduire des restrictions, même si certains experts en maladies infectieuses appellent à un retour aux masques obligatoires.

“Les choses ont changé. Nous avons des taux de vaccination élevés. La variante est différente. Ce sont tous des faits. Il y aurait beaucoup de gens qui ont des opinions sur les faits, mais les opinions et les conseils sur lesquels je m’appuie, que le gouvernement devrait s’appuyer sur, est celui de la santé publique », a déclaré Houston.

Le premier ministre a déclaré “qu’il y avait un temps et un lieu pour les restrictions”, mais qu’elles n’étaient pas destinées à être en place pour toujours. Il a également déclaré que ces règles avaient des ramifications, telles que l’impact des mandats sur la santé mentale et les interactions sociales des Néo-Écossais.

“Je ne veux pas donner l’impression une seule seconde que tout cela ne pèse sur aucun élu… Ce sont des décisions difficiles”, a-t-il déclaré.

Hôpitaux à 99,5 % de leur capacité

Jusqu’à présent, pendant la vague Omicron, ceux qui ne sont pas vaccinés ou qui n’ont reçu qu’une seule dose de vaccin sont trois fois plus susceptibles de mourir du COVID-19 par rapport à quelqu’un qui a reçu deux doses, et sont six fois plus susceptibles de mourir en tant que personne. qui a reçu une dose de rappel.

Les Néo-Écossais non vaccinés sont environ 5,5 fois plus susceptibles d’être hospitalisés en raison de la COVID-19 qu’une personne ayant reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19. Ce chiffre est basé sur le nombre moyen d’hospitalisations sorties de la province du 4 janvier au 24 mars.

L’autorité sanitaire de la province a déclaré mercredi que les hôpitaux de la province fonctionnaient à 99,5% de leur capacité, avec des centaines d’employés actuellement au chômage en raison de COVID-19 – plus qu’à tout autre moment depuis 2019.

Articles similaires